dimanche 20 avril 2014

"Angèle Lieby" On la croyait morte, et pourtant...une larme l'a...



Ce témoignage, bien que lié à une maladie rare, nous confirme qu'une personne dans un état comateux peut être consciente sans pouvoir manifester sa douleur, et en montrant une activité cérébrale en apparence nulle.

Dans le coma mais consciente, son mari avait déjà choisi le cercueil. 2012-03-24. Le Parisien.fr.
http://www.leparisien.fr/societe/emmuree-vivante-dans-son-corps-24-03-2012-1921866.php

A lire – Une larme m'a sauvée. article par Aurélie TRENTESSE. sur infirmiers.com,
http://www.infirmiers.com/actualites/actualites/a-lire-une-larme-a-sauvee.html




Euthanasie, suicide assisté et fin de vie au Québec - Une compilation (EN REPRISE)

Une sélection de PUBLICATIONS (posts) sur ce blogue, de 2010 à 2014
L'astrophysicien de renommée mondiale,
Stephen Hawking version The Simpsons

Il est moins une, avant le vote des députés du Québec sur le Projet de loi 52 qui ouvrirait la porte à l'euthanasie et du fait, au suicide assisté et aux pré-arrangements de mort lorsque nous sommes en bonne santé. Voici un récapitulatif de plusieurs publications sur ce blogue, concernant le débat sur la fin de vie au Québec, en égard à diverses options comme l'euthanasie, le suicide assisté, les soins palliatifs, l'acharnement thérapeutique, ... 
  • Les publications ayant trait uniquement à des événements reliés à une date ont été désactivées.
  • Les dates sont celles des publications; pas nécessairement celles des faits mentionnés.
NOTE : J'ai écouté quelques discussions sur le sujet à la radio en 2014. Mon constat
  1. Les auditeurs et animateurs ne font pas la différence entre débrancher un individu qui survit artificiellement à l'aide d'un respirateur et l'euthanasie active qui consiste à provoquer la mort rapide et qui sera légalisée par le projet de loi québécois. L'euthanasie est l'acte décisif et irréversible, tel une injection létale, qui provoque la mort rapide d'une personne qui vivrait autrement.
  2. Auditeurs et animateurs des tribunes radio, ne croient pas que la politique québécoise ira progressivement jusqu'au suicide assisté d'une personne qui souffre mentalement (ex. dépression profonde), alors que cela est déjà un fait dans les pays qui ont ouvert la porte à l'euthanasie qui va de paire avec le suicide assisté. En Belgique, après 11 ans de pratique, les balises du début étaient tombées une à une avec l'analyse de nouvelles demandes (genre d'effet domino, sur les balises et bonnes intentions du début). Des personnes obtiennent désormais le suicide assisté pour des causes comme une diminution importante des capacités auditives et visuelles.
  3. Le prétexte de la liberté de choix individuel contribue en réalité à lier les personnes qui suivent par les décisions de celles qui précèdent. Imaginez que vous avez une maladie pour laquelle une personne au même stade que vous a demandé et obtenu l'injection. Vous auriez voulu vous battre mais...
  4. Le projet de loi légalisant l'euthanasie (provoquer la mort d'une personne viable) a les apparences de davantage protéger le professionnel et le médecin en bonne santé, contre d'éventuelles poursuites, plutôt que de protéger le malade lui-même.
  5. Des cas extrêmement rares servent à établir la règle générale.

samedi 19 avril 2014

3000 $ de taxes municipales pour 1 chambre d'hôtel

19 AVRIL 2014. La taxe qui  peut tuer le marché des grands hôtels de Québec. Il y a une nuance importante à faire, depuis l'affaire de l'Hôtel Le Concorde de Québec (2014): une ville doit gérer, non s'ingérer. L'implication du municipal (des villes) du  Québec dans le commercial et le tourisme doit viser la qualité de vie dans une saine économie; pas à empêcher les entreprises existantes de s'adapter. Où est la qualité de vie quand un grand hôtel d'une formule qui date de 40 ans se trouve fermé avec les pertes d'emplois conséquentes, en plein cœur de Québec? Rien ne dit que la chose ne se reproduira pas, malgré le rachat par un nouveau groupe ayant acquis l'hôtel des mains du Groupe Savoie qui voulait en faire des chambres de résidents aînés.

