samedi 26 avril 2014

Des experts invitent le premier ministre Couillard à rejeter l'euthanasie

26 avril 2014. Des experts en médecine invitent le premier ministre Philippe Couillard du PLQ, à rejeter l'euthanasie. La lettre ouverte au Premier ministre élu le 7 avril 2014, publiée le 23 avril 2014, est cosignée par
  • Balfour MOUNT, MD, OC, OQ, FRCSC professeur émérite de médecine à l'Université McGill | Balfour MOUNT est connu comme le père des soins palliatifs au Canada.
  • Serge DANEAULT, MD, M.Sc., Ph.D., CSPQ, chef de soins palliatifs au Centre hospitalier de l’Université de Montréal

Quelques extraits de la lettre ouverte:

«Il est impossible de légaliser l’euthanasie sans mettre à risque de nombreux patients vulnérables, comme nous l’enseigne clairement l’expérience en Belgique et dans d’autres pays.  Le Projet de loi 52, avec ou sans amendements, va même encore plus loin que la loi belge; il définit cet homicide médical comme un soin de santé and [sic] exige qu’il soit offert à tous les patients qui satisfont aux critères très permissifs prévus au projet de loi. En tant que médecin, vous êtes conscient du déséquilibre qui existe au niveau du pouvoir entre nos patients et nous[...]».
«Les promoteurs du Projet de loi 52 n’ont pas été honnêtes ni avec les autres membres de l’Assemblée nationale ni avec la population du Québec. Le soi-disant consensus sur ce sujet est une fabrication fondée sur une désinformation et une manipulation des faits. La majorité des citoyens et des professionnels de la santé qui ont présenté des mémoires à la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité 2010-11 était opposée à la légalisation de l’euthanasie, mais le Rapport de la Commission l’a néanmoins recommandée. Le fait que la très grande majorité des médecins de soins palliatifs s’oppose à l’euthanasie a été systématiquement ignoré par la Commission et le gouvernement précédent. La population, qui semble réclamer un soi-disant droit de mourir dans la dignité, est largement inconsciente du fait qu’on lui propose un geste d’homicide et que des soins palliatifs de qualité et une bonne gestion des décisions de fin de vie sont suffisants pour soulager les craintes qui les amènent à faire cette demande».

Opinion


Dr Balfour MOUNT McGill University avec
sa trachéotomie. Il est considéré comme le père
des soins palliatifs au Canada. Crédits photo:
Bethany MOUNT (vers 2010).
Quand le gouvernement précédent, dirigé par le PQ nous disait qu'il y avait consensus sur le sujet, nous voyons que c'est un mensonge. Des centaines de médecins au Québec s'opposent à l'euthanasie et prônent l'accessibilité pour tous, à de véritables soins palliatifs, auxquels la majorité de la population (territoire) du Québec n'a pas encore accès en ce moment; d'où la méprise que l'on croirait entretenue, entre soulagement de la douleur et euthanasie.

Ce gouvernement n'a réussi à imposer un pseudo-consensus dans la population, qu'en évitant d'utiliser des expressions comme «euthanasie» ou «suicide assisté», alors que c'est bien là que le projet (#bill52) veut aller, selon une entrevue accordée par Véronique HIVON en anglais à CBC au début de 2014: VOIR LA TRANSCRIPTION ICIProjet de Loi 52 sur la fin de vie: seulement «un premier pas» (Véronique HIVON, 29 JAN 2014)
http://yapasdpresse.blogspot.ca/2014/04/projet-de-loi-52-sur-les-soins-de-fin.html

Le projet de Loi 52 déposé en 2013, étant un «first important step» (donc une loi appelée à être amendée à répétition), déposée selon une première mouture, un compromis du PQ, pour parvenir à un consensus de la Commission de consultation .

Aucun commentaire: