lundi 18 mai 2020

HOMELAND : Ce témoignage volontairement ignoré au Québec

Témoignage de juin 2016 et sécurité intérieure aux États-Unis. Ce témoignage d'un ancien officier de la Sécurité intérieure des États-Unis (Homeland Security Department) n'a pas fait les nouvelles au Québec...


Ce témoignage était rendu dans le cadre du Débat sur «l'Islam radical» et le terrorisme en juin 2016 («Debate on "Radical Islam" and Terrorism»), devant un comité présidé par le Sénateur Ted Cruz.


L'Islam radical est bien actif aux États-Unis (et par déduction, logiquement au Canada) depuis des années, politiquement, juridiquement (pour implantation de la charia), et dans les Agences de la sécurité, du contre-espionnage, etc. On se serait cru dans une scène de la série HOMELAND...

Pour une transcription complète de M. Philip Haney en français sur les activités de l'Islam radical et le contrôle de l'information (caviardage de documents) dans l'administration américaine, VOIR mon article du 4 avril 2017:

VOIR la transcription en français : Lutte au terrorisme et interférence politique aux États-Unis






J'avais écouté une partie du débat en direct en juin 2016, année électorale aux États-Unis, mais j'ai mis du temps à publier, car pour moi, il était clair que les médias du monde en ferait une nouvelle importante. Mais cela n'est pas arrivé. Quand j'y ai repensé, face aux événements de l'actualité et à des orientations politiques incompréhensibles, je me suis donc mis à la tâche, en tant que citoyen canadien. Je constatais que des choses inexplicables autrement que par une infiltration dans nos institutions et médias, se produisaient déjà ici aussi, comme dans le monde (ex. ISIS et silence média).

dimanche 10 mai 2020

Coronavirus COVID-19 : Médecins américains réduits au silence

(video en anglais, transcription anglais et français). «Jamais dans l'histoire de cette grande République nous n'avons mis en quarantaine les personnes en bonne santé [...] «Je m'appelle Dr Jeff Barkey et je représente ici des milliers de médecins à travers le pays dont les voix sont réduites au silence.» (Dr Jeff Barkey)



AVERTISSEMENT : CETTE VIDÉO NE CONSTITUE PAS UN AVIS MÉDICAL, MAIS UN DISCOURS AUX FINS D'UN SAIN DÉBAT DÉMOCRATIQUE.

Extrait d'un discours prononcé en mai 2020 par le Dr Jeff Barkey.

Dr Jeff Barkey, lors de son discours en mai 2020


La vidéo de l'extrait du discours du Dr Barkey a été bloquée à répétition par Youtube. La voici depuis une autre plate-forme.




Traduction en français d'une partie du discours du Docteur Jeff Barkey (avec emphase ajoutée en caractères gras)


«Que se passe-t-il si les experts se trompent ? Et si la mise en quarantaine des personnes en bonne santé ne permettait pas vraiment de sauver des vies ? Que faire si le port d'un masque en public n'est pas efficace ?» 
«Je m'appelle Dr Jeff Barkey et je représente ici des milliers de médecins à travers le pays dont les voix sont réduites au silence parce que nous ne sommes pas d'accord avec les médias grand public et les experts qui nous disent quoi faire.» 
«Jamais dans l'histoire de cette grande République nous n'avons mis en quarantaine les personnes en bonne santé.  Jamais dans l'histoire de cette grande république nous n'avons dit aux pratiquants qu'il est illégal pour vous d'exercer votre droit à la liberté d'assemblée religieuse prévu par le premier amendement, alors qu'en même temps il est essentiel de garder ouverts, les distributeurs de marijuana.»
«Jamais dans l'histoire de ce pays on ne nous a dit que vous ne pouvez pas aller à l'église parce que ce n'est pas essentiel, mais que vous pouvez vous faire avorter parce que le médecin le dit. Jamais auparavant dans notre pays, nous n'avons laissé les criminels hors de prison, mais nous vous avons dit que vous ne pouvez pas exercer votre droit au deuxième amendement et vous protéger en achetant une arme à feu. Lorsque les commerces d'alcool sont jugés essentiels mais que les entreprises sont jugées non essentielles, il se passe quelque chose d'anormal 
«Ce livret, la Déclaration d'indépendance incluse dans notre Constitution américaine n'a jamais été conçue pour restreindre le peuple, elle a été conçue pour restreindre le gouvernement...»





Transcription (english) ---> 

mardi 5 mai 2020

COVID-19 : Distanciation sociale sévèrement critiquée par la Police de New York

Les policiers de New York (NYPD) se distancient de leur maire et des autorités de leur ville. Ils remettent en question les priorités des dirigeants de la ville qui détruisent le tissus social et les éloignent de leur vraie mission. Le président de l'Association des policiers bénévoles (PBA) a fait une sortie vitriolique le 4 mai 2020, via un COMMUNIQUÉ.


Après un peu trop d'arbitraire du NYPD, son association des policiers bénévoles (Police Benevolent Association - PBA) condidère que la COVID-19 ne justifie pas de perdre les liens positifs avec la population si durement gagnés ces dernières années, pendant que les politiques affaiblissent les lois et que de vrais criminels sont remis en liberté, sous prétexte du coronavirus.

Badge NYC PBA (Police Benevolent Association,  NYPD


Les policiers bénévoles unis de la NYPD ont fait une sortie assez virulentes, par la voix de leur président, Patrick J. Lynch.

Traduction du COMMUNIQUÉ du 4 avril 2020

«DÉCLARATION DE LA PBA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DISTANCIATION SOCIALE
Patrick J. Lynch, président de la PBA a déclaré :
«Cette situation est intenable : la police de New York doit sortir les agents de police de leur rôle d'application de la distanciation sociale. Les lâches qui dirigent cette ville ne nous ont donné que de vagues directives et des messages contradictoires, laissant les policiers se débrouiller seuls aux coins des rues. Personne n'a le droit d'interférer avec une action policière. Mais maintenant que l'inévitable contrecoup est arrivé, ils nous jettent une fois de plus sous un bus
«Pendant ce temps, ces mêmes politiciens continuent à affaiblir nos lois, à relâcher de vrais criminels et à décourager l'application proactive de la législation sur la fraude et les questions touchant à la qualité de vie. En conséquence, nos métros sont dans le chaos et nous avons des infirmières héroïques qui se font agresser sur le chemin de nos hôpitauxAlors que le temps se réchauffe et que la pandémie continue de détériorer notre tissu social, les policiers devraient pouvoir se concentrer sur notre mission principale de sécurité publique. Si nous ne le faisons pas, la ville va s'effondrer sous nos yeux.» (1)
(Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) et Gilles B. / YaPasDePRESSE)
Communique (PRESS RELEASE) 4 mai 2020 | NYC PBA Police Benevolent Association NYPD, par son président, Patrick J. Lynch


En effet, l'Association des policiers bénévoles (PBA) s'efforce de construire des liens positifs avec les

lundi 4 mai 2020

«La Constitution n'est pas suspendue en temps de crise», avertit le Procureur général Barr

Dans le contexte des restrictions sévères émises dans la foulée de la COVID-19, l'Attorney Général du Département de la Justice américaine, William Barr, a émis une directive intitulée (traduction):"Équilibrer la sécurité publique en préservant les droits civils".(1). 


Et les policiers de New York (NYPD) commencent à se distancier de leur maire (autorités municipales). Le président de l'Association des policiers bénévoles (PBA) a fait une sortie vitriolique la 4 mai 2020, via COMMUNIQUÉ.




