dimanche 14 avril 2019

Il a tenté d'interviewer Greta Thunberg sur le climat et a été poliment intercepté

J'ai récemment écrit sur le fait que Greta Thunberg, cette jeune Suédoise militante pro-environnement était probablement utilisée pour faire avancer le socialisme, au moyen de l'environnement qui est une bonne cause en soit, mais pas pour n'importe quel changement, ni à n'importe quel prix (économique, politique). 


Les textes politisés de la jeune autiste et sa montée fulgurante ne pouvaient, à mon humble avis, être sortis de nulle part, de gens de la classe moyenne sans réseau de communications. Mes premières recherches à partir d'une image captée des Victoires de la musique (rediffusées au Québec), édition du 8 février, 2019 m'amenaient à conclure en quelques heures, qu'elle était bien entourée médiatiquement (mère chanteuse d'opéra connue en Europe, père acteur et producteur) et qu'un réseau de contacts semblait déjà préparé pour le jour où il faudrait qu'elle fasse la nouvelle. J'appris quelque semaines plus tard que ses manifestations via des grèves étudiantes pour le climat ont coïncidé avec le lancement d'un livre par la mère.


Mon article de février 2019 ici :

mardi 12 février 2019

Cause climatique : la génération de Greta Thunberg récupérée par ... ?

Greta Thunberg - 15 ans, à la COP 24, le 12 déc. 2018 : «Nous ne sommes pas venus ici pour supplier nos leaders mondiaux [...] Nous sommes venus vous dire que le changement arrive que vous le vouliez ou non»




Voici maintenant un texte intéressant où l'auteur a tenté d'interviewer la jeune activiste du climat, Greta Thunberg, publié sur Causeur.fr, le 9 avril 2019. Le psychiatre, psychothérapeute et anthropologue a été poliment intercepté avant d'avoir la moindre réponse.

Il a interrogé des étudiants et enseignants dans les grèves pour le climat de ces vendredis après-midi. Il raconte les démarches qu'il a faites et les constats. En fait la culture scientifique générale est très faible dans le mouvement qui n'est pas tant un mouvement spontané qu'une utilisation d'une jeune autiste [pour changer la face du monde politique selon mon avis personnel].

LIRE:

J'ai tenté d'interviewer Greta Thunberg (par Marc Reisinger, 9 avril 2019)

L'auteur de l'article est psychiatre, psychothérapeute et anthropologue.


Extrait de Causeur.fr: (9 avril 2019)


« «Je vous ai vue à Bruxelles, il y avait beaucoup de monde… J’ai entendu que vous suggériez aux jeunes d’étudier le climat. J’aimerais avoir un petit entretien à ce sujet, si vous êtes d’accord… » 
«Elle opine du bonnet, mais je la sens craintive, mal à l’aise : j’ai l’impression qu’elle dit « oui », mais pense « non ». A ce moment, elle retire son bonnet. C’est un signal. Instantanément, une femme blonde d’une cinquantaine d’années portant des lunettes noires, qui suivait la scène derrière moi, s’approche avec un sourire faux :
«Hello, désolée, nous avons quelque chose à faire maintenant. Je dois l’emmener, merci…» 
«Fin de l’interview. Un garde du corps habillé de noir – dont on voit sur la vidéo qu’il me surveillait également – les accompagne quelques mètres plus loin : la « chose à faire » était de mettre Greta à l’abri de mes questions. 
«Contrairement aux jeunes manifestantes de Bruxelles, Greta n’a répondu à aucune question. Je me suis trouvé face à une petite fille éteinte, sans passion, manipulée [...]
«Elle est programmée pour des speechs apocalyptiques et provocants de quelques minutes devant les grands de ce monde.»

