lundi 1 juillet 2013

Manifestations du 30 juin en Égypte : des millions de manifestants selon l'armée

Des centaines de milliers, puis possiblement des millions de personnes en différents lieux en Égypte, sont descendus dans les rues pour manifester le 30 juin, en signe de désaveu contre le nouveau président Mohamed Morsi et son régime islamiste. On se souviendra que le 29 juin, une pétition de 22 millions de signatures selon Tamarod son instigateur, a été  contre le nouveau régime islamiste en place, fondé sur l'idéologie des Frères musulmans et des sunnites. Ce nombre représenterait davantage d'électeurs que ceux qui ont porté le président au pouvoir (13,23 millions). Cette même journée du rassemblement préparatoire tenu le 29 juin, des membres laïcs du Conseil ont démissionné. 

On ne connaît pas le nombre définitifs de victimes, mais il semble que le bain de sang général ait été évité. De grands rassemblements ont entre autres eu lieu devant le Palais présidentiel ainsi qu'à la place Tahrir (Tahrir Square), au Caire. Selon ce que l'on comprend des images, la foule est allée croissante, à mesure que les heures avançaient. Le Parisien, avance le chiffre de 17 millions de manifestants, un peu partout en Égypte. 

Pour reprendre une citation du journal Libération
«Les jours qu'on annonce exceptionnels suscitent toujours beaucoup d'attentes et potentiellement de déceptions. Ça n'a pas été le cas, dimanche 30 juin, pour les opposants à Mohammed Morsi qui ont réussi une incroyable démonstration de force. Leur grande manifestation prévue de longue date et organisée dans toute l'Égypte, un an jour pour jour après l'investiture du président, a rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes, des millions selon l'armée. Cette source interne parle du "plus grand rassemblement de l'histoire du pays", donnée invérifiable (1)».
L'article rapporte des faits troublants, notamment, «place Tahrir a été le théâtre de nombreuses agressions sexuelles» (2), (serait-ce par des contre-manifestants?).

Évidemment, l'opposition n'est pas que «colombe», car elle comprend aussi des supporteurs de la précédente dictature.

Nul ne sait ce qui arrivera dans les prochains jours, en réponse aux couvre-feux annoncés par le président avec un air de glace.

Articles suggérés

Égypte : un dimanche de colère contre Morsi. Le Figaro.fr
1er juillet 2013


Egypte : 17 millions de manifestants ont lancé une deuxième révolution. Le Parisien.
30 juin 2013

EGYPTE. La démonstration de force des opposants à Morsi.  Le Nouvel Observateur. 

Egypte : des millions de manifestants anti-Morsi, plusieurs victimes. LesEchos.fr
30 juin 2013
- avec vidéo de francetvInfo

Egypt erupts with protests demanding Morsi ouster. mail.com
1er juillet 2013
L'article sur mail.com est accompagné de plus de 40 photos

Key events in Egypt's revolution and transition. mail.com
30 juin 2013
-  L'article sur mail.com est un rappel des événements qui ont mené à l'actuel désaveu majeur du président Mohammed Morsi.
-  L'article ne parle pas suffisamment cependant, du contenu de la constitution qui demeure le problème majeur, en tant qu'assise de toutes les lois de la nouvelle politique.
-  Photo intéressante en face du palais présidentiel

Egypte: «Notre révolution n'a pas vraiment abouti». Libération
30 juin 2013
-  Le journal Libération raconte les débuts du rassemblement, donnant la parole à des manifestants


Quelques faits

La constitution égyptienne a établi en décembre 2012, un régime dans lequel les lois et la charia islamistes version sunnite, incluant la jurisprudence religieuse, constituent la base des lois du pays. De nombreux articles de la constitution de décembre 2012 indiquent la mise en place d'un régime totalitaire, dans lequel une dictature religieuse a remplacé une dictature laïque. Chaque article positif de la charte peut être contrebalancé ou rendu caduque (nul) par un autre article.

Pendant la conférence du 29 juin, Nadia Henry, membre du Conseil de la Choura [Shura Council] avait annoncé sa démission ainsi que celle des autres membres laïcs du Conseil.

Les représentants de la campagne «Tamarod» (rébellion) ont décrit les protestations prévues pour le 30 juin, comme une nouvelle vague de la révolution qui a commencé le 25 janvier 2011. Il avait déclaré le 29 juin:
«Aujourd'hui, des millions de citoyens se sont révoltés contre la tyrannie des Frères musulmans», et les Egyptiens sont "sur le chemin de la réalisation de leurs objectifs pour du pain, la liberté et la justice sociale.» (3)
Le président Morsi n'a, dit-on, pas su être le président de tous les Égyptiens, ni donner un relan à l'économie, tel que promis et sa démission un an après son investiture, est réclamée par 22 millions d'électeurs, sans compter ceux qui n'auront pas osé apposer leur nom sur les formulaires distribués. La crise demeure entière tandis que l'économie est en chute libre et les pénuries d'essence et de denrées, fréquentes. Qu'arrivera-t-il tant que le président est en poste? En fin de journée, le président est intervenu publiquement dans les médias pour annoncer qu'il entend rester au pouvoir faire respecter la constitution.



______________
1.  EGYPTE. La démonstration de force des opposants à Morsi.  Le Nouvel Observateur. 

2.  De la même source.

3.  Tamarod petition has 22 million signatures. 29 juin 2013.http://www.egyptindependent.com/news/tamarod-petition-has-22-million-signatures
Texte consulté le 30 juin 2013.

Aucun commentaire: