samedi 22 juillet 2017

Québec: consultation publique sur la discrimination systémique et le racisme - Retour de l'autoflagellation franco-québécoise

L' «auto-bashing» annoncé (autoflagellation collective) disent les uns... Effectivement. La consultation sur la discrimination et le racisme systémiques au Québec part déjà de travers avant même d’être née. Nous sommes coupables d’être Québécois majoritairement francophones.

Drapeau du Québec, flottant, avec point d'interrogation rouge pour: Quel avenir pour le Québec dans l'ingénierie sociale entamée il y a quelques décennies? Crédits image: Gouvernement du Québec pour le fond avec le fleurdelsié, modifié avec le point d'interrogation par Gilles B., YaPasDePRESSE.info.


Tout comme c'était le cas pour les précédentes consultations ou commissions des dernières décennies, le thème ou la question, avec l'utilisation du qualificatif «systémique» (de système, de l'ensemble), suggèrent l'orientation sociale attendue, comme un professeur qui veut éviter aux élèves de prendre une fausse piste en réponse à une question d'un test. Et parce que ce ne sont pas des référendums, mais des consultations, le Gouvernement n'est pas contraint de donner suite à la position exprimée majoritairement par les mémoires ou la population. Il a d'ailleurs prévu une soupape de sécurité avec des spécialistes, pour s'assurer de pondérer les réponses ou le poids des mémoires et de la population.


Une étape d'ingénierie sociale de plus au Québec


Le gouvernement Libéral du Québec poursuivra son exercice d’ingénierie sociale (restructuration de la culture québécoise), cette fois via la discrimination et le racisme à la fin de l’été 2017


Comme pour toutes les autres commissions des gouvernements au pouvoir des dernières décennies, le thème de la commission suggère la conclusion attendue; ici un exercice d’autoflagellation culturelle collective. Nous sommes coupables d’être Québécois majoritairement francophones et voulant une culture ouverte, mais premièrement francophone, pour les prochaines générations aussi.

Le mandat de la commission parle de discrimination systémique. Or, pour qu’une pratique soit systémique, elle doit être érigée en système et réseauté (interconnectée). 

Y a-t-il du racisme au Québec? Oui il y en a. Le racisme au Québec est-il plus présent qu’ailleurs? Pratique-t-on une discrimination collectivement organisée (du système = dans l'ensemble, systémique)? C’est ce que l’on voudrait nous faire dire. En fait, y a-t-il du racisme dans tous les pays? Oui.

Pourquoi devrait-on comme peuple, s'autoflageller ici pour une décennie de plus?
  • Nommez-moi un président ou ministre blanc en Afrique en 2017. Et il n’y en n’a pas à l’horizon pour les prochaines années.
  • Nommez un président ou ministre catholique ou protestant dans un pays arabe
  • Nommez les œuvres sociales de pays musulmans destinées aux non-musulmans. Par exemple, sur la planète, il y a beaucoup plus de musulmans que de nord-américains de foi chrétienne (États-Unis et Canada réunis). Vous, et particulièrement les médias, devriez donc pouvoir nommer aisément plusieurs dizaines d'interventions d'entraide. Par exemple, y en a-t-il eu, comme on en a vu de la part du Japon, d'Israël, de la Suisse, des États-Unis, du Canada, etc., pour venir au secours de la capitale d' Haïti, lors du grand tremblement de terre de Port-au-Prince en 2010? On attend les réponses.
Ce que cet exercice politique va faire en réalité, c’est déraper sur le thème de la religion (ex. musulmane) et exacerber (exciter) les différences au lieu de rapprocher. On le perçoit déjà comme une accusation de discrimination et racisme collectif, alors que tous les pays fondés sur une culture sont protectionnistes de celle-ci.


Les dés sont pipés dans la consultation annoncée sur la discrimination sur le racisme et la discrimination systémiques

lundi 17 juillet 2017

Pourquoi la compensation Libérale à l'ex-terroriste Omar Khadr est une grave erreur?

