vendredi 20 janvier 2023

Mur des BRICS 2030 ? Grand basculement de l'Économie mondiale

L'AUTRE AGENDA 2030 - 

2030 est une année qui revient souvent dans les agendas politiques et économiques qui menacent et plombent les «démocraties» en déclin de l'Occident, avec des objectifs ultra-stricts, dont sont exclus par exemple, la Chine, la Russie et l'Inde. Ces objectifs repris par un discours propagandiste consiste de plus en plus en des incitations à cesser de vivre d'une part; avec les pénalités et surtaxes élevées pour des régions du monde (comme le Canada et le Québec) qui ont déjà des normes (ex. environnementales) strictes et des filets sociaux. Certains initiés ou autres, informés, savaient ce qui suit, mais pas le commun des mortels, il y a cette révolte des 5 pays désignés comme les BRICS. Ceux-ci sont en voie de quitter la devise américaine. Et cela est plus qu'amorcé (voir la vidéo en fin d'article). 

Comprenez-moi bien. Je n'appuie pas davantage le capitalisme néolibéral qui n'a rien à voir avec les libertés (relatives et souvent corruptibles) permises par le capitalisme plus modéré. Mais soyez conscients que l'alternative suivante balaie les droits humains plus encore que la corruption de nos démocraties. 

BRICS est formé par les premières lettres des noms de 5 pays (B-R-I-C-S) : 

Brésil

Russie

Inde

Chine

- Afrique du Sud = South Africa


Ci dessous, photos de rencontres-clés, prises avant l'élection du nouveau président du Brésil.



Le FMI prévoit qu'en 2030, les 5 pays BRICS détiendront 50% du PIB mondial, ce qui annonce un basculement de l'Économie mondiale

Selon les prévisions du FMI (vidéo plus bas), en 2030, les 5 pays BRICS détiendront 50% du PIB mondial ! On assisterait donc en 2030 au point de basculement de la monnaie dominante. Séparément considérés comme des économies en développement, l'alliance des BRICS viendrait tout changer, si elle atteint son but.

D'autres pays pourront se joindre aux BRICS

Et ce basculement de l'Économie mondiale est d'autant plus probable, que non seulement il y a cette collaboration de 5 pays, mais d'autres pays producteurs de ressources sont des candidats en lisse pour s'ajouter, dont : l'Arabie Saoudite et son pétrole tant convoité en Chine et en Inde. 

Pendant ce temps, en Occident...

Pendant que les BRICS soustrairont leur Économie et leurs ressources de l'autoflagellation, de plus en plus, les pressions s'intensifient pour nous par un serpent fuyard. Ces incitations vont dans le sens de ne plus se nourrir décemment, ne plus se déplacer, ne plus se chauffer, ne plus produire de biens ou transformer nos ressources naturelles, accepter de céder l'intégrité de notre corps aux États, rétrograder les classes moyennes pour avantager les déjà ultra-riches de ce monde, etc. 

Certains éléments de l'actualité qui bouleversent les «démocraties» (entre guillemets) depuis quelques années prennent donc un tout autre sens

En lien avec les 5 pays BRICS, On peut penser à des tournures récentes comme

  • la guerre Russie contre Ukraine, 
  • le virus échappé de la Chine et c'est démontré, qu'il y a eu gain de fonction (modification) quel qu'en soit le ou les commanditaires, 
  • les terres rares en Afrique sur lesquelles la Chine met ses efforts,
  • les élections étonnantes au Brésil qui ont porté au pouvoir un politicien sorti de prison, qui y faisait du temps pour des actes de corruption contre sa nation, 
  • Une nation imposante comme l'Inde qui refuse, on le comprend, de s'auto-punir,
  • les anomalies électorales (très étranges coincidences) perceptibles un peu partout, simultanément, dans nos «démocraties», 
  • la guerre de l'information, à laquelle se joint maintenant l'intelligence artificielle (IA),
  • etc. 

Sommets économiques des BRICS :

Ces 5 pays, Chine, Inde, Russie, Brésil, Afrique du Sud, ont tenu leurs propres sommets ou forums économiques (ci-haut, photos en 2021 et 2017) et ont convenu de former une économie parallèle à celle du dollar et ont récemment annoncé qu'ils créaient leur propre banque de réserve (2014). Contrairement à la devise en dollars américains, leurs monnaies prévoient s'appuyer sur des réserves d'or qu'ils ont augmentées, alors que les pays occidentaux s'en sont départies ou ont émis plus d'argent que de valeurs réelles. Par exemple, le Canada n'a même plus de réserve d'or. 