LIRE l'article complet sur Causeur.fr : J'ai tenté d'interviewer Greta Thunberg
9 avril 2019


MON OPINION

En fait la jeune Greta voyage beaucoup pour aller manifester dans diverses villes européennes. Elle est même accompagnée de gardes du corps et ses interventions sont filtrées par du personnel de relations publiques. C'est ce qui ressortait de son discours à la COP 24 en décembre 2018, alors qu'elle n'avait encore que 15 ans (mon article 12 février 2019). Je ressentais alors que l'on tentait de manipuler les jeunes esprits sans maturité et de générer chez ceux-ci une anxiété, en vue de forcer un agenda politique mondialiste et socialiste, en prenant pour tremplin la cause climatique. 

samedi 13 avril 2019

Cinéma : «Grâce à Dieu», la pédophilie et l’Église Catholique

La pédophilie n'est jamais douce. «Grâce à Dieu» est un film nécessaire. Mais il ne représente qu'une pièce d'un puzzle social et moral. Je suis allé voir «Grâce à Dieu» avec mon épouse. La diversité des récits dans la mobilisation pour dénoncer nous aide à comprendre que le mal pédophile n'a pas à laisser des marques physiques pour être toujours violent. Cet article sera peut-être pénalisé sur le web (shadow banned) car il dévoile la pédophilie camouflée. Pourtant, voyez et réfléchissez par vous-mêmes.


Capture -écran de la bande-annonce du film «Grâce à Dieu» (2019)

Capture -écran de la bande-annonce du film «Grâce à Dieu» (2019)




La lutte molle

Je vous avoue, moi qui ne suis pas d’adhésion de foi Romaine, que la lutte molle à la pédophilie, me dérange profondément. Car chaque nouvelle victime risque de voir toute sa vie brisée, déformée. Ce film aide à comprendre le point de vue des victimes et l'impact de l'exploitation sexuelle, sur la suite de leur vie. Ce sont des faits et non des théories philosophiques.


SYNOPSIS de Grâce à Dieu | Allociné

«Alexandre vit à Lyon avec sa femme et ses enfants. Un jour, il découvre par hasard que le prêtre qui a abusé de lui aux scouts officie toujours auprès d’enfants. Il se lance alors dans un combat, très vite rejoint par François et Emmanuel, également victimes du prêtre, pour « libérer leur parole » sur ce qu’ils ont subi. Mais les répercussions et conséquences de ces aveux ne laisseront personne indemne.»

SYNOPSIS de Grâce à Dieu | Cinoche.com

«Alexandre est un bon père de famille, un bon mari, un bon catholique. Un jour, en se rendant à la messe, il fait face à son pire cauchemar ; l'homme qui l'a abusé durant son enfance, le père Preynat. Réalisant que ce dernier est de retour à Lyon et est toujours en contact avec des enfants, Alexandre décide de sortir de son silence pour le faire bannir de l'église. Malheureusement, cette dernière refuse. Alexandre va finalement rallier François et Emmanuel, deux autres victimes de Preynat. Ensemble, ils vont briser leur mutisme et partir en guerre contre cet homme qui a ruiné leur enfance et écorché leur existence». Synopsis © Cinoche.com


Autres informations sur le film : production, distribution, etc.:

Film de François Ozon

Date de sortie : 2019

Pour les descriptifs d'usage, je vous réfère à cette fin, à Cinoche.com OU Allociné


Le film «Grâce à Dieu» aborde l'expérience d'enfants victimes d'attouchements et d'agressions à travers un récit inspiré de faits vécus. Il est bien mené, sans sombrer dans la surenchère émotive. Dans la salle du cinéma Le Clap, nous étions une quarantaine de personnes, tous âgés de 50 ans et plus... Déjà, ce filtre social de l'intérêt en fonction de l'âge pose problème. La pédophilie n'est pas une affaire de cinquantenaires, ni un problème des années 1970-1980. Les nouveaux pédophiles sont tout autant dans la vingtaine ou la trentaine, ils peuvent être des professionnels et faire partie de l'élite sociale et du monde politique. Un jeune de 17 ans qui agresse un enfant de deux ou trois ans commet un crime; un jeune qui s'inscrit dans cette déviance sur le web aussi. La pédophilie n'est pas un mal de vieux.

