samedi 29 mars 2014

Les commissions scolaires superflues selon des directeurs suisses

En mars 2014, la question du pouvoir des commissions scolaires est à l'ordre du jour, non seulement au Québec, mais en Suisse aussi. La moitié des directrices et directeurs sondés sont d'avis que les commissions scolaires sont superflues.

Il faut savoir que pour les écoles obligatoires en Suisse, ces commissaires sont des citoyennes et citoyens bénévoles du milieu qui s'impliquent dans la gestion des écoles et n'ont pas nécessairement la connaissance requise du milieu (profanes). Néanmoins, il y a aussi des points communs avec le système québécois, 80% de ces commissions exerçant des compétences décisionnelles.

Une consultation auprès de 270 directrices et directeurs

«Des chercheurs de l'Université de Zurich et de la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest, soutenus par le FNS, ont ainsi sondé 270 directrices et directeurs d'école de toute la Suisse à ce sujet.

[...]

«Les résultats sont contrastés. En effet, 45% des sondés estiment que l'on pourrait se passer des commissions, et 60% jugent qu'il est "relativement voire totalement inopportun" qu'elles prennent des décisions en matière de personnel. Mais les deux tiers considèrent dans le même temps que les commissions sont importantes pour l'enracinement communal de l'école, écrit le FNS». (1)

Les conseils de parents d'élèves

Les conseils de parents sont jugés moins utiles et ne devraient être que consultatifs, selon  la grande majorité des directrices et directeurs sondés.
«Les conseils de parents d'élèves laissent les directeurs d'école clairement sceptiques. La grande majorité considère que ces conseils de parents s'investissent insuffisamment ou défendent des intérêts particuliers» (2).
_______________

2.  Même référence.

Publier un commentaire