Non seulement cela, mais...

Si nos pays se laissent éteindre par le discours woke, nous allons potentiellement frapper le mur des BRICS, d'ici 2030

Chacune de nos crises constitue une opportunité pour les BRICS, que l'on parle d'inflation galopante, de virus, d'élections douteuses, de contention de nos énergies et ressources, de nos normes extrêmes à laquelle s'ajoutent des pénalités et surtaxes, nos endettements nationaux et dons sans compter à des États étrangers, ... Vous souvenez-vous de ce temps récent où la gauche nous disait que nous n'avons pas à intervenir militairement pour régler les conflits d'autres États. Que s'est-il passé depuis? À quelles sources nos médias mainstream s'abreuvent-ils ?

Un plan des hommes

Bref, 2030 s'annonce comme une année de grand basculement économique, tant pour les extrémistes anti-économie qui sont parmi nous ou nous influencent de l'extérieur, que pour les pays BRICS qui veulent rompre avec le dollar américain comme principale monnaie mondiale. Mais cela demeure un plan des hommes et non de Dieu. Les politiques américaines ne sont pas nécessairement équitables, mais elle s'apparente au pizzo d'une mafia. Par contre, l'autre alternative donne froid dans le dos en matière de traitement des humains qui ont goûté aux libertés de choix, d'expression et de pensée.

Aperçu suggéré en vidéo

Pour un aperçu de l'aspect économique discuté (distinct de mon commentaire politique plus haut), je vous invite à voir cette vidéo, laquelle résume bien l'aspect du dollar et des BRICS, lesquels m'ont inspiré quelques commentaires ci-haut, concernant le connexion entre les agendas 2030, et un ordre économique rebelle à celui discuté présentement au Forum économique mondial de Davos, 2023.

Le NOUVEL ORDRE MONDIAL que vous n’avez pas vu venir (et Klaus Schwab n'y est pour rien) - par Michael Ferrari



lundi 9 janvier 2023

Emprisonnement politique au Canada ??? L'avocat constitutionnaliste du JCCF, John Carpay raconte son arrestation

L'État canadien est-il en panique? L'avocat John Carpay, du Justice Centre for Constitutional Freedom (JCCF), a été très impliqué pour la défense des droits constitutionnels des Canadiens au plus fort de la crise Cov au Canada. Dans cette entrevue en français, il raconte le contexte de son arrestation et de sa détention provisoire à partir du dernier jour ouvrable de 2022, soit le 30 décembre.

Devant la multiplication, en pleine crise sanitaire de 2020 et les mois suivants, des décrets, amendes et arrestations de citoyens, l'avocat aide juridiquement et sans frais, beaucoup de ceux-ci via le JCCF ou son volet francophone : Centre de Justice pour les Libertés Constitutionnelles (CJLC). En 2021, il a personnellement fait surveiller passivement quelques dirigeants du Manitoba, pour lesquels l'organisme recevait divers signalements de la part de citoyens, de ce qui semblait le non-respect par les autorités, des règles strictes qu'elles imposaient à leur population.


Mieux surveillé que Jeffrey Epstein !

Dans une cellule éclairée à toute heure, avec caméra en permanence et sans matelas pour dormir, on peut conclure que l'avocat canadien a été mieux surveillé que Jeffrey Epstein aux États-Unis, dont le témoignage aurait pu faire traduire en justice des pédophiles de la haute société, s'il n'avait été trouvé mort dans sa cellule, suite à une série hautement improbable d'événements.

Me Carpay nous raconte les faits entourant son arrestation en ce qui le concerne, et le futur probable.