La député canadienne Michelle Rempel expose d'une manière simple et limpide à Tucker Carlson pourquoi le paiement par le Gouvernement Libéral du Canada non fixé par une cour (tribunal) à Omar Khadr constitue une erreur grave. Certainement une des meilleures entrevues et des plus éclairantes sur le sujet.


NOTES :
1)  La compensation de 10,5 millions en dollars canadiens au présumé ex-terroriste juvénile Omar KHADR (1) correspond à environ 8 Millions U.S. Ceci explique les différences de chiffres dans les médias.

2)  La photo du jeune Omar sans barbe et au cheveux courts largement reprise dans les médias (incluant dans la vidéo qui suit) date d'au moins 1 à 2 ans avant son crime qui incluait la fabrication de bombes artisanales et le meurtre à la grenade d'un médic américain après un cessez-le-feu.

Entrevue de la député canadienne Michelle Rempel avec Tucker Carlson (en anglais) ici: 
VIDEO avec redirection de page: 

Parliament member: Canadians outraged by terrorist's payday


(photo)
Crédits photo: extrait d'une vidéo de Fox News, 17 juillet 2017.

Introduction et entrevue intégrale via Twitter:


LIRE AUSSI:

Omar Khadr n'était pas un «enfant soldat»

23 SEPTEMBRE 2013

Et pour ceux qui douterait qu'Omar Khadr ait vraiment contribué à tuer des civiles et militaires, vidéo le montrant fabriquant des bombes «artisanales» pour al-Qaïda, une force d'occupation.



________________

1. Omar Khadr était âgé de près de 16 ans au moment de son arrestation et détention hors du Canada lorsqu'il était au service d'al Qaïda volontaire, avec l'âge de raison et considéré comme un homme dans la culture du Proche-Orient. En guerre contre le Canada au moment des faits, il aurait pu tout aussi bien, en tant que citoyen canadien, le fondement de sa défense, sur cette même base être poursuivi pour trahison contre son pays. Il faut rappeler que le mouvent terroriste al-Qaïda constitue une force non élue et tuant des civils refusant de se soumettre à sa propagande, en prétendant les défendre. C'est aussi un mouvement terroriste s'opposant aux gouvernements élus des pays qu'il occupe.


jeudi 13 juillet 2017

Autre mort inhabituelle dans le sillage de la machine Clinton

Le sort s'acharne sur les Clinton comme la misère sur le pauvre monde. Un investigateur républicain des courriels démocrates rendus publics se serait suicidé sans signe avant-coureur et d'une manière particulière, avec un sac sur la tête...

Autre mort inhabituelle dans le sillage du clan Clinton 


Le mauvais sort s'acharne vraiment dans le sillage du clan Clinton. Un investigateur républicain dans l'affaire des courriels d'Hillary disparus puis rendus publics (ex. via Wikileaks) a été trouvé mort en mai, 10 jours après s'être ouvert à un journaliste du Wall Street Journal sur les sources présumées dans le scandale des fuites de courriels.

«Un rapport de juin 2017 a démontré que Smith avait prétendu travailler avec le futur conseiller à la sécurité Michel Flynn, et a établi que Smith était mort d'une manière inhabituelle environ 10 jours après la conversation avec le reporter» (Red Pill, The Goldwater, 2017-17-14).

On est en effet toujours surpris lorsqu'une personne se «suicide» sans signe avant-coureur et avec un sac sur la tête...


