mardi 28 juin 2016

Brexit : les jeunes de Grande-Bretagne sont-ils la «génération sacrifiée» de la sortie de l'UE

[Propagande] Brexit : L’arnaque du “vote des jeunes”... Les faits décortiqués et mis en contexte 


Le blogue Les-Crises.fr expose avec maints détails, posts et graphiques, l'exagération médiatique voulant la jeune génération dite «sacrifiée» avec la sortie de la  zone UE (Brexit).



Le parcours via les posts et graphiques permet de prendre nos distances par rapport au bruit médiatique des permiers jours suivant le référendum pour la sortie du Brexit.

Mon opinion sur la «jeunesse sacrifiée»


Pour commencer à suggérer que les jeunes aient été privés de leur droits, il aurait fallu qu'on les empêche de voter et de s'informer alors qu'ils ont eu des mois pour le faire. Contrairement à ce qui a été une surexposition médiatique proche de la propagande, dans les faits, la majorité des jeunes ne se sont pas prononcés:

Abstention chez les 18-24 ans:  64% (en vert dans la bande du haut dans le graphique)


Crédits image : Oliver BERRUYER, LesCrises.fr, 28 juin 2016


Ceci tend, contrairement aux prétentions qui déferlent sur les réseaux sociaux et dans les médias, à démontrer un désintéressement de la majorité des jeunes, à l'opposé des idées largement véhiculées depuis quelques jours. Les 18-24 ans ne sont PAS couchés en position fœtale, en train de pleurer leur vie. En fait, la surexposition de la jeunesse sacrifiée pour le Brexit est très proche de ce que serait une désinformation et une propagande anti-Brexit.


Paix sociale et démocratie : le jeu dangereux des répartitions des votes


La thèse souvent issue des anti-Brexit et privant, dit-on, les jeunes de leurs droits, a même fait dire à certains (idée de plus en plus récurrente dans nos démocraties sur toutes sortes d'enjeux sociopolitiques) que les démocraties devraient pondérer vers la négative (réduction du poids) le vote chez les personnes en milieu de vie et les plus âgées, puisqu'elles auront moins d'années à vivre les effets de leur vote. C'est évidemment de la discrimination; un âgisme à l'état pur. 

On pourrait aller très loin dans la perversion d'une démocratie en opposant ainsi les votes par groupes d'intérêt ou groupes sociaux ou démographiques:
  • vote de la majorité contre vote des minorités
  • vote des minorités rivales
  • vote des pauvres contre vote des classes moyennes
  • vote des femmes contre vote des hommes
  • vote des ouvriers non syndiqués contre vote des syndiqués
  • vote des plus instruits contre vote de ceux qui n'ont pas une instruction supérieure en supposant outrageusement le vote des plus instruits plus valable que l'autre (confusion entre instruction et intelligence)
  • vote de l'élite qui a atteint les postes les plus élevés dans la société contre le vote du peuple estimé moins éclairé
  • vote des immigrants asiatiques contre vote des immigrants africains
  • etc. 
Ce genre d'argumentaire du droit volé à un groupe devient vite appliqué lorsque l'enjeu fait l'affaire (ici les jeunes contre le Brexit), mais passe facilement sous silence lorsque le choix des jeunes déplaît. Cela a été le cas, par exemple, avec la majorité de jeunes favorables au Front national au moment des européennes de 2014, comme le souligne sur son blogue, Olivier Berruyer.

Chacun peut comprendre que ces répartitions deviennent vite des éclatements pouvant être utilisés à contre-courant de la démocratie pacifique et constituent un terrain très glissant lorsque transformées en idéologie de restructuration des sociétés (réingénierie sociale) et militantismes idéologiques.

Pourquoi la ségrégation en fonction de l'âge ou sous toute autre forme, devrait-elle primer sur les autres répartitions dans une démocratie? 


Nous entrevoyons déjà jusqu'où les divisions et éclatements sociaux et politiques peuvent aller sur des dizaines d'enjeux. Quelqu'un quelque part devrait déterminer les critères de pondération.  C'est là tout le côté sombre de la démarche.