La séparation des pouvoirs (en supposant qu'elle ait réellement existé)

Les citoyens devraient comprendre qu'ils doivent effectivement garder un oeil sur les hauts-dirigeants face à ce qui a l'apparence d'une intimidation qui remet en question la séparation des pouvoirs juridiques et politiques. Face à un scepticisme populaire tout à fait compréhensible, ou à un enjeu constitutionnel de plus en plus évident, les dirigeants de l'État semblent profondément contrariés, du fait que les citoyens exposent les potentielles violations de leurs propres décrets. On n'est pas loin de la détention politique.


jeudi 5 janvier 2023

«La DEA a saisi suffisamment de fentanyl pour tuer chaque Américain en 2022»

(Titre original par ABC : DEA seized enough fentanyl to kill every American in 2022). 

L'information de la Drug Enforcement Administration (DEA) a été diffusée par ABC, le 20 décembre 2022.  


Voici la traduction d'un extrait de la nouvelle publiée par ABC le 20 décembre 2022: 

«La Drug Enforcement Administration a déclaré mardi [le 15 décembre 2022] avoir saisi plus de 379 millions de doses mortelles de fentanyl cette année, alors que le pays continue de lutter contre une épidémie de décès par overdose.

«La DEA a précisé que les saisies comprenaient 50,6 millions de pilules contenant l'opioïde synthétique le plus mortel et 10 000 livres de poudre de fentanyl.» (1)


Suffisamment de doses mortelles en 2022 pour tuer chaque Américain 

Reprenant les informations d'un communiqué émis par la DEA le vendredi 17 décembre auquel fait référence ABC,

« "Ces saisies - suffisamment de doses mortelles de fentanyl pour tuer chaque Américain - reflètent l'engagement inébranlable de la DEA à protéger les Américains et à sauver des vies, en poursuivant avec ténacité les responsables du trafic de fentanyl à travers les États-Unis", a déclaré Anne Milgram, administratrice de la DEA, dans un communiqué vendredi» [le 17 décembre 2022].


 

La DEA avait déjà alerté à l'effet que les enfants sont potentiellement ciblés par du fentanyl présenté sous la forme de bonbons. 

Mon commentaire : il est clair qu'une guerre contre le modèle américain, ou du moins nord-américain, est en cours. 

Que l'on soit ami ou ennemi de l'Oncle Sam, la situation se veut un constat non partisan. Pendant ce temps, les Démocrates résistent tout de même au renforcement de la frontière sud, par un faux humanitarisme et le Canada de Trudeau est aussi ...

Mais il faut aussi l'admettre, le succès d'une entreprise aussi maléfique révèle une nation en partie malade et en perte de goût à la vie; une culture de la mort que l'on refuse d'admettre. Il semble que les priorités des luttes ne soient pas à la bonne place et cela suggère que des collaborateurs de haut niveau soient opérants à l'interne.

Que ce soit pour l'argent, ou par idéologie politique, cette épidémie de morts révèle aussi une guerre contre l'humanité ou une forme de génocide, sans le militaire. Cela s'ajoute à la guerre de l'information dans les changements politiques mondiaux et probablement certaines politiques de dépopulation et de s'en prendre à la génération montante.

Lire l'article complet original : DEA seized enough fentanyl to kill every American in 2022

Par ailleurs, avec sa campagne d'information «ONE PILL CAN KILL», la DEA encourage à ne pas acheter de médicaments sur le marché illégal. Les pharmaceutiques poussent certainement en ce sens, ce qui est moins rassurant qu'autrefois dans l'imaginaire, à la lumière des scandales des dernières décennies.


VOIR cette nouvelle sur les enfants maintenant ciblés par la distribution de fentanyl : DEA warns about fentanyl being sold to kids


_______________

1.     ABC News ByQuinn Owen, December 20, 2022, 7:52 PM : DEA seized enough fentanyl to kill every American in 2022

https://abcnews.go.com/Politics/dea-seized-fentanyl-kill-american-2022/story?id=95625574

"The Drug Enforcement Administration on Tuesday said it has seized more than 379 million deadly doses of fentanyl this year, as the country continues to struggle with an epidemic of drug overdose deaths."

"The seizures include 50.6 million pills laced with the ultra-deadly synthetic opioid and 10,000 pounds of fentanyl powder, the DEA said."


lundi 2 janvier 2023

Mandat d'arrêt contre le fondateur du Justice Centre for Constitutional Freedom au Canada en cette fin de 2022


- Mandat d'arrêt peu subtile, émis le vendredi 30 décembre 2022, contre un défenseur des droits constitutionnels au Canada


Assistons-nous à une attaque contre un défenseur des droits constitutionnels? Un mandat d'arrêt a été émis contre l'avocat Me John Carpay, président et fondateur du Justice Centre for Constitutional Freedom, un organisme de défense des droits constitutionnels des citoyens et visant l'éducation de la population sur les sujet. Le mandat a été délivré le dernier jour ouvrable de 2022. Les manifestations de ce qui a les apparences d'un État profond contre les citoyens sont en plus étonnantes (se cacher de moins en moins).