Je suggère ces deux articles et voyez mon commentaire sur la saga de l'Hôtel Le Concorde de Québec.
Différents observateurs croient qu'au Québec (pas seulement la ville) «...l'industrie n'est pas en crise, mais plutôt en profonde mutation».
- L'article fait ressortir que l'offre de chambres dans la région de la ville de Québec a diminué (13% en 4 ans) sans que l'occupation augmente en conséquence. Moins de chambre aurait dû générer plus d'occupation pour l'offre qui reste. L'internet (réservation de chambres en ligne et comparaison des prix en fonction de ce qui est offert) tend à défavoriser les grands hôtels.

Montréal et Québec seraient 
«... les deux villes en Amérique du Nord qui taxent le plus les hôteliers, après New York». On parle en moyenne de 3000$ de taxes par chambre à Québec et un peu plus à Montréal.

«Dans certains cas, ces taxes peuvent représenter presque 10% des revenus de location totale».
 - L'article expose le point de vue d'un initié. Alain GIRARD est président de l’Association des hôteliers du Québec (AHQ). Il explique à Argent (texte et vidéo), que malgré les chiffres du syndicat CSN, une autre mesure statistique, la baisse du  nombre de nuitées ne ment pas. Il y a véritablement une baisse d'achalandage. Mais il y a un autre problème. Les taxes municipales peuvent représenter jusqu'à 10% des revenus de location.
Hôtel Le Concorde octobre 2009. La partie supérieure consiste non pas en chambres pour clients extraterrestres, ni en notre  «vaisseau-maire»,  mais en un restaurant avec vue panoramique. Crédits photo: yapasdpresse.blogspot.ca/

La formule mixte (condos-hôtellerie) était peut-être novatrice dans le contexte du marché actuel

Je réside dans la grande région de la ville de Québec. Dans l'affaire de l'Hôtel Le Concorde de Québec, l'on peut adhérer ou non, avec le maire de Québec. L'homme a priorisé que l'usage soit conservé en hôtellerie, et non en chambre pour aînés retraités à l'aise financièrement. Cependant, l'alternative proposée par un groupe d'acheteurs négociant avec le Groupe Savoie pouvait ne pas être idiote du tout. Les acheteurs visaient une formule mixte, soit une partie des chambres converties en condos pour la vente et l'autre partie en chambre d'hôtellerie conventionnelle. Le tout a comme on le sait, été bloqué par un changement de zonage sur ce qui oscillait entre un groupe mystérieux dans le style mafieux et une paranoïa. Mais le projet pouvait être logique quand on considère les nouvelles tendances dans un Québec en mutation. La taille des hôtels tend à diminuer et la formule à se diversifier (cibler davantage) depuis quelques années.

S'il a fallu que la ville de Québec modifie son zonage en catastrophe pour bloquer cette formule mixte, c'est qu'elle était permise par le zonage précédent. Est-ce de la bonne gérance ou de l'ingérence? La question se pose. Il y a un bon article aujourd'hui le 19 avril 2014 dans La Presse, sur le fait que l'hôtellerie est en mutation au Québec; qu'elle pourrait vivre une transformation et migrer de la formule gros hôtels vers des approches avec moins de chambres.

Dans ce contexte, les réactions des villes au changement peuvent être autant nuisibles qu'utiles. Il faut se rappeler qu'à la base, un zonage vise à contrôler l'utilisation du sol et des édifices en vue de la qualité de vie des citoyens. Or, si le zonage municipal empêche d'évoluer en continuant à regarder vers un passé qui ne reviendra pas, il pourrait alors aller contre la qualité de vie. À quoi sert un grand Hôtel fermé dont les employés sont des ex- au chômage?