Par exemple, comme souligne Olivier Berruyer, l'affirmation présume que les jeunes ne changent pas d'idée au cours des années.

samedi 25 juin 2016

L’inquiétant témoignage d’un ancien policier de l’État Islamique

Un ex-policier de Daech (EI) témoigne, pour l'avoir fait lui-même, que se joindre aux flots de migrants a été un jeux d'enfant. Auparavant chargé des «interrogatoires» (torture) pour le compte de l'EI, il affirme: «On pourra vous combattre longtemps!».


Le fait qui étonne, c'est plutôt la naïveté, voire l'opportunisme politique des chefs d'États occidentaux, au prix du sang de leurs compatriotes.


Extrait du Nouvel OBS, 25 juin 2016

«Abou Moussab, ex-policier de Daech, dit s’être glissé dans le flux des réfugiés pour rejoindre l'Europe. Il livre des confidences inquiétantes sur le fonctionnement de l'EI.» 
«Pour rejoindre l’Europe, il dit s’être glissé dans le flux des réfugiés. "Un jeu d’enfant", dit-il. Il confirme qu’il s’agit du modus operandi de l’organisation terroriste pour infiltrer ses hommes en Europe. Abou Moussab dispose de deux faux passeports syriens à des noms différents. Il aurait alterné avec l’un et l’autre aux différents points de contrôle. Sans rencontrer la moindre difficulté.»




Le témoignage instructif sur la méthode Daech (État islamique) démontre, comme plusieurs le dénoncent, la naïveté OU du calcul stratégique des chefs d'États occidentaux. Ceci amène à penser qu'il faudra se documenter sur les règles d'empêchement, selon les différentes constitutions nationales. Car quand un chef d'État livre sciemment son peuple, ses travailleurs et étudiants étrangers et ses touristes aux assassins pour de vaines considérations politiques (le pouvoir), il peut y avoir lieu de prendre des procédures de droit constitutionnel et criminel. À partir du moment où les services secrets et antiterroristes démontrent les dangers sérieux (ex. impossibilité de contrôler les identités de plusieurs milliers de migrants), les chefs d'États et leurs partis devraient être responsabilisés.

4.000 combattants de l'EI ont pénétré en Europe en tant que réfugiés

fr.sputniknews.com, 7 sept. 2015
https://fr.sputniknews.com/international/201509071018022589/ (page consultée le 25 juin 2016)
URL courte : http://sptnkne.ws/b7XC
Un grand nombre de passages de membres du Daech vers l'Europe ont été évoqués par une source de l'EI comme transfert réussi; faits attestés lorsqu' entrecoupés avec des témoignages de passeurs qui en ont eux-même fait transiter par la mer. Évidemment, comme Abou Moussab, un grand nombre ont pu joindre la marche des réfugiés et les camps. Comme des combattants d'autres allégeances, évidemment.

Ces pseudo-migrants, en réalité des combattants, qui passent en Europe se compteraient par milliers. Source: http://www.liguedefensejuive.com/avant-apres-ils-etaient-tueurs-de-masse-en-syrie-aujourdhui-refugies-en-europe-2015-09-21.html

vendredi 24 juin 2016

Réponse «Leave» au référendum du #Brexit: on jase de même, Jour de la Fête du Québec

Ni économiste, ni européen, il me semble tout de même que l'Union Européenne (UE) pourrait subir les conséquences de son évolution, ou est-ce plutôt, de la manifestation de sa vraie nature...


Ces dernières années, le mouvement en faveur de la sortie des pays de l'UE a donné naissance au référendum concrétisé de la Grande-Bretagne (GB), marqué par le mot-clic #Brexit pour Britain Exit. Hier en soirée du 23 juin 2016, tout en suivant la diffusion par Téléquébec du spectacle de la Fête du Québec sur les Plaines, je suivais d'un autre œil les tweets de mes abonnements sur Twitter, particulièrement intéressé par le référendum historique de la GB. Comme nous le savons, le vote Leave (quitter, sortir, #LeaveVote)  l'a emporté largement sur le Remain (rester).
Drapeau de l'Union Européenne (UE) modifié par YapasdePRESSE (Y a pas de PRESSE)

Ma perception de l'UE et du référendum donnant le go à la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE


Ce qui devait être au départ une libre circulation économique visant à faciliter les échanges (main d'oeuvre et commerce) semble s'être révélé une entité s'élevant, avec ses politiques, au-dessus des gouvernements nationaux.C'est que le pouvoir de l'argent des États, au final, ne va pas sans les contraintes politiques qui viennent avec les liasses.