Me John Carpay du Justice Centre for Constitutional Freedom (JCCF), qui a été très impliqué pour la défense des droits constitutionnels des Canadiens au plus fort de la crise Cov au Canada, devant les divers décrets, amendes et arrestations, et qui a ainsi aidé juridiquement et sans frais, beaucoup des citoyens, est accusé d'obstruction à la justice. Mais l'organisme n'est même pas sûr de l'événement en cause. 

Un commentaire citoyen suit la traduction de la déclaration officielle de l'organisme.


TRADUCTION DE LA DÉCLARATION DU JCCF, note du traducteur ajoutée entre [ ] :

[DÉBUT]

Déclaration concernant l'accusation portée contre John Carpay

AFFICHÉE LE : 1ER JANVIER 2023

Calgary : Aujourd'hui [le 1er janvier 2023], le Centre de Justice pour les Libertés Constitutionnelles a émis la déclaration suivante concernant l'accusation portée contre John Carpay par la police de Winnipeg :

Au plus fort des restrictions et des lockdowns de Cov, il a été signalé que des membres clés de la gouvernance du Manitoba enfreignaient les règlements de santé publique. Comme nous l'avions déjà signalé à l'époque, John Carpay a pris la décision unilatérale d'engager un enquêteur pour vérifier la crédibilité de ces allégations en juin 2021.

La déclaration du Centre de Justice sur ces événements en juin 2022 indiquait :

" La décision de M. Carpay de surveiller des fonctionnaires du gouvernement du Manitoba faisait suite à un certain nombre de cas très médiatisés où ceux qui imposaient et faisaient respecter les restrictions de confinement étaient eux-mêmes surpris à violer leurs propres règles, à faire la fête sur les toits, à ignorer les règles concernant les masques faciaux et la distanciation sociale, et à s'envoler vers des lieux de vacances exotiques dans des pays sans restrictions de confinement. Ce mépris flagrant des normes a eu lieu alors que les Canadiens étaient confrontés à des restrictions sans précédent de leurs libertés, garanties par la Charte, de se déplacer, de se réunir, de s'associer à d'autres personnes et de pratiquer leur culte. "

M. Carpay a assumé sans réserve la responsabilité de ses actes et s'est excusé auprès du juge en chef Joyal, lors d'une audience publique de la cour le 12 juillet 2021.

Le vendredi 30 décembre 2022, le Centre de Justice a été informé de l'existence d'un mandat d'arrêt contre John Carpay. Ce mandat a apparemment été émis en rapport avec les événements qui ont eu lieu en 2021 et allègue une entrave à la justice. Lorsqu'il a été mis au courant de ce mandat, M. Carpay s'est immédiatement rendu aux services de police de Calgary.

Cette accusation est inattendue et sans explication. Les événements en question ont eu lieu il y a plus de 18 mois, et la police n'a jamais contacté M. Carpay, ni le Centre de Justice. M. Carpay a coopéré à l'enquête menée par la Société du Barreau du Manitoba sur cette affaire.  Au moment des événements, le conseil d'administration du Centre de Justice a également pris des mesures appropriées pour renforcer la gouvernance et la surveillance de l'organisation pendant que M. Carpay était en cessation de travail pour sept semaines.

Le Centre de Justice est profondément déçu par la décision de la police de Winnipeg de porter une accusation criminelle pour des événements qui ont eu lieu il y a plus de 18 mois et qui sont déjà traités de façon appropriée. Il est doublement décevant qu'il ait été décidé que ces actions devaient avoir lieu pendant la période des fêtes, alors que M. Carpay passe du temps avec sa famille. Curieusement, la seule condition de mise en liberté sous caution de M. Carpay stipule qu'il ne peut pas contacter le juge en chef Joyal, une personne avec laquelle M. Carpay n'a eu aucune communication, à l'exception des excuses qu'il a présentées en 2021.

Malgré ces procédures, le travail du Centre de Justice se poursuivra sans entrave pour défendre les droits et libertés constitutionnels des citoyens en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés en fournissant gratuitement une représentation juridique aux Canadiens. Le travail du Centre de Justice est axé sur la défense de la société libre du Canada, y compris les libertés de conscience, de religion, d'expression, d'association et de réunion pacifique des Canadiens, ainsi que leur droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne. En particulier, le Centre de Justice a été actif en réponse aux fermetures et aux restrictions sévères des gouvernements de Cov qui ont empêché les Canadiens de se rassembler, de pratiquer leur culte, de s'associer, de travailler, de voyager et de se réunir pacifiquement.

Toute l'équipe du Centre de Justice reste fermement engagée à défendre les libertés constitutionnelles des Canadiens.


-30-

FIN DE LA DÉCLARATION; original anglais ici : Statement Regarding Charge Laid Against John Carpay

https://www.jccf.ca/statement-regarding-charge-laid-against-john-carpay/


Commentaire citoyen (perception citoyenne sans valeur juridique)

Une action judiciaire pas très subtile...

  • Bien que Me Carpay ait agi de manière indépendante, si la cause est bien celle présumée, cette action judiciaire n'est pas très subtile. Il reste un un fil extrêmement mince, pour penser qu'il pourrait s'agir d'une action avec réelle intention d'intimider les organismes de défense, des avocats ou des organismes de plaintes qui oseraient questionner dans les prochains mois, le bien fondé d'une action ou d'un décret d'un palier de gouvernement (fédéral, provincial, municipal) suspendant des droits des citoyens. Cela est inquiétant face aux redéfinitions des notions de crises ou de menaces, pour englober un plus grand nombre de «menaces» ou «crises» donnant des pouvoirs extraordinaires aux autorités.
  • Cela renforce le sérieux doute sur la réelle séparation des pouvoirs au Canada (ex. le politique et la justice). Un journaliste pourra-t-il encore dénoncer un politique dans le Canada post-2022 ? 
  • La date est hautement symbolique, comme marquant la fin d'une époque pour forcer l'entrée définitive dans un monde Orwellien au Canada.
  • La symbolique et la date choisie peuvent aisément suggérer l'évidence d'une intention d'impacter la vie personnelle, familiale (contexte des Fêtes et du Nouvel An) et professionnelle (accusation en vertu du Code Criminel) de Me Carpay. 
  • Mais aussi, n'y aurait-il pas un désir des autorités de passer sous le radar des nouvelles internationales un acte très étonnant ? Les vendredis et plus encore avant des congés fériés nationaux, les populations sont peu disposées à suivre les informations. 
  • Cela a aussi les allures d'une action visant à empêcher la continuation des activités de l'avocat pour les prochains mois. Ces derniers mois de crise (artificiellement créée ou réelle), plusieurs poursuites devant les tribunaux canadiens sont tombées, quand les tribunaux ont refusé d'entendre des causes ou des appels. Ces rejets de causes ont été fondés sur la base de la fin de la crise, ou du fait que des juges ont décidé que les actes des paliers de gouvernements, commis en période de suspensions des droits, étant maintenant terminés, il n'y avait plus matière à entendre les causes. Même que certaines ont été retardées parce que l'État n'était pas prêt à se défendre, malgré une armada de cellules de spécialistes (avocats, juristes, techniciens du droit, entités administratives et leurs fonctionnaires, etc.). Mais ici, contre la partie inverse, représentant des citoyens, il n'y a même pas une apparence de réelle justice. 

La population du Canada a un devoir de mémoire pour tous les actes étranges perpétrés par un niveau ou l'autre de l'État contre des droits constitutionnels aussi fondamentaux que 

  • travailler ou exploiter une entreprise ou un travail autonome pour vivre et faire vivre sa famille, 
  • se déplacer ou voyager (quitter et revenir dans son pays ou même voyager dans les limites du Canada), 
  • respirer librement de l'air non contaminé par le CO2 (expiré) ou par des produits antibactériens contenus dans les masques et inhalés durant des heures, 
  • avoir accès à la Justice (tribunaux fermés), 
  • se réunir ou s'associer, pratiquer un culte ou la proximité sociales (si importante particulièrement dans le développement social des jeunes)
  • la protection contre la surveillance arbitraire, littéralement espionner des millions de citoyens, et ce, à partir de la géolocalisation de cellulaires et les liens sociaux (qui est avec qui à quelle heure), etc. 