Et si la formule mixte, condos-hôtel, n'était pas au contraire un concept visionnaire dans un marché en mutation, dans le but réduire le nombre de chambres à supporter dans un contexte hautement compétitif? Dans un contexte où cela peut s'appliquer (clientèle, environnement propice comme une ville touristique comme Québec), un concept d'hôtel avec des centaines de chambres qui vit une baisse d'achalandage disponible et paie 3000 dollars de taxes municipales par année, peut régulariser ses revenus en convertissant certaines chambres pour un autre type d'habitation.

Le Concorde AVAIT un nom

D'autre part, avant l'incroyable histoire récente dans laquelle on a ressenti que le maire de Québec ne voulait pas s'en faire imposer par un autre homme influent, Le Concorde avait un nom. Avec la saga du printemps 2014 et les poursuites qui risquent d'arriver contre le «vaisseau-maire» de Québec qui a diffamé le groupe Savoie qui vient de vendre l'hôtel qu'il avait acquis récemment pour en faire des chambres pour aînés, les nouveaux acheteurs auront peut-être à changer le nom de l'entreprise. Les recherches sur internet qui se généralisent dans le domaine risquent pour un bon moment, d'associer Le Concorde à une presse et une réputation négatives. L'image du Concorde risque d'être associée à des articles sur les risques de fermetures et à des problèmes syndicaux. Une personne qui réserve une chambre 9 mois avant un grand événement, pourrait hésiter à louer sous une bannière qui cumule une presse d'instabilité, de conflits, et qui risque d'être fermé le moment venu.

AUTRES TEXTES:

vendredi 18 avril 2014

L'Hôtel de la discorde: saga du Concorde de Québec 2014

18 avril 2014. L'affaire de l'Hôtel Le Concorde de Québec et des mystérieux acheteurs qui devaient acquérir pour en faire de l'hébergement mixte (condos et hôtel) a connu un dénouement inattendu, quand ce dernier aurait été revendu pour en faire un usage de location de chambre de type hôtelier, à la satisfaction du maire de la ville de Québec. Ce qui agace dans tous ce débat, c'est que le processus face à des soupçons de tentatives d'acquisition d'immobilier par le milieu criminel est fort douteuse.

Dans le cas présent, le «vaisseau-maire» fait modifier le zonage en catastrophe sur des allégations ou soupçons pour ne permettre qu'uniquement l'hébergement hôteliers et la restauration. Sauf que les acquisitions immobilières par l'argent sale, peuvent être de diverses activités: restaurants, bars, hôtels, et plusieurs autres.

Le Concorde de Québec, photo octobre 2009
Crédits photo:
http://www.yapasdpresse.blogspot.com
Changeons le système et non le zonage

Le zonage vise à contrôler l'utilisation du sol et de la propriété pour se conformer à des usages et activités
déterminées. Par exemple, on ne veut pas que les édifices industriels s'installent à l'intérieur d'une zone d'habitation. Pour éviter les situations comme le mélodrame vécu ces derniers jours, c'est plutôt le système qu'il faut changer, pas le zonage.

Si des acquéreurs non identifiés sont soupçonnés de vouloir blanchir de l'argent dans des activités propres et qu'ils achètent un centre commercial comme les Galeries de la Capitale ou Place Laurier, nos élus vont faire changer le zonage du centre commercial pour quelle utilisation? Pour du logement social? S'ils acquièrent une salle de cinéma, le feront-ils modifier pendant la transaction pour un usage de type campus universitaire? Nous voyons que l'approche est inadaptée au problème.

Les compagnies par numéro sont probablement un réel problème

Les compagnies par numéro pour les transactions de terrains dans les villes, ne sont pas si rares que cela. Si on ne veut plus que ce soit légal, qu'on change les lois et non le zonage au cas par cas, d'une façon qui semble arbitraire. L'anonymat va contre nos principes communs et il met la table pour la fraude, comme on le voit souvent dans des émissions TV d'enquêtes journalistiques.