LIRE AUSSI : mardi 3 mars 2015 - Ancien vice-ministre de l'Éducation de l'Ontario reconnu coupable de pédophilie


Brouiller les mots, c'est le rôle de la novlangue politique et idéologique dans l'exploitation des enfants aussi. La pédophilie détruit tellement de vies à divers degrés de gravité. Comme toujours, dans les histoires racontées, l'on tente de diluer et fragmenter le discours de ceux qui dénoncent, comme pour l'affaiblir. Un membre en vue du clergé catholique français propose plutôt le mot «pédo-sexualité» dans une scène du film. Cela semble juste, à prime abord, car pédophilie signifie «amour des enfants». Jésus aimait les enfants, sans les exploiter. La majorité de nos éducatrices et éducateurs aussi. 
Jésus, par Lydia B. Copyright 2019


Puis on comprend l'arnaque. Dans la foulée de mai '68 en France et de la nommée «Révolution tranquille» au Québec, la novlangue appliquée à cette déviance s'inscrit dans le mouvement de la défense des sexualités dites «périphériques». En y réfléchissant, pédo-sexualité peut, EN RÉALITÉ, désigner indifféremment la sexualité des enfants ou la sexualité AVEC des enfants comme pour la normaliser, comme s'ils n'étaient pas des victimes. Pourtant, même les soit-disant simples caresses faites «dans la douceur» peuvent altérer la psychologie et l'équilibre du développement psychosocial et de la vie sexuelle. Dans le lit, nous sommes toujours trois, dit un militant victime, devenu adulte qui joint le groupe de dénonciateurs, parlant de son prêtre agresseur, dont le souvenir est envahissant dans l'intimité sexuelle du couple.


Difficile de garder une vue globale sur le problème


Les aspects non traités dans «Grâce à Dieu» qui se concentre sur une région et sur le catholicisme, font ressortir un problème social de compartimentation. La réalité est que même dans un monde sans l'Église Catholique, un grand pourcentage des jeunes de la génération actuelle auront subi une agression sexuelle quelconque durant l'enfance ou l'adolescence.

Rupture dans les alliances de La Parole libérée.


Au fil des démarches et dénonciations, une association finit par prendre forme pour alerter les médias et la population : La parole libérée. La mise en scène fait aussi ressortir des tensions entre les victimes toujours catholiques devenues adultes, qui reconnaissent que la pédophilie n'est pas une pratique chrétienne, mais un crime. Ceux-ci veulent faire accuser et exclure les coupables pour le bien de l'Église Romaine et non contre celle-ci. Jésus dit d'ailleurs que celui qui cause la chute d'un enfant...

Zoom sur l'image, Jésus par Lydia B. Copyright mars 2019


Mais simultanément, il est difficile de ne pas tomber dans le désir d'assouvir des rêves d’une laïcité qui serait en fait un athéisme d’État (cette autre définition de la laïcité), un anti-christianisme ou une «christophobie» étatisée déguisée en laïcité, plutôt que d’adresser le problème rampant dans toutes les sphères sociales. La tolérance variable en est un bon exemple. On remarque que quand l’agresseur est un artiste (ex. réalisateur ou producteur de cinéma), ou un politicien gauche, soudain la pédophilie, voire l'agression violente, s'en trouve comme ennoblie. Les enfants ou jeunes ados sont alors considérés en amour et non plus exploités. On dit alors que les adultes de 42 ans commettent des «erreurs de jeunesse», et non plus des agressions, contrairement au membre du clergé ou au pédophile dysfonctionnel du petit peuple...





L’ambiguïté pédophile et ses causes 


Nous voyons régulièrement que la société entretient une attitude ambiguë face au problème de l’exploitation sexuelle des jeunes,

  • soit comme objets de satisfaction personnelle et égoïste
  • soit à des fins commerciales, dans une forme actualisée d’esclavagisme sexuelle, que l’on a cru bon de renommer. Il faut dire qu'un esclavagisme ou trafic humain dont plusieurs des maîtres (appelés proxénètes dans la novlangue) ne seraient pas de race Blanche, ça ne passe pas du tout dans les médias.