LIRE l'article complet:

GOP Operative Investigating Hillary’s Emails ‘Committed Suicide’ with Bag Over His Head

By Red Pill, The Goldwater · 07-14-2017
http://thegoldwater.com/news/5112-GOP-Operative-Investigating-Hillary-s-Emails-Committed-Suicide-with-Bag-Over-His-Head


NOTE :

On se souviendra que dans le contexte de la nomination officielle d'Hillary Clinton à l'été 2016, un informateur présumé de Wikileaks et de  G u c c i f e r  2.0, dans le scandale des courriels démocrates et employé du DNC (Comité national Démocrate) était abattu d'une balle au bas du dos sans avoir été volé, dans un cartier cossu de Washington (S E T H   R I C H). Trouvé vivant par les policiers et mort par la suite à l'hôpital, l'affaire a été présentée comme probable tentative de vol. Les blogueurs et comptes twitter qui ont insisté sur un possible meurtre avec motif politique basé sur les information ont été pénalisés pour ne pas suivre la thèse du vol qui a mal tourné. Ça ressemble un peu plus chaque jour à la situation des meurtres non résolus au Mexique et du pouvoir parallèle. Es la muerte.

samedi 1 juillet 2017

SOS des journalistes mexicains: le Mexique a toujours besoin d'un sauveur

Suite au meurtre d'un sixième journaliste en six mois au Mexique, les journalistes mexicains lancent un SOS et demandent protection et justice


Et le Mexique a toujours besoin d'un libérateur  

«Le reporter avait été kidnappé [le 18 mai 2017] au lendemain d'un discours du président Enrique Peña Nieto s'engageant à renforcer les mesures de sécurité pour les journalistes et mettre fin à l'impunité qui prévaut dans plus de 90% des meurtres» (AFP, 28 juin 2017).

Selon l'AFP la violence est répandue au Mexique, au point que, en 2016,

  • «11 reporters ont été tués dans le pays, un chiffre record».
  • «Le Mexique connaît une vague de violences depuis 2000 qui a fait plus de 200 000 morts ou disparus».


Le Mexique a effectivement besoin d'un sauveur


Le Mexique a un réel besoin d'un sauveur, comme le titrait le Time Magazine avec la photo du président Enrique Peña Nieto, le 24 Février 2014. Le sauveur reconnaîtra le problème et pourra travailler sans avoir les mains liées.

Crédits photo : couverture du Time Magazine du 24 Février 2014 / PHOTOGRAPH par PETER HAPAK pour le TIME


Au rythme actuel de 1 journaliste tué par mois depuis janvier en moyenne, le nombre de journalistes assassinés en 2017 pourrait bien atteindre 12. Devant l'ampleur de la criminalité, faut-il encore s'étonner que l'actuel président des États-Unis et un grand nombre de citoyens américains et nouveaux Américains réclament un renforcement de la frontière avec le Mexique, à la mesure du problème de la corruption et de la criminalité mexicaines? L'immigration depuis l'un des pays les plus criminalisés au monde ne saurait être indépendante de la qualité des demandeurs et des contrôles, en respect des immigrants qui ont suivi la voie légale pour fuir ce marasme et pour la sécurité de tous les citoyens américains; nouveaux et anciens. Faut-il souligner que le mouvement inverse de fuite massive des États-Unis vers le Mexique n'existe pas. Mais la plupart des médias ne savent pas en tirer des conclusions.

mercredi 28 juin 2017

CNN échappe à une menace de poursuite de 100 millions$ après des excuses publiques

Une menace de poursuite de 100 millions $ pour diffamation a pesé sur CNN. Le réseau a accepté de faire des excuses publiques à Anthony Scaramucci (Twitter : @Scaramucci), un collaborateur de l'équipe de transition de Trump souvent invité par le réseau.




Les consultations d'avocats de droit civil en vue de la poursuite ont fait suite à un reportage bâclé. Le trio formé du journaliste Tom Frank, de l'éditeur Eric Lichtblau et de Lex Haris qui ont dirigé l'unité «CNN Investigates», aurait été invité à démissionner. Ceux-ci avaient relié, sur la base d'une seule source, M. Scaramucci  à une fraude financière en lien avec un fonds russe. Le réseau a depuis retiré l'article qui ne répondait pas à ses critères et a donné des excuses publiques officielles.