La définition de l'Europe elle-même, ne fait pas unanimité (ex. Turquie incluse vs Russie ne faisant pas partie du territoire géographique).

Du point de vue d'un observateur étranger, la crise de la Grèce peut suggérer que certains pays avec le temps, semblaient acquérir plus de poids politique que d'autres, sur la base de leur santé économique. Ceci ne peut pas plaire à tous dans ce genre de maison commune. On aurait cru, par exemple (est-ce une déformation médiatique?), que la chancelière Angela Merkel parlait au nom de l'Union. Bon je connais son passage à la présidence de l'organisme, mais la Grèce a fait ressortir davantage. C'est d'ailleurs le point de vue de Madame Merkel qui est probablement le plus prisé en dehors de la GB, au lendemain du référendum, par exemple dans le Figaro qui la mentionne comme «figure de Proulx du continent» (LeFigaro.fr, 24 juin 2016).

Angela Merkel lorsque jeune communiste membre des Jeunesses Libres Allemandes où elle monte en grade et devient (selon le blogue laPravda.ch) : «secrétaire du département agitation et propagande. Elle est alors l’une des principales expertes en communication politique de la dictature socialiste. À titre professionnel et politique, elle voyage souvent au sein du bloc soviétique, notamment à Moscou, d’autant qu’elle parle couramment le russe». (http://lapravda.ch/index.php/2015/09/09/qui-est-donc-angela-merkel/). Un mois après la chute du mur de Berlin de nov. 1989, elle change de clan pour occuper un poste équivalent. Opportuniste?


Du point de vue de sauver l'UE, cette primauté officieuse de certains États pouvait jouer un rôle positif (sauvetage financier de la Grèce), mais pour d'autres pays moins prospères que l'Allemagne, L'UE assiste-t-elle à la montée d'une Union désunie dans les faits (influences et exigences croissantes).

Au Canada et au Québec, le Brexit dans les heures ou minutes de l'évidence du résultat référendaire de la GB


Du côté du Canada anglais, un des politiciens à avoir réagi le plus spontanément et sans ambiguïté à la nouvelle du #Brexit en voie de négociation est Jason Kenny (qui a aussi dénoncé l'ingérence de Justin Trudeau) et dont voici le tweet on ne peut plus clair sur la prochaine étape à faire:


«(Le) Canada devrait immédiatement démontrer (son) respect pour le choix fait par le peuple britannique et prioriser (la) négociation d'un libre-échange Canada-Grande-Bretagne» (Traduction libre par YaPasdePRESSE -y a pas de presse-): 



Au Québec, l'on pouvait anticiper que dans le contexte de la veille de la grande Fête du Québec qui se décline sous au moins deux ou trois sens, le #Brexit aurait une connotation ou saveur d'indépendance du Québec:

  • indépendance pur et simple pour les uns
  • indépendance souhaitée avec union économique avec le reste du Canada (Ca) ou la formule de la question du référendum sur la «souveraineté-association» de 1980.
  • indépendance avec union économique transitoire et à faire suivre du « #Caexit » ou « #Canexit »  anticipé en pensant qu'une union économique n'implique pas aussi renoncer à son autonomie politique (comme on le voit avec l'UE).
  • Fête des Québécois de descendance française pour les autres (le mot «peuple» a souvent ce sens de nous moins inclusif)
  • Fête de tous, incluant les Québécois qui n'ont pas encore fait de demande pour le devenir (ex. étudiants, travailleurs) et ne savent pas encore qu'ils sont comptés (le monde sans frontières)
  • Fête des Québécois qui sont aussi fédéralistes et ne veulent pas de changement profond (que les indépendantistes appellent parfois "provincialistes" pour les insulter sur les réseaux sociaux)
  • autonomie d'un véritable État dans la fédération canadienne
  • etc. (liste à compléter)


