Mes Pensées Sociopo

Quelques pensées sociales et politiques et l'article qui les ont inspirées, partagées sans prétention


  • Parler d'éthique dans le monde politique et professionnel post-moderne actuel, c'est parfumer un mort. (24 août 2019)
  • Utiliser politiquement la race et l'ethnicité est un acte profondément raciste. Vouloir s'approprier et posséder le vote racisé par les multiples manœuvres électorales comme le vote illégal, par les mensonges répétés et l'excitation à la haine, avec la complicité de médias douteux, fait la honte pour un parti, aussi démocrate soit-il.
  • La force des historiens, c'est leur accès aux archives. Leur faiblesse? C'est la même. (19 mars 2009)
  • Un vegan mort, c'est de l'engrais. Cela peut choquer au premier coup, mais en y repensant, c'est exactement leur façon de mesurer la vie humaine actuelle.
  • Si les droits de l'homme, comme on les appelle, sont liés et tributaires d'un gouvernement, d'un État ou d'un groupe d'États, alors il n'y a plus de droits. Car la justice et l'équité deviennent assujettis à un groupe d'individus tout aussi humains et faillibles que vous-mêmes. Les droits seront donc épisodiques et fonction des humeurs, du temps et des alliances et intérêts de la classe dirigeante qui décide. La justice et l'équité (les droits) doivent émaner de quelqu'un de plus grand. Inspiré de la lecture d'un article sur le site catholique gloria.tv: Benoît XVI : le concepts des "droits de l'homme" est destructeur. (9 mai 2018)
  • On ne peut pas bâtir une société vraie et juste sur la base de milliers de mensonges.
  • Avant de renverser le Québec, nos anarchistes devraient faire un petit calcul. Ils vont aussi devoir reconstruire, et à 28 heures par semaine tout en alimentant les réseaux sociaux, ça va être long. Dans le nouveau régime, chacun devra travailler dur pour gagner son salaire et se verra attribuer un travail par l'État 

    Lyre et délire : une petite pilule pour les artistes?

    8 juin 2012. 

  • Sur la consommation d'alcool au Québec (Canada). Tout est aujourd'hui prétexte à boire; la naissance, la mort, la nouvelle carrière, la retraite, le vendredi, le samedi, le dimanche, le jeudi, la paye, le soleil, la pluie, l'hiver, l'été, le printemps, l'automne, la chasse, l'amour, la peine d'amour, l'avant-repas, le repas, l'après-repas, l'après-sport, regarder le sport, les voyages, le cocooning, la surabondance de nourriture et d'argent, et... la pauvreté (celle-là, elle est moins drôle...). 

    Hausse de 19% de la consommation d’alcool au Québec [par personne, 1994-1998] 

    (Samedi 3 juillet 2010)
  • La violence de la gauche dans plusieurs pays risque de sérieux revers: ils défendent une lubie, un imaginaire qui n'existe pas, contre des nations et pays qui existent et qui ont une histoire. (15 juin 2016)