Ce sont ici des faits médiatisés et avérés, sinon hautement possibles, en contexte de la situation vécue, et non inventés par les citoyens pour la cause constitutionnelle.

lundi 5 septembre 2022

Élections Québec 2022 : « Je me souviens » des hausses de taxes

Québec : l'État « taxoolique ». Le 3 octobre 2022, les Québécois devront voter intelligemment. La devise du Québec est «Je me souviens». Souvenons-nous des taxes qui étouffent les Québécois, particulièrement avec l'inflation majeur de 2022, afin de ne pas reconduire ces mêmes gouvernement «Pac-man», des «Pac-men» et «Pac-women» au pouvoir pour 4 autres longues années.

Note

- Ne pas confondre taxes et impôts en français. En anglais, l'impôt est appelé "tax" (Income tax). Le présent article aborde les taxes de vente et services, applicables sur l'argent qui nous reste APRÈS que les impôts sur le revenu aient déjà été payés au Québec et au Canada.

- La taxe fédérale TPS et la taxe de vente du Québec s'appliquent à la plupart des biens et services (1)


Les armoiries du Québec comportent la devise depuis 1939



Taxe de vente du Québec (TVQ) contre les Classes moyennes et plus pauvres

«Je me souviens» des hausses de TAXES payées APRÈS impôts sur le revenu, qui ont nui aux contribuables et familles des classes moyennes ou plus pauvres ET ont contribué à l'endettement


Petite histoire de la TVQ


Chronologie et responsables des hausses de la TVQ de 1997 à 2013

La TAXE de vente du Québec (sur la plupart des biens et services)  passe de 

  • 6,5 % en 1997
  • À 7,5% en 1998 (sous Lucien Bouchard du Parti Québécois)
  • À 8,5 % en 2011 (sous Jean Charest du Parti Libéral du Québec)
  • À 9,5 % en 2012 (sous Jean Charest du Parti Libéral du Québec)
  • À 9,975 %, en 2013 (sous Pauline Marois du Parti Québécois)


La Baisse de taxes accordée par le Parti Conservateur du Canada, sous le Premier Ministre du Canada Stephen Harper, est ainsi engloutie les années suivantes par les hausses de taxes de la TVQ.


Québécois allumés (ou ... Québécois, allumez !)

Le PLQ et le PQ ont pillé les Québécois pour nourrir un État et sa cour, de plus en plus tentaculaires, et de plus en plus invérifiables, où l'injection massive d'argents n'amène pas de meilleurs services publics (santé, écoles, etc.).


Parti Libéral de Jean Charest:

Suivant les 2 baisses de la TPS féd. de 2006 et 2008, sous le leadership du Premier Ministre conservateur Stephen Harper, alors que la TPS fédérale descend de 7% à 6% (2006), puis à 5% (2008), la TVQ passe DE: 7,5% À 8,5% (2011), puis À 9,5% (2012), sous la voracité de Jean Charest.  M. Charest est le Libéral qui en 2022 brigue la chefferie du Parti Conservateur du Canada.



Parti Québécois de Pauline Marois.

La TVQ augmente une troisième année consécutive, DE 9,5 % en 2012 À 9,975 %, en 2013, sous Pauline Marois du Parti Québéquois.


Maintenant, vous devriez avoir compris à quoi servent les recensements détaillés où l'État vous demande où va votre argent, jusque dans vos choix de sources d'énergie, vos épargnes, vos activités récréatives, etc.


Résultat des hausses : appauvrissement des travailleurs et perte de liberté.

1.    Cela résulte, pour plusieurs Québécois, à s'endetter pour payer des taxes...

Plusieurs Québécois ont dû par exemple, hypothéquer des taxes sur l'achat d'une résidence (argent ainsi indisponible pour la mise de fonds), ainsi que les taxes élevées pour les travaux de mise à niveau, d'entretien et de rénovations, etc.