Mathieu Bock-Côté aurait souhaité que ce soit à la veille de la Fête du Québec, la sortie du Québec du Canada. Le chroniqueur et enseignant y est allé d'un nostalgique (un os-talgique) tweet philosophico-politique:



Ce qui a donné un échange intéressant avec le chef du PCQ. En fait, à mon sens, le #Brexit réussi ressemble davantage, si le référendum de 1980 avait passé, à un Québec souverain qui quitterait une association économique (et inévitablement compromis sur l'autonomie politique) avec le Canada.




Sauf que l'argument du troisième référendum avancé par Antoine Robitaille comporte un couteau à deux tranchants pour les jongleurs sociopolitiques, car il y a déjà une pétition le lendemain, 24 juin, pour un nouveau référendum qui annulerait celui de la veille (Le Monde, 24 juin 2016). Comment appelle-t-on cela, un BrexBrexit? Et l'Écosse songe à sa partition (se séparer de la GB), comme plusieurs peuples autochtones du Québec se seraient séparés du Québec en cas d'un OUI au référendum de 1980. Pour protéger la paix sociale et la démocratie, il faut reconnaître quand la majorité a parlé et que tous ont eu l'occasion de pouvoir se prononcer. S'ils ne l'ont pas fait, c'est leur problème. Ainsi va la démocratie.

Avouons que la Grande-Bretagne a osé envoyé paître les épouvantails. Ce qui fait dire à Mathieu Bock-Côté dans un tweet du 24 juin 2016 qu'il veut entendre le God Save The Queen, hymne national de la Grande-Bretagne au moins une fois dans sa vie:

mardi 14 juin 2016

Pour un troisième lien routier Québec - Lévis: que conseiller au maire de Lévis face au maire du nord?

Le débat d'un troisième lien Québec-Lévis revient de plus en plus souvent à l'avant-scène. Nous avons appris en juin 2016, qu'il existerait même une étude cachée à la population.


  • (dernière modification: 17 juin 2016)

Le problème posé:

  • le Pont de Québec et le Pont Pierre-Laporte sont pratiquement un à côté de l'autre et ne desservent pas rapidement, ni avec fluidité, la partie est de Québec. C'est un inconvénient important pour les grands axes est-ouest du sud de la ville.
Au premier-plan, le Pont Pierre-Laporte et à l'arrière-plan, le Pont de Québec. Comme on le voit, les deux liens inter-rives sont presqu' au même point de liaison, ce qui laisse très peu de place à l'optimisation du transport routier. Crédits photo: capture d'écran à partir des images de Google Street