Dans un important Memorandum du 27 avril 2020, "Balancing Public Safety with the Preservation of Civil Rights",  l'Attorney Général (Procureur Général) William Barr (Department of Justice - DOJ) met en garde tous les procureurs des États-Unis,  non seulement contre les abus liés à la COVID-19, mais particulièrement contre la violation de la Constitution de la nation en temps de crise. Il les enjoint d'être vigilants dans l'exercice de la Justice.

C'est en ces termes que le plus haut gradé du Département de la Justice des États-Unis s'est exprimé (traduction libre de l'anglais):


«De nombreuses politiques qui seraient impensables en temps normal sont devenues monnaie courante ces dernières semaines, et nous ne voulons pas interférer indûment avec les efforts importants des fonctionnaires de l'État et des collectivités locales pour protéger le public. Mais la Constitution n'est pas suspendue en temps de crise. Nous devons donc veiller à ce que ses garanties soient préservées, tout en protégeant le public.» (2)



C'est assez clair pour les juristes de l'État et pour les corps policiers

Le message semble commencer à passer car après un peu trop de zèle de la NYPD, son association des policiers bénévoles (Police Benevolent Association) commence aussi à avertir ses agents. Ce n'est certainement pas le temps de perdre les liens positifs avec la population si durement gagnés ces dernières années.

Badge NYC PBA (Police Benevolent Association,  NYPD


Les policiers bénévoles unis de la NYPD ont fait une sortie assez virulentes, par la voix de leur président. Il s'en est pris aux

dimanche 12 avril 2020

Documentaire : Out Of Shadows (2020) - OFFICIAL

C'est maintenant l'heure de voir la réalité et non les ombres; de voir les marionnettistes et non l'apparence des choses du spectacle. Comme pour l'Allégorie de la caverne du philosophe Platon, vous devez vous faire un devoir de citoyen d'une démocratie de voir ce documentaire au complet; qui introduit ce qui se meut derrière les illusions et que vous commenciez à vous éveiller sur votre propre histoire personnelle.


Ce documentaire a eu près de 6 millions de vues durant les 4 premiers jours de sa publication sur Youtube. Publié sur Youtube le 10 avril 2020.


 






La journaliste Liz Crokin y fait une apparition convaincante. Du vrai journalisme comme il s'en fait aujourd'hui rarement.

La journaliste et auteure, Liz Crokin. Crédits photo : Capture-écran tirée du documentaire «Out Of Shadows» (2020) où elle fait une apparition pour dénoncer le silence médiatique sur la pédophilie et le trafic humain à des fins sexuelles. https://youtu.be/MY8Nfzcn1qQ




Television = Tell a vision
Channels = médiums
Programs = vous programmant depuis l'enfance.

vendredi 10 avril 2020

Pandémie - Vendredi saint 10 AVRIL 2020 : Le Québec n'a pas atteint le sommet !

Triste CARICATURE... En PRIMEUR, Pandémie: La courbe d'évolution du nombre de cas du Québec #COVID19 Vendredi saint, le 10 avril 2020


On n'a pas réussi à atteindre le plafonnement des décès. Malgré tous nos efforts humains...



Télécoms : Les États-Unis s'attaquent à l'espionnage et aux cybercrimes chinois et étrangers

Les États-Unis prennent des mesures contre les technologies proches du parti communiste chinois. Ainsi, une entente remontant à 2007 qui n'est plus respectée, en lien avec la sécurité américaine, est en voie d'être rompue. Un nouveau décret a été émis le 4 avril, établissant de nouvelles règles des technologies des télécommunications en vue de contrer leurs comportements cybercriminels. Ce n'est qu'un premier pas et non la fin.

Logo du Département de la Justice des États-Unis; Department of Justice - DOJ


Contrairement à un titre paru dans un média québécois, les États-Unis ne menacent pas; ils agissent. Des branches majeures de la sécurité américaine prennent conjointement les choses très aux sérieux en matière de sécurité des télécommunications.