2.    L'État s'en prend aussi directement aux libertés en restreignant l'autonomie financière.

Lorsqu'on a moins d'argent, on a aussi moins de liberté de choix; par exemple, 
  • pas de fonds pour un soin de santé pour lequel l'État offre un délai en terme d'années; 
  • pas de liberté pour accélérer un remboursement d'hypothèque;
  • mettre des dépenses imprévues sur la carte de crédit (ex. bris d'automobile)
  • etc.

3.     Même l'essentiel est touché en périodes d'inflation, comme celle provoquée en 2022.

Pensez-y. Actuellement, des familles manquent de revenus pour payer l'épicerie...  Une TVQ proche de 10% a un impact encore plus négatif dans une inflation importante, parce qu'il en reste moins aux contribuables pour payer des biens et des services.

Question :

Allez-vous voter pour porteur au pouvoir un Gouvernement de «Pac-men» et «Pac-Women» ? 

_____________

1.     définitions



jeudi 1 septembre 2022

Élections Québec 2022 : Craindre les sondages plus que la peste

Le «vote stratégique» est une illusion antidémocratique, voire une séduction, encore plus particulièrement dans le mode de scrutin du Québec; une non proportionnelle. Plus que les années précédentes encore, pour les élections du 3 octobre 2022, et durant les semaines qui précèdent, il faut se méfier des sondages plus que de la peste ou de la COV... 


Le dernier weekend du mois d'août 2022, un représentant (possible bénévole) de la CAQ a téléphoné à la maison pour savoir si j'appuie le chef du parti sortant. J'ai répondu que je préfère garder mon vote confidentiel. Après tout, le scrutin est anonyme (un vote secret) et je dirais au téléphone (lié à mon adresse) et à un inconnu pour qui je vais voter, dans un système politique et gouvernemental hautement corrompu en plus (élus et non élus) ? Pas sûr.

D’autant plus qu'après les consultations ou sondages, les chiffres lancés peuvent même démotiver les électeurs de sortir voter. Ou encore, une tendance peut amener le parti sortant à faire une guerre sale à un adversaire en montée ou en avance, par des faux témoignages (exemple : allégations de racisme) ou des histoires montées de toute pièce, ou encore au moyen de de l'intimidation par le saccage de bureaux électoraux et le vol d'ordinateurs et de documents, ou de faux drapeaux (se positionner en victimes par des actes commandés), etc. 

L'illusion du vote stratégique dans un mode électoral non proportionnel

Mais le plus subtile, en apparence si anodin, consiste à amener les électeurs à croire qu'ils peuvent fine tuner l’issue du vote en présumant connaître les intentions des autres Québécois à la date précise du vote et se donner un gouvernement moins fort (minoritaire). Ce genre d’alchimie électorale est très biaisée dans un mode de scrutin comme celui du Québec (1 circonscription gagnée = 1 siège). En effet, notre système n’est pas une proportionnelle. Un 25% des voies ne donne pas 25% de sièges. notre mode électoral et le vote stratégique peuvent et ont souvent pour effet, le jour de l’élection, de faire la différence entre faire élire 15 ou 20 députés vs en faire élire 1 seul. À nos apprentis électeurs québécois : nous ne sommes pas dans une proportionnelle au Québec. Ici 1 circonscription remportée donne 1 siège (1 député) et le nombre le plus élevé de circonscriptions remportées porte un parti au pouvoir; non pas le pourcentage global du vote

La réalité des chiffres expliquée par un exemple de l'ancien parti de l'ADQ

Toute tentative de jouer avec les chiffres lorsqu’on vote peut avoir des conséquences énormes. Une circonscription peut se perdre par quelques votes et cela fera varier le nombre de députés d'un parti. Voici 3 exemples de l'imprévisibilité du nombre de députés dans l'histoire de l'ancien parti ADQ:

  • En 1998, 11,8 % des votes pro-ADQ n’ont donné que 1 siège (1 député). Un électeur «stratégique» aurait pensé qu'il y en aurait beaucoup plus.
  • En 2003, 18,2 % des votes n'ont donnée que 4 sièges à l'ADQ;
  • en 2008, 16,4% des votes ont donné 7 sièges. 
Car c’est le nombre de circonscriptions remportées qui déterminent le gouvernement élu (le parti formant le gouvernement) et non pas le nombre de votes global de toutes les circonscriptions (qu'on appelle encore parfois les comtés).