  • Congestion pour entrer à Québec depuis le sud. L'accessibilité à la rive nord, soit la ville de Québec, est souvent congestionnée dès que survient un problème (ex. heures de pointe matinales et en fin d'après-midi, accident de la circulation, travaux d'entretien sur une ou des voies des ponts). Contrairement aux croyances du maire de Québec, cette concentration de trafic en un point d'étranglement n'est pas uniquement le problème de la ville de Lévis, car faute d'un lien à l'extrémité est de la ville ou plus à l'est encore, la majorité de ce débit doit ensuite circuler généralement en direction est ou en revenir, étant donné la position décentrée des deux ponts. Les jours de problème, il s'en suit une grande perte de productivité.
  • Bassin de main d'oeuvre. Le maire de Québec veut favoriser la venue de la main d'oeuvre d'autres pays, alors qu'il ne semble pas respecter celle de la rive sud qui ne veut pas passer deux heures par jour en déplacement (particulièrement les parents de familles avec enfants et donc favorisant pourtant le renouvellement et rajeunissement de la population régionale). 
  • La circulation sans destination à Québec. Si une majeure partie des déplacements aux heures de pointe ont probablement une destination dans la Capitale, il demeure beaucoup de trafic lourd (transport) et de véhicules qui ne font que transiter par Québec d'ouest en est et inversement. Ils proviennent par exemple, de l'Autoroute 20 (rive sud) ou en direction de celle-ci (en provenance ou en direction de la Côte-Nord, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de Charlevoix et lien vers Montréal, vers la Beauce, l'Estrie ou l'Est du Québec, par exemple). Ces importants déplacements constituent autant de circulation qui surcharge le réseau autoroutier de la Capitale, sans y apporter de retombée positive et qui pourrait passer plus à l'est sans traverser la ville dans l'axe est-ouest. Il est donc faux pour cette raison aussi, de prétendre que le troisième lien ne serait avantageux que pour Lévis en matière de décongestion de la circulation.
  • Protection des prises d'eau de Québec. Le Lac Saint-Charles et une partie de la Rivière Saint-Charles imposent des limites significatives avec contraintes au développement, non seulement dans la couronne nord pour les autres administrations municipales qui ont des terrains à l'intérieur du Bassin du Lac-Saint-Charles, mais le frein au développement s'applique également à son propre territoire. On le voit dans l'extrait de carte ci-dessous qui montre en jaune l'ampleur du bassin de la prise d'eau du Lac Saint-Charles (en partie recouvert de traits hachurés pour la partie incluse dans le territoire de la ville). Évidemment, le territoire ne sera pas complètement gelé (interdit de construction), mais le développement futur, à compter d'octobre 2016, y sera  très réglementé non seulement au niveau des édifices, mais aussi des voies de circulation en raison du chemin emprunté par les contaminants (ex. sels de déglaçage des voies de circulation, pente et orientation des futures voies de circulation, ... ):
    En jaune, en partie recouvert par les traits hachuré rouge à l'intérieur des limites de la ville de Québec, le Bassin versant de la prise d'eau Château-d'Eau (Rivière Saint-Charles). Annexe 1 du Règlement d'agglomération sur la protection des prises d'eau R.A.V.Q. 266 . Crédits image: Ville de Québec, 2010. Trouvé sur le site de la Ville de Québec (page consultée le 16 juin 2016).
  • Une idéologie du noyau unique à tout prix. Il faut selon une vision (ou est-ce une idéologie?), concentrer les services et lieux de travail et de résidence, dans une bande au sud (secteur des anciens Sainte-Foy et Québec); y diriger la majorité du développement et des activités génératrices de l'économie. Les résidents des arrondissements au nord, incluant les familles avec jeunes enfants de la ville, devraient selon le «concept», alimenter le transport en commun vers les activités concentrées au sud. Pourtant, un transport et une voie de circulation peuvent aller en diverses directions. Très étrange mépris face aux trois arrondissements les plus au nord; d'autant plus que selon les données du recensement fédéral de 2011 trouvées sur le site de la Ville de Québec, ces trois arrondissements cumulaient une population de 236,610 personnes sur les 516,620 (donc un plus qu'honorable 45,8%) de la population totale de la ville (ville avec ses 6 arrondissements à ne pas confondre avec la région de la Capitale élargie à d'autres territoires, dont sur la rive sud). Un indice de plus pour montrer qu'il faut mieux desservir et être à l'écoute des besoins des 3 arrondissements délimitant la ville en son nord.

dimanche 12 juin 2016

Menaces à la sécurité intérieure: Administration Obama informée dès 2015







Tuerie Orlando, USA, 12 juin 2016, Omar Mateen aurait prêté allégeance à l'EI (#ISIS) État islamique juste avant l'attaque. Crédits Photo: Facebook et journal La Presse de Montréal (12 juin 2016)


LIRE AUSSI:

États-Unis: tensions entre l'Administration Obama et le Conseil de la Sécurité Intérieure (Homeland Security Committee)

(19 nov. 2015)

Des tensions ont subsisté entre le Conseil de sécurité nationale (Homeland Security Committee) des États-Unis (organisme non partisan) et le Président Obama et ce, jusqu'aux attentats de Paris, de novembre 2015. Celles-ci, touchaient même plusieurs failles identifiées par le Conseil et les sous-comités. 


