samedi 8 octobre 2016

Jean-François Lisée: la presse écrite des premières heures suivant son élection au PQ

En parcourant le journal Le Soleil et le Journal de Québec, j'ai regroupé pour vous quelques citations de textes rédigés par des chroniqueurs et journalistes québécois. Je me suis limité aux premières heures suivant l'élection de Jean-François Lisée à la tête du Parti Québécois (PQ) le 7 octobre 2016 (parti pour l'indépendance du Québec).

Jean-François Lisée, député de la circonscription de Rosemont, pour le Parti Québécois, a été élu chef de son parti, le 7 octobre 2016. Crédits image: extrait d'une vidéo de présentation sur le site de l'Assemblée nationale du Québec, visité le 8 octobre 2016. 

Un constat commun de tous les scribes des médias écrits

  • S'il y a une chose en commun dans tous les constats des scribes dans leurs articles, chroniques ou blogues, peu importe leur clan idéologique, c'est que le Parti Québécois est bien mal en point. 
  • C'est aussi la lecture de deux caricaturistes. YGreck montre Lisée comme un capitaine vêtu de blanc triomphant, à la barre d'un bateau échoué. André-Philippe Côté le montre aussi triomphant dans une automobile inutilisable, une carcasse sur les blocs, et qui pisse l'huile de partout.




Publié par André-Philippe Côté sur 8 octobre 2016

Simon Boivin titre : Lisée triomphe et devient chef  (Le Soleil / LaPresse.ca)

 «La poussée irrésistible de Jean-François Lisée lui a permis de franchir le premier le fil d'arrivée de la course à la direction du Parti québécois (PQ), avec 50,63 % des voix, dès le deuxième tour. Une déconvenue pour Alexandre Cloutier, considéré comme le meneur pendant de longs mois.» (Le Soleil, 7 oct. 2016)

Claude Villeneuve titre : Nouvelle donne (Journal de Montréal)

«Voilà, c’est fait, c’est arrivé. Faisant mentir tous les pronostics, Jean-François Lisée est parvenu à se hisser jusqu’à la fonction politique la plus difficile au Québec, celle de chef du Parti québécois.» (Journal de Montréal, 7 oct. 2016)

Gilbert Lavoie  titre : Un plongeon dans l'imprévisible (Le Soleil / LaPresse.ca)

 «Le fait que la majorité de ses collègues du caucus lui aient préféré Alexandre Cloutier ajoute à la difficulté. Sa victoire est une gifle pour tous ces députés qui voyaient la victoire ailleurs. Il sera sous haute surveillance... Pauline Marois était aimée, Pierre Karl Péladeau impressionnait par ses réussites. Que dira-t-on de Lisée? Ça reste à définir. L'obligation de résultat sera très élevée.» (Le Soleil, 7 oct. 2016)

Mathieu Bock-Côté titre : Lisée: victoire de l’identité (Journal de Montréal)

«Il y a quelques mois, la chefferie du PQ était promise à Alexandre Cloutier. On en appelait à son couronnement.
«La course serait une formalité. Jean-François Lisée, quant à lui, était présenté comme un candidat marginal.
«Surprise
«Alors, que s’est-il passé pour qu’il remporte la chefferie de son parti?
C’est simple: Lisée a mené la guerre au politiquement correct
.» (Journal de Montréal, 7 oct. 2016)

Denise Bombardier titre : L’imprévisible Jean-François Lisée  (Journal de Montréal)

«Qui eût cru que ce personnage atypique de la scène politique aurait réussi à renverser la tendance qui couronnait d’avance Alexandre Cloutier, le politicien de la nouvelle génération, mais dont la personnalité s’apparente davantage aux politiciens tranquilles qu’aux charismatiques comme Lévesque, Bouchard, Parizeau et aux vieux renards redoutablement efficaces, fins connaisseurs des arcanes de la politique et naturellement près des citoyens comme Jean Charest?» (Journal de Montréal, 7 oct. 2016)

Mario Dumont titre : Les défis du nouveau chef  (Journal de Montréal)

«Le PQ a des problèmes énormes. Certains le disent même condamné à disparaître. Je résume le chantier colossal qui se présente au chef fraîchement élu en quatre défis.
1. Refaire l’unité du parti
2. Reconnecter le parti sur les jeunes
3. Refaire du PQ une machine apte à gagner des élections
4. Élaborer un discours péquiste qui s’adresse aux gens
   Calendrier référendaire et analyse des résultats de tous les échecs: les péquistes ont cultivé l’art de se parler entre eux depuis des lunes. Pas payant.» (Journal de Montréal, 7 octobre 2016)

Richard Martineau titre : La victoire de Cendrillon (Journal de Montréal)

«Les militants péquistes ont tranché. À la jeunesse, ils ont préféré les cheveux gris et l’expérience. Et pourquoi pas?
«Chez nos voisins du Sud, les jeunes tripent sur Bernie Sanders, un « cowboy fringant » de 76 ans (...)
«Qui a dit que ça prend un jeune pour séduire les jeunes?
(...)
«Question quiz du jour, maintenant : qu’arrivera-t-il à Martine Ouellet, qui s’est mis l’establishment du parti à dos ? Et Alexandre Cloutier retournera-t-il au droit?» (Journal de Montréal, 7 oct. 2016)

Joseph Facal titre : Le défi herculéen de M. Lisée (Journal de Montréal)

«Au fond, ce n’est que justice que la victoire soit allée à celui qui a mené la meilleure campagne et qui est indiscutablement le mieux préparé pour ses nouvelles fonctions.
«M. Cloutier aurait pu l’emporter, mais il a mené une campagne fade et sans assaisonnements
«A-t-il été mal conseillé? Manque-t-il d’instinct?
«Je ne sais pas. Toujours est-il que sa campagne reposait sur une très mauvaise lecture des attentes des militants péquistes et de ce dont ils voulaient entendre parler.» (Journal de Montréal, 7 oct. 2016)

Brigitte Breton titre : Le PQ sauvé avec Lisée? (Le Soleil / LaPresse.ca)

«Plus de deux ans après sa défaite, le PQ ne semble pas avoir tiré de leçon de cette rebuffade. Ces derniers mois, durant la course à la direction, il a repris ses mêmes travers, ses mêmes ambivalences, ses mêmes chicanes internes. Des confrontations d'idées, préfèrent dire certains, mais qui laisseront néanmoins des traces. Dans la population, elles donnent de plus l'impression que ce parti ne sait quelle direction prendre pour attirer et mobiliser les Québécois.» (Le Soleil, 7 oct. 2016)

David Rémillard titre : Des pots cassés à réparer dans les rangs péquistes (version papier : Appel au ralliement(Le Soleil / LaPresse.ca)

 «Reste qu'il y aura réellement des pots cassés à réparer. Une source près du clan d'Alexandre Cloutier, qui a milité aux côtés du député de Lac-Saint-Jean lors des courses à la chefferie de 2015 et de 2016, a confié qu'il ne se reconnaissait plus dans le PQ. Les positions de M. Lisée sur l'identité et l'immigration ont notamment fait mal. M. Cloutier a pour sa part insisté sur le fait qu'il «respectait le choix des militants». «Sur les enjeux du vivre-ensemble, j'ai fait connaître mes positions, et les militants ont tranché.» (Le Soleil, 7 oct. 2016)
Publier un commentaire