Le Département de la Justice des États-Unis demande de mettre fin à des ententes de télécommunications avec des entreprises de la Chine suite à un nouveau décret


Tout a commencé par une sortie publique de l'Attorney Général (Procureur Général) du Département de la Justice américaine (le plus haut gradé de la Justice).  William P. Barr, connu en tant que Bill Barr, a mentionné des activités illicites qui s'attaquent de plein fouet aux citoyens,  institutions (ex. secrets de la recherche; influencer la politique de manière illégale) et industries américaines (vol de la technologie).



A suivi un communiqué majeur du 9 avril 2020 émanant du Département de la Justice (DOJ)
Compte Twitter du Département de la Justice - DOJ américain (https://twitter.com/TheJusticeDept)


Compte Twitter du Département de la Justice américain - DOJ (https://twitter.com/TheJusticeDept)




Le communiqué du DOJ du 9 avril 2020 indique un premier pas; non la fin des actions : 

«L'action d'aujourd'hui n'est que la prochaine étape pour assurer l'intégrité des systèmes de télécommunications américains», a déclaré John C. Demers, procureur général adjoint pour la sécurité nationale


Après enquête et surveillance, les branches de la sécurité convergent vers une conclusion commune:


Le communiqué émane d'une recommandation conjointe des : «ministères de la Justice, de la Sécurité intérieure, de la Défense, de l'État, du Commerce et le représentant commercial des États-Unis.

Contrairement à ce que nous présente les médias, ce n'est pas une menace mais un conséquence, ayant fait l'objet d'un décret, le 4 avril 2020.

La FCC interpellée et qui devrait se soumettre est un peu l'équivalent de notre CRTC au Canada.




TRADUCTION DU COMMUNIQUÉ ÉMIS LE 9 AVRIL 2020 (vous pouvez proposer des améliorations de cette traduction brute en m'écrivant via mon compte Twitter https://twitter.com/YaPasdePRESSE)

 [9 avril 2020]

COMMUNIQUÉ (traduction DEEPL)

«Les agences du pouvoir exécutif recommandent à la FCC de révoquer et de mettre fin aux autorisations de China Telecom de fournir des services de télécommunications internationales aux États-Unis



«Aujourd'hui, les agences du pouvoir exécutif intéressées [1] ont recommandé à l'unanimité que la Commission fédérale des communications (FCC) révoque et mette fin aux autorisations de China Telecom (Americas) Corp. de fournir des services de télécommunications internationales à destination et en provenance des États-Unis.  China Telecom est la filiale américaine d'une société de télécommunications publique de la République populaire de Chine (RPC)
«Le ministère de la Justice a dirigé l'examen des autorisations de China Telecom, et il a fondé sa recommandation sur les développements survenus depuis le dernier transfert des autorisations en 2007, notamment le non-respect par China Telecom des termes d'un accord existant avec le ministère. 
« "Aujourd'hui, plus que jamais, la vie de la nation et de son peuple passe par nos réseaux de télécommunications", a déclaré John C. Demers, procureur général adjoint pour la sécurité nationale.  "La sécurité de nos communications gouvernementales et professionnelles, ainsi que de nos données les plus privées, dépend de notre recours à des partenaires de confiance issus de nations qui partagent nos valeurs et nos aspirations pour l'humanité.  L'action d'aujourd'hui n'est que la prochaine étape pour assurer l'intégrité des systèmes de télécommunications américains". 
«Dans sa recommandation, les agences du pouvoir exécutif ont identifié des risques substantiels et inacceptables pour la sécurité nationale et l'application de la loi associés aux activités de China Telecom, qui rendent les autorisations de la FCC incompatibles avec l'intérêt public. Plus précisément, la recommandation était basée sur : 
  • l'évolution de l'environnement de sécurité nationale depuis 2007 et une meilleure connaissance du rôle de la RPC dans les cyberactivités malveillantes visant les États-Unis ; 
  • la crainte que China Telecom soit vulnérable à l'exploitation, à l'influence et au contrôle du gouvernement de la RPC ; 
  • des déclarations inexactes faites par China Telecom aux autorités gouvernementales américaines sur l'endroit où China Telecom stocke ses documents américains, ce qui soulève des questions sur les personnes ayant accès à ces documents ;
  • des déclarations publiques inexactes de China Telecom concernant ses pratiques en matière de cybersécurité, qui soulèvent des questions sur le respect par China Telecom des lois fédérales et étatiques en matière de cybersécurité et de protection de la vie privée ; et 
  • la nature des opérations américaines de China Telecom, qui offrent aux acteurs étatiques de la RPC la possibilité de se livrer à des activités cybernétiques malveillantes permettant l'espionnage économique et la perturbation et le mauvais acheminement des communications américaines.  