Il s'agit principalement de vulnérabilités en matière de sécurité, reliées à l'immigration syrienne et irakienne, portées à l'attention du Président à divers moments et de diverses façons (lettres, informations et renseignement, recommandations bipartites ou non partisanes pour la Sécurité Intérieure) mais qui seraient demeurées sans suite formelle durant plusieurs semaines, voire des mois, entre janvier et novembre 2015.


Censure et filtres sur des enjeux majeurs OU pourquoi j'ai créé ce blogue sociopolitique privé

(22 nov. 2015)

Voici une opinion en appui à un texte du chroniqueur Richard Martineau, deux fois censurée (non publiée) par le Journal de Montréal. Le sujet: la sécurité liée à l'immigration accélérée dans le contexte de l'État islamique. C'est pour des raisons comme celles-ci que j'ai créé ce blogue sociopolitique privé (indépendant).


jeudi 26 mai 2016

ALERTE: le cannabis pourrait modifier l'ADN (génétique) des consommateurs et causer des maladies graves

Selon des chercheurs australiens, le cannabis peut altérer l'ADN des consommateurs de cette drogue (1). Les mutations résultantes peuvent provoquer des maladies graves ou demeurer dormantes. Car tout aussi grave, ces mutations génétiques peuvent se transmettre au fœtus et aux futurs enfants par un parent porteur ou même passer de ceux-ci aux générations suivantes.

(dernière modification: 4 juin 2016)

Le Dailymail.com (Health, 24 mai 2016) a partagé une nouvelle choc dans sa section Santé. Une équipe de chercheurs a mis au jour un autre effet particulièrement pervers du cannabis, cette drogue dite «douce», laquelle est de plus en plus banalisée, notamment dans la sphère politique. 

Plant de marijuana, crédits image : Sûreté du Québec

La conclusion de cette phase de leur recherche constitue un choc en soit


Le Dr Stuart Reece et le Professeur Gary Hulse de l'University of Western Australia's School of Psychiatry tentaient de comprendre les causes de certaines maladies, dont des cancers et autres maladies sérieuses.

Le Dr Reece résume la découverte: 

«À travers notre recherche, nous avons découvert que des cancers et des maladies semblaient causées par des mutations des cellules résultant des propriétés du cannabis d'interagir chimiquement avec l'ADN d'une personne» (2)

Les mutations résultantes peuvent être «dormantes» (donc ignorées du porteur du gène altéré) et ainsi passer à leurs enfants; par exemple, depuis le sperme d'un père porteur, vers les enfants conçus avec une mère non porteuse de la mutation génétique (3). 

La découverte est très préoccupante, lorsque l'on connaît les efforts actuels en vue de libéraliser la consommation de cette drogue (4). 

Pour toute autre cause, on ferait une campagne de rappel du produit et informerait le public


Mais si c'est comme pour le reste, la nouvelle mettra des années à se rendre dans les médias du Québec, tout comme il a fallu des années pour que d'autres effets pervers du cannabis (risques de psychoses, effet permanent sur le développement du cerveau) se rendent jusque chez nous. Malgré Radio-Canada.


La recherche a été publiée dans le journal : Mutation Research – Fundamental and Molecular Mechanisms of Mutagenesis

_______________
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

L'Autralie est le pays qui avait alerté sur les dommages permanents du cannabis sur le développement du cerveau chez les adolescents et jeunes adultes, de même que sur les risques de psychoses provoquées par cette drogue.

  
2.     Dr Reece : 'Through our research we found that cancers and illnesses were likely caused by cell mutations resulting from cannabis properties having a chemical interaction with a person's DNA.

3.    'The parents may not realise that they are carrying these mutations, which can lie dormant and may only affect generations down the track, which is the most alarming aspect.'

4.     Et comment ne pas penser aux dons de sperme. Les effets peuvent être aussi sérieux que d'affecter le développement normal des cellules et des organes ou le développement de cancers durant les premières années de vie d'un enfant.