Et un vote surestimé par des sondages pave le chemin pour la fraude lors du comptage

Par exemple, si dans une élection multipartis un sondage gonflé donne le parti sortant à 30% alors qu’il est en réalité à 26%, cela peut favoriser une fraude électorale dans une ou des circonscriptions, lors du comptage, par exemple, en «trouvant» des boîtes (déjà prêtes) de votes prétendus, oubliées dans le décompte. On annoncera par exemple, le chef sortant battu dans sa circonscription et finalement élu (miraculé). Ou dans une pays près de chez vous, en insérant une clé USB avec un programme informatique dans quelques machines de comptage, ou via une connexion web, pour pondérer le résultat (ex. nombre de votes X 1,15 pour le parti à sauver et inversement votes du parti adverse X 0,85), de cette façon, sans pour autant modifier le nombre total de votes (très rusée cette pratique testée sur des élections réelles). Ceci explique aussi le nombre total de votes qui chute (régresse) en défaveur d'un candidat, comme on l'a vu par exemple aux États-Unis en 2020, En France récemment, etc.

Si ceci ne réveille pas le Québec, qu'est-ce qui le fera?

Est-ce que je vous dis pour qui je vote maintenant? Non. Mais je ne voterai pas «Québec Totalitaire», ce qui depuis 2020 élimine déjà plusieurs partis établis… Vous trouvez que j'exagère, mais la démocratie, les tribunaux et de multiples droits, comme le droit de maintenir son travail, le droit à la mobilité, à la vie privée, à l'accès à des soins payés par nos impôts et taxes, le droit au plein air en soirée, et plusieurs autres, ont été ou sont encore suspendus, en partie. Il n'y a plus d'opposition depuis 2020, les professionnels de la santé se laissent menacer et museler par leurs ordres professionnels. Au Canada, la contrainte contre la délivrance des demandes de passeport n'est pas un hazard, mais un contrôle des déplacements de la population. De même pour la mobilité. Une parente d'une famille immigrée au Québe il y a près de 20 ans, venait voir annuellement sa famille au Canada. Mais encore en été 2022, malgré le faible impact COV., cette personne ne peut plus venir au pays, n'étant pas vaccinée. 

Alors est-ce qu'on agit comme dit un slogan électoral au Québec : «Continuons» ? Non !

Pensée : 

«Ceux qui conduisent ce peuple l'égarent, 

Et ceux qui se laissent conduire se perdent». (extrait de Esaïe, chap. 9)



mardi 16 août 2022

L'État profond contre-attaque à Mar-a-Lago

OPINION - Prétendre que le patriote des patriotes américains se vouerait à l'espionnage contre son propre pays ne sonne pas uniquement faux, c'est faible, idiot et complotiste. Je suis Canadien mais préoccupé. Après tout, n'avons-nous pas une portion équivalente de l'État profond et des élus et officiers de l'État corrompus au Canada?


Le mandat de perquisition  exécuté par le FBI à la propriété de Donald Trump à Mar-a-Lago, le 8 août 2022, sent fortement la commande politique à l'approche des élections de mi-mandat. Ou sinon, ce pourrait être une vengeance de certains éléments contre un président qui a brassé la cage et fait rouler quelques têtes pour tenter d'assainir le marais de la justice et de la sécurité nationale durant son mandat (2016-2020), surmontant au passage de fausses accusations (prétendue collaboration avec une possible ingérence de la Russie dans le processus électoral (collaboration avérée fausse après des mois d'enquête), tentative d'impeachment non valide qui n'a pas levé, affaires de mœurs souvent fabriquées, etc.).


Ce genre de commande politique existe plus que jamais. Si ça existait on l'aurait ? Eh bien oui, on a vu que ce genre d'ingérence existe au Québec aussi. Cela rappelle par exemple la perquisition de l'UPAC à la résidence de Nathalie Normandeau et son arrestation (elle et d'autres Libéraux), à la date précise du dépôt du Budget controversé du Parti Libéral du Québec, le 17 mars 2016

Pour les habitués de politique américaine, la perquisition de Mar-a-Lago constitue un événement sans précédent. Cette action d'éclat c'est du bonbon pour les médias. L'opération peut viser tout autant la

>>> LIRE la suite