Vérification avancée à introduire dans l'acquisition de biens immobiliers

L'intention pouvait être bonne (ou cacher autre chose) dans l'affaire du Concorde de Québec, mais tout cela a donné une certaine impression d'amateurisme; de paranoïa, presque. ET aussi, la ligne est mince entre la bonne intention et le contournement des lois, comme la Loi sur les Cités et villes, pour que le politique interviennent (ingérence) directement dans des dossiers. Un changement de zonage comme nous avons vu soulèvent autant des questions qu'il en résout.

Un des problèmes ici, est la présomption de culpabilité criminelle d'un acheteur, ou de quelques acheteurs d'un groupe ET la solution qui a été apportée: changement de zonage. S'il s'était agi d'un bar ou d'un restaurant, on aurait zoné en quoi?

Aspect positif
Un aspect positif est qu'avec la discorde dans l'affaire de l'Hôtel Le Concorde de Québec, nous en sommes probablement rendus collectivement au Québec, à une prise de conscience. 
  • Outre la question des compagnies par numéro (propriétaires non publiés) qui sont souvent source de problème pour les consommateurs, 
  • il y a aussi la question de la vérification de sécurité avancée. Aucune ville ne veut que l'immobilier (terrains et édifices) même privé, passe aux mains de criminels basés au Québec, ailleurs au Canada ou même à des criminels ailleurs dans le monde; ce que permet l'anonymat lors d'acquisition et négociations. 
  • Mais la façon de faire n'est pas de changer le zonage.
Faudrait-il changer les lois actuelles pour protéger nos villes, nos municipalités et le public contre les acquisitions par les associations criminelles ou le crime organisé (ex. servant au blanchiment d'argent), ou par des criminels ou groupes déjà condamnés par le passé? Par exemple, en permettant des vérifications approfondies pour les dossiers qui le justifient? Logiquement oui. On toucherait alors à plusieurs projets d'immobilisation, dont plusieurs hôtels, bars, restaurants ou même aux centres commerciaux, aux salles de cinémas et le reste. 

Quand les transactions servent à faire augmenter la valeur de la propriété et donc les taxes, les maires sont très tolérants

Nos élus ne s'offusquent pourtant pas que des maisons unifamiliales ordinaires (type bungalow) de 40 ans dans certains quartiers soient surévalués et hors de prix pour une famille qui commence. Pourquoi? Parce que plus de valeur marchande équivaut à plus de taxes municipales.

Qu'en est-il de ces grands terrains urbains inoccupés, acquis par des compagnies à numéro, qui ne servent qu'à la spéculation pour revendre à fort prix en augmentant au moment stratégique, la valeur du parc immobilier (évaluation municipale et plus de taxes)? Et il faudrait intervenir aussi hors des grands centres: aux terres agricoles (drogues, tabac, etc.), près des plans d'eau ou sites d'intérêt (Fleuve, lacs). Il faudrait donc tout autant freiner la spéculation immobilière (faisant monter les prix et taxes municipales). Mais quand les entrées de taxes sont plus importantes dans les mois ou années suivant une transaction, nos maires sont beaucoup plus tolérants ou s'indignent beaucoup plus difficilement.

mercredi 16 avril 2014

Video de l'éclipse lunaire du 15 avril 2014 (en accéléré)

Lors d'une éclipse lunaire, la Terre se retrouve dans l'axe entre la Lune et le Soleil et projette son ombre sur la lune. Autrement dit, les trois sont dans un parfait alignement et la Lune passe dans l'ombre de la Terre. La couleur variant de l'orangé au rouge sang provient de la diffusion des rayons du soleil à travers l'atmosphère de la Terre qui laisse passer l'orangé et le rouge et retient (ou fait rebondir) les autres couleurs de la lumière.