Pourquoi des excuses ne suffisent généralement plus dans la nouvelle réalité de la guerre politico-médiatique


Des excuses ne suffisent plus au stade actuel à mon sens, car ce genre de reportage orienté (construit pour nuire ou faire vendre) ou au mieux, «mal préparé» (plaider l'erreur est l'excuse la plus facile), atteint par son rayonnement, beaucoup plus d'Américains, la presse étrangère et les leaders étrangers, que ne le font les excuses ou rétractations (lorsqu'il y en a), et ceci, à la fois en quantité et dans la mémoire populaire. Presque tous les Américains, ainsi que journalistes et leaders étrangers se souviendront des gros titres accusatoires, mais bien peu, des rétractations publiques qui ont suivi, si du moins elles leur sont parvenues. Les rétractations ou excuses ont rarement la même diffusion ou le même poids média (rayonnement) que les fausses nouvelles (intox), surtout lorsqu'elles sont issues des grands médias traditionnels et grands médias web. Et trop souvent la nouvelle biaisée est retirée en sourdine après avoir produit des dommages...


D'autres cas de partisanerie politique ou de Fake News par les grands médias


On se souviendra par exemple, que devant l'exode de sa base suite à une couverture partisane anti-Trump en 2016, le célèbre New York Times s'était excusé par une lettre auprès de sa base de lecteurs en défection hémorragique (annulation massive des abonnements). Mais de simples excuses ne peuvent réparer les torts causés. C'est pourquoi, faute de conséquences et avec en plus une popularité accrue suite à de telles diffusions, les mêmes médias sont portés à récidiver quelques semaines ou mois plus tard, renforcés d'autant, par la croissance de leur popularité et de leur valeur ($) et donc, capacité d'assumer des méga-poursuites légales. Le président de CNN, Jeff Zucker, s'était justement vanté de la confiance plus grande que jamais inspirée par le réseau CNN (article du 19 juin 2017), lors de son passage à Cannes une semaine plus tôt. 

LIRE toute l'info (en anglais) sur le site du New York Post
via Emily Smith:  CNN faced $100M lawsuit over botched Russia story (27 juin 2017)


Jeff Zucker, président de CNN. Un visage à mémoriser, car il pourrait revenir dans d'autres cas semblables. Crédits photo: David Shankbone - Shankbone 2010 NYC, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=10408426

LIRE AUSSI:

50 nuances de FAKENEWS

9 AVRIL 2017

vendredi 23 juin 2017

OPINION - Mon concept pour une nouvelle émission TV au Québec

(Un peu d'ironie). J'ai eu un flash pour une nouvelle émission de télévision au Québec. C'est très concept. Imaginez un animateur ou une animatrice qui invite les artistes et autres personnes publiques de la télé et de la chanson pour leur demander leur opinion sur tout. Quoi? Vous me dîtes : «Mais ça existe déjà à la télé» à répétition en plus? vous avez tout compris.


(dernière modification: 15 juillet 2017)

«Mais ça existe déjà ton idée; ce n'est pas un concept», me dîtes-vous? 


Un concept, c'est comme Belle et Bum, qui en prime, ne se donne pas pour mission de reprogrammer la pensée des Québécois. Si on voyait les artistes performer dans leur art, plutôt que parler de tout et de rien, de ce qui dépasse leurs compétences, ce serait déjà un gain. Voilà. Vous avez tout compris. On peut se faire gaver, chaque soir en semaine et les weekends, de ce genre de productions clonées, avec le carrousel des mêmes invités se promenant de l'une à l'autre. On les fait ressasser leur passé, leur histoire personnelle, leurs aspirations, ce qu'ils mangent, ce qu'ils aiment, parler sur leur maison et sur leur nouveau projet qui requiert un auditoire. On leur demande leur opinion sur les grands enjeux et sur la politique et la science pour l'avenir de la Terre. Ou on les célèbre. On leur crée des Quizz pour leur assurer un cachet. Dans mon «concept», je vois des coanimateurs. Il faut un gay ou un BLT et quelqu'un pour faire rire (un 2 dans 1 est moins cher), des motivateurs de public en studio aussi. Car on enregistre devant un public «boosté» pour l'ambiance.