«Certains des faits susmentionnés sont liés au non-respect par China Telecom d'une lettre d'assurance de 2007, qui a servi de base aux autorisations existantes de la FCC. La division de la sécurité nationale du ministère, section d'examen des investissements étrangers, a identifié ces problèmes de conformité grâce à son programme de surveillance des mesures d'atténuation.  En conséquence, les agences du pouvoir exécutif ont conclu que les risques pour la sécurité nationale et l'application de la loi associés aux autorisations internationales de China Telecom en vertu de l'article 214 ne pouvaient pas être atténués par des conditions d'atténuation supplémentaires. 
«De plus amples informations concernant la recommandation des agences du pouvoir exécutif sont disponibles sur le système de classement du Bureau international de la FCC (IBFS), sous le numéro de dossier ITC-T/C-20070725-00285.  La National Telecommunications and Information Administration du Département du Commerce a déposé la recommandation au nom des agences du pouvoir exécutif.  
«Le ministère s'est engagé à travailler avec l'industrie pour s'assurer que les besoins commerciaux critiques sont pris en compte et traités d'une manière qui soit compatible avec les intérêts des États-Unis en matière de sécurité nationale et d'application de la loi.  Cette mesure a été prise dans le cadre de l'arrangement ad hoc des ministères de la Justice, de la Défense et de la Sécurité intérieure, anciennement connu sous le nom de Team Telecom, dont le fonctionnement a été récemment officialisé par un décret daté du 4 avril 2020, établissant le Comité d'évaluation de la participation étrangère dans le secteur des services de télécommunications des États-Unis. Les demandes transmises par la FCC après la date du décret seront traitées selon le processus décrit dans ce décret.  
________________ 
1] Aux fins de la recommandation, les agences du pouvoir exécutif comprenaient les ministères de la Justice, de la Sécurité intérieure, de la Défense, de l'État, du Commerce et le représentant commercial des États-Unis.




- 30 - (FIN de la traduction DU COMMUNIQUÉ)


L'auteure, blogueuse et youtubeuse, Jennifer Zeng (https://twitter.com/jenniferatntd) avait écrit une publication que je qualifierais de magistrale, à mon sens, sur le Cheval de Troie que constituent les télécommunications en lien avec le parti communiste de Chine, en situation en apparence dormante en démocratie américaine.


Pendant ce temps, au Canada ...


De son côté, le Canada, sous le parti Libéral, ne semble pas résister aux chants des sirènes avec les télécommunications chinoises; ou du moins crée cette impression malaisante, notamment en acceptant des dons de Huawei  (entreprise poursuivie pour espionnage par le Gouvernement américain et au Canada pour une raison avec interdit de publication en raison du mutisme permis par le droit croche).


Pensée : Réfléchir est en voie d'être classé comme un acte séditieux dans certains états en recul démocratique dont les indices sont de plus en plus évidents. Quand le meilleur protecteur des libertés et de la sécurité des citoyens d'un pays devient le gouvernement d'un pays voisin, c'est comme l'heure de se réveiller politiquement.