Durant la partie totale de l'éclipse, les longueurs d'ondes correspondant à l'orangé et au rouge atteignent la surface lunaire après avoir traversé notre atmosphère dans un angle qui augmente l'épaisseur de la couche d'air (atmosphère) traversée (comme lors d'un coucher de soleil très bas à l'horizon). La Lune agit comme un écran de projection. Nous savons en effet que le satellite naturel de la Terre n'émet pas de lumière, mais reflète celle qu'il reçoit du Soleil. La Lune recevant les rayons du Soleil indirects et filtrés par l'atmosphère terrestre, reflète alors à un certain moment, la couleur variant de l'orangé au rouge feu et rouge sang, un peu comme lorsqu'un feu, la nuit, projette sa couleur sur un mur de couleur gris pâle situé à une certaine distance.

Dans la première vidéo, l'éclipse du 15 avril 2014 est montrée en accéléré. La durée de l'éclipse était d'environ 3 heures.

Crédits pour la vidéo: La NASA et Space.com

Dans la seconde vidéo (en anglais) l'astronome Michelle Thaller expliquait le phénomène, durant la journée du 14 avril, avant sa manifestation dans la nuit du 15 avril 2014.

Les 4 éclipses lunaires totales de 2014 et 2015

Les éclipses lunaires totales se succéderont selon la NASA, aux dates suivantes:
  1. 15 avril 2014
  2. 08 octobre 2014
  3. 04 avril 2015
  4. 28 septembre 2015
Eclipse lunaire du 14 avril 2014. Image prise de San Jose, Californie. Crédits photo : NASA Ames Research Center/Brian Day
Il n'y aura aucune éclipse partielle insérée entre celles-ci. Fait particulier, 2 éclipses lunaires de type TOTAL la même année et 2 années de suite sont un phénomène très rare, que certains appellent "tétrade" (tetra = 4).

lundi 14 avril 2014

L'avocate Anne-France Goldwater invite à signer un manifeste pour les animaux

Bien connue des médias québécois, elle invite les citoyens du Québec à signer un manifeste pour les droits des animaux de compagnie et d'élevage. 

Les animaux ne sont pas des choses
http://lesanimauxnesontpasdeschoses.ca/

Il est temps selon elle, que le Code civil du Québec accorde aux animaux, du moins aux vertébrés, un statut juridique supérieur à celui d'un bien matériel.

Voici un extrait de son manifeste écrit:
«[...] Comme la plupart des gens, nous pensons que les animaux ne sont pas des grille-pains. Pourtant, ce n’est pas l’avis de notre Code civil. En effet, du point de vue légal, un chien ou une vache ne diffère pas d’un grille-pain ou d’une chaise : ce sont des biens meubles. Le droit québécois assimile donc le fait de blesser ou de maltraiter un animal à la détérioration d’un bien [...] 

Assimiler les animaux à des choses, c’est aussi ignorer l’état actuel des connaissances scientifiques.

[...] Le Québec se classe en effet au dernier rang des provinces canadiennes en termes de législation relative au bien-être animal. 

En 2014, il est devenu urgent de s’affranchir des catégories du Code civil et d’accorder aux animaux un statut distinct de celui des biens meubles, un statut qui prenne acte de leur capacité à ressentir du plaisir et de la douleur, bref, un statut d’être sensible» (mise en évidence du texte ajoutée).
Crédits photo : Gilles B. YapasdPRESSE.blogspot.com, 14 avril 2014.
Il faut comprendre que le droit civil est différent du droit criminel. La maltraitance peut amener des conséquences juridiques au criminel. Cependant, au niveau du droit civil, l'animal étant toujours considéré comme un bien meuble (comme une table ou un sofa), cela entraîne

samedi 12 avril 2014

Hôtel Le Concorde de Quebec: dérapage, magouille ou sage prudence d'un maire intègre?