Plateau de «Y'a du monde à messe» -Telequebec 2017. Une des multiples émissions pour faire parler les acteurs,chanteurs, humoristes et artistes de la vie publique. Ici, à l'ouverture de la soirée, ils sont dans l'attente du nouveau «curé» de la «paroisse» Téléquébec, à la suite des autres chaînes. Les émissions pour entendre nos artistes se répandre et «prêcher» leurs idées ne se comptent plus. Un véritable carrousel fait le tour incessant de ces plateaux pour débarquer ses passagers de la semaine ou du mois.

Pénéloppe McQuade, quatrième depuis la gauche, et des invités de son émission «Les Échangistes». Crédits photo de ICI Radio-Canada

J'ironise sur un nouveau clergé


Il n'y a que cela, enfin, presque que cela à notre TV en soirée. Et je ne suis plus là. Et je ne vois pas pourquoi un Québécois qui a choisi les arts et spectacles (la vie publique) comme carrière, aurait une opinion plus juste que le reste de la population, sur les enjeux de l'actualité et sur les orientations sociales sur lesquelles nous n'avons pas de prise réelle, malgré les «consultations». Je ne vois pas pourquoi il faudrait se nourrir du prêchi-prêcha sur tout sujet social, avant de «plugger» leur livre, ou leur spectacle, ou leur nouvel album. Ça fait que Bye!

Pour mieux comprendre l'esprit de ce qui est exprimé plus haut, lire cette chronique de Sophie Durocher que je trouve ici un peu trop virulente sur le ton, mais je suis d'accord avec ce qu'elle dénonce (le fond):

Les Morissette sont des génies!

(19 juin 2017)

lundi 5 juin 2017

Attaque de London Bridge: CNN aurait fabriqué de la nouvelle

La chaîne CNN a-t-elle mis en scène une manifestation suite à l'attentat qui a frappé 3 sites de Londres le 3 juin 2017? C'est en tout cas ce que suggère cette vidéo partagée sur plusieurs fils Twitter le 4 juin suite aux  attaques aux London Bridge, Borough Market et Vauxhall sur un tracé d'env. 5 km


Nous y voyons une organisation qui ressemble à un plateau de tournage et des musulmans littéralement pris en charge pour passer un message et se dissocier des attentats. Mais la scène a toutes les allures d'avoir été créée de toute pièce.

CONTEXTE: Attentats Londres London Bridge 2017-06-03 mise en scene (?) CNN footage 4juin 2017. La vidéo d'où est tirée cette image, a été partagée sur plusieurs fils Twitter. Une équipe de tournage de CNN plus nombreuse que le pseudo-rassemblement spontané procède à ce qui ressemble à un footage en vue de créer l'impression d'une communauté musulmane solidaire, unie contre le terrorisme et l'islam radical. Moins de 10 musulmans, dont un enfant et un imam, sont coachés et alignés pour un cadrage serré, et même les deux constables se positionnent pour être dans le champ de la caméra au bon moment pour créer une impression de contrôle de foule. C’est troublant. Cela questionne l’éthique journalistique une fois de plus.



CNN verse-t-elle dans la Fake News sociale (intox sociale)?

Plusieurs questions se posent. La célèbre chaîne de l' «information» fait-elle
  • de la réinterprétation sociale?
  • OU essait-elle carrément de tromper (donner l'impression d'un mouvement de protestation)?

On n'ose pas croire que CNN ferait de la mise en scène et de la réinterprétation pour un bulletin de nouvelles, mais pourtant...