Enfin bref, pour en revenir au film «Grâce à Dieu», le récit fait bien ressortir que ce qui a permis à la pédophilie de se perpétuer sous une forme religieuse institutionnalisée est que celle-ci bénéficie du silence des uns, ceux qui ferment les yeux, et d’une protection des autres; le Monsieur est un prêtre respectable ou un philanthrope. On aura compris, après avoir passé le milieu de la vie que lorsqu’un mal est toléré, voire en expansion, c’est qu’il bénéficie à des individus dans diverses couches de la société, y inclus, dans les plus hautes sphères, celles du pouvoir et de l’argent.





C’est ce qui fait, par exemple, que le trafic sexuel peut perdurer durant des années dans une région de Grande-Bretagne (p. exemple Rotherham), détruire la vie de 1400 enfants, sans compter les victimes de 16 ans et plus, et sans que la presse écrite dénonce ouvertement en plus d'une décennie. Avec le nombre de victimes et de plaintes déposées par des parents, il étaient impossible que les autorités et médias ne sachent pas ce qui se passaient (et cela se passe encore en Grande-Bretagne), allant jusqu'au trafic humain (échange de victimes entre villes). On comprend mieux en écoutant le témoignage d'un inspecteur de police en Grande-Bretagne à qui il a été dit de se la fermer et de cesser d'enquêter; que c'était trop gros, impliquant des personnes dans les hautes sphères sociales (Pédophilie organisée : un inspecteur lanceur d'alerte témoigne).



Pour mon article sur le sujet : LIRE AUSSI : dimanche 31 août 2014 - 


Retour au film «Grâce à Dieu»


Que ce soit une église qui se dise porteuse de l’amour et du message du Christ qui cache en son sein  de tels actes est encore plus inexcusable, en raison de ses prétentions aux plus hautes vertus et surtout de l'autorité qu'elle représente pour des millions de personnes. Mais ne vous y méprenez pas : si l’Église Catholique disparaissait demain matin, à la grande satisfaction de tous les athées, agnostiques, ésotériques, et d'autres intérêts religieux ou ultra-laïcs, le nombre des victimes de la pédophilie ne diminueraient pas d’un point. Car malgré une pratique catholique à la baisse, ces réseaux existent bel et bien et se sont même multipliés, avec la venue de l’internet. L’exploitation sexuelle des enfants est sortie du deep web et se retrouve maintenant proposée, insérée, entre les offres que l’on pourrait dire «normales», comme pour multiplier les occasions de s'initier à la pédophilie et trouver en quelque sorte des appuis au lobby pro-pédophile.

Si la haine de la pédophilie était bien réelle...


Si la haine de la pédophilie était bien réelle, comme on le prétend, forts de l'appui à ce film, le phénomène serait banni de l’offre du web, au lieu de s’y multiplier. Pourquoi, par exemple, pensez-vous qu’il y a ait un délai de prescription, variable selon le pays, pour des crimes contre la pédophilie, avec un délai de 20 ou 30 ans, comme le problème est justement soulevé dans le film «Grâce à Dieu». Pourriez-vous imaginer un délai de prescription pour dénoncer un meurtre?

L'exploitation sexuelle des enfants au su de tous


D’autre part, comment une société peut-elle dénoncer la pédophilie d’une part, et se réjouir du même coup que des jeunes garçons de 10 ans personnifient des drag queens et se retrouvent ainsi marchandisés comme dans un cirque du 19è siècle? Le jeune de la vidéo suivante est clairement  renforcé et exploité pour l'avancement d'un agenda social particulier. Aucun intervenant des services sociaux ne protègeit ce garçon qui avait alors 10 ans. Pourquoi? Parce que le pédophile bedonnant, chômeur, de 45 ans est un mythe. La pédophilie se trouve à tous les niveaux de la société, du travailleur manuel ou du conducteur de bus scolaire, jusqu'aux aux magistrats et législateurs, en passant par les policiers, avocats, enseignants et politiques.

S'il en était autrement, les victimes de pédophilie se feraient de plus en plus rares, avec le déclin de la pratique catholique. Il faut maintenant un film qui raconte la pédophilie de l'élite laïque, ésotérique, écosensible, athée, qui boit son café équitable...