12 AVRIL 2014. Hôtel Le Concorde de Québec: assistons-nous au dérapage politique d'un maire présumant que voter pour lui, signifie un appui de tous ses projets passés, actuels et futurs? OU la ville de Québec agit-elle par simple prudence? Qu'en pensez-vous? 
(dernière mise à jour 13 avril 2014)

Un maire peut-il imposer la modification d'un règlement de zonage pour bloquer une transaction privée, sur la base d'une rumeur de tentative de contrôle par le crime organisé?

Sur la photo : Édifice de droite, l'Hôtel Loews Le Concorde Québec (2009), présentement l'objet d'une saga entre le maire Labeaume et le propriétaire de transition, le groupe Savoie, qui s'est fait refuser son projet d'hébergement pour aînés à l'aise financièrement. 

Hôtel Le Concorde de Québec (ville). Photo: Archives de Gilles B. (YapasdPRESSE.blogspot.com), octobre 2009.
Après s'être fait bloquer son projet de résidence pour aînés, voilà que le nouveau propriétaire connu pour les Résidences Soleil, le Groupe Savoie), se fait bloquer à nouveau, pour la revente, par ce qui ressemble à un changement de zonage commandé, selon les médias. Une affaire qui pourrait déraper en poursuite judiciaire dans laquelle le maire de la ville de Québec pourrait être allé au-delà de ses pouvoirs légaux, selon la Loi sur les Cités et Villes...

Selon la Loi sur les Cités et Villes du Québec, le politique ne peut intervenir directement dans le travail des fonctionnaires (ex réglementation d'aménagement et urbanisme), et ce pour des raisons évidentes. Chaque projet politique doit donc être soigneusement documenté et voté démocratiquement par les élus, avant de passer du politique à son application.

De plus, un fonctionnaire comme l'inspecteur du service d'urbanisme d'une ville, ne peut pas agir de façon arbitraire (discrétionnaire) dans ses fonctions. Toute décision doit découler de l'application des lois et règlements en vigueur (...)

Un délai pour vérification approfondie pour restreindre le crime

Dans l'affaire actuelle, le maire peut avoir agi de bonne foi, mais le vendeur aussi.

  • Les compagnies par numéro pour les transactions de terrains dans les villes, ne sont pas si rares que cela. Si on ne veut plus que ce soit légal, qu'on change les lois et non les zonages. 
  • Notre maire Labeaume boosté au «Red Bull» peut aussi s'être placé en position délicate, faute de poignées dans les lois, pour protéger les villes et citoyens en situation où l'on craindrait des acquisitions «pas très propres». La chose actuelle est d'autant plus délicate, que la propriété dans le cas présent, est privée et non publique (Ouille!). 
  • Faudrait-il changer les lois actuelles pour protéger nos villes, nos municipalités et le public contre les acquisitions par les associations criminelles ou le crime organisé (ex. blanchiment d'argent) ou par des criminels ou groupes déjà condamnés par le passé? Par exemple, en permettant des vérifications approfondies pour les dossiers qui le justifient? Logiquement oui. On toucherait alors à plusieurs projets d'immobilisation, dont plusieurs bars, restaurants et pourquoi pas, hors des grands centres, aux terres agricoles (spéculation près des plans et cours d'eau, drogues, tabac, etc.). 
Mais je ne pense pas que nous verrons un tel changement sous un gouvernement Libéral.

AUTRE TEXTE:
L'Hôtel de la discorde: saga du Concorde de Québec 2014, 18 avril 2014.
http://yapasdpresse.blogspot.ca/2014/04/le-concorde-de-quebec-hotel-de-la.html


À LIRE :
L'état de la situation en date du 12 avril 2014, par le journal Le Devoir:
Isabelle PORTER. HÔTEL LE CONCORDE : Mafia: Régis Labeaume dit fonder ses accusations sur des sources fiables.

Yan DOUBLET. Concorde: Labeaume veut «envoyer un message à la mafia». Le Soleil. Vendredi 11 avril 2014.