samedi 18 juillet 2015

Attentats de jeunes intégristes et choix douteux de photos de presse et médias

Djokhar Tsarnaev en était à 3 mois avant de fêter son vingtième anniversaire lors du drame d'avril 2013. Mais le choix de photo de la presse occidentale sent la victimisation des agressseurs. Après cela, les médias s'étonnent de la montée des informations, opinions et pseudo-informations qui transitent par des canaux de communication non traditionnels. 


Dzhokhar TSARNAEV (variante TSARNAÏEV), 19 ans, sur la photo de foule prise le 15 avril 2013, jour des attentas du marathon international de la ville de Boston aux États-Unis. On le voit très clairement comme jeune adulte, bien qu'il soit le plus jeune des deux frères, principaux suspects des poseurs de bombe. Son frère aîné, prénommé Tamerlan, a été abattu lors de la chasse à l'homme qui a suivi l'enquête. 

Dzhokhar TSARNAEV (variante TSARNAÏEV), 19 ans, photo de foule prise le 15 avril 2013, jour des attentas du marathon international de la ville de Boston aux États-Unis. 

Vous remarquerez que les photos retenues par plusieurs médias occidentaux, dont au Canada et au Québec, ainsi que par l'Agence France Presse (AFP), montrent TSARNAEV plus jeune (2 photos habituellement reprises au Québec le montrant avec une apparence d'âge entre 15 et 17 ans; idéal pour la victimisation des suspects). 


Voici les deux photos largement utilisées par plusieurs médias occidentaux (de façon récurrente lorsqu'on parle et écrit sur Dzhokhar TSARNAEV). Les médias semblent ainsi pratiquer la victimisation:

Djokhar Tsarnaev, apparence d'âge : 15 à 16 ans

Djokhar Tsarnaev apparence d'âge: 16 à 18 ans




Le magazine RollingStone a été plus professionnel avec le choix photo du présumé terroriste 


Vous remarquerez que le choix de la photo respecte presque l'âge du suspect au moment des attentats de Boston, contrairement au choix graphique des médias québécois, sous la une du RollingStone.



Le même phénomène proche de la désinformation avait été alimenté dans le cas plus anciens d'Omar Khadr



Omar Khadr chez les ressortissants canadiens, qui avait presque 16 ans lors de son arrestation (en Afghanistan en juillet 2002). Il est le fils d'Ahmed Saïd Khadr, un Égyptien qui fût fortement impliqué avec Al Qaïda. La photo a été prise 1 an avant son arrestation. Il ne s'est pas trouvé de journaliste québécois pour trouver une photo plus actuelle du jeune, durant des jours et mois suivant son arrestation.


Omar Khadr, photo prise par la famille et datant d'un an avant son arrestation. 

Omar Khadr était-il volontairement impliqué ou «enfant soldat» malgré lui au sens où l'entendent habituellement les droits de l'homme? Sa situation ressemblerait logiquement (on peut le supposer) davantage au fils d'un héritier mafieux qui oeuvre avec son père, plutôt qu'à un enfant impliqué sans son consentement personnel. D'ailleurs, à l'âge de près de 16 ans lors de son arrestation après avoir tué un paramédic après un cessez-le-feu, il savait certainement ce que représente fabriquer une bombe et la mort de civils récalcitrants à une idéologie.

Autrement, c'est comme si les gens de médias et une large partie de la communauté journalistique occidentale des pays démocratiques, nous disaient que eux. à près de 16 ans (KHADR) ou 19 ans (TSARNAEV), ne savaient pas ce que représente tuer une personne ou des masses dans un marché ou sur une route.


Ma réaction postée à un récent article de l'AFP publié dans le journal de Montréal (18 juillet 2015)


DÉBUT DE LA RÉACTION

Médias du Québec, pouvez-vous SVP remplacer la photo d'enfant de Djokhar Tsarnaev? 
Des photos ont été prises le jour des bombes et il n'avait pas une face d'enfant. Celle-ci date de plusieurs mois, voire 2 ou 3 ans avant les attentats de Boston.  
Même chose pour Omar Khadr dont la photo prise par la famille datait d'un an ou plus avant son départ pour se battre avec son père aux côtés d'al qaida. 
C'est un choix idéologique, de toute évidence : victimisation des agresseurs; pas de leur faute. Donc, êtes-vous, journalistes québécois, en train de nous dire qu'à 19 ans (Tsarnaev) ou presque 16 ans (Khadr) , vous, futurs gens de médias à cet âge, ne saviez pas ce qu'est fabriquer une bombe contre les civils?  
Si c'est le cas:
1)  C'est très inquiétant pour la santé de l'information au Québec
2)  Le billet de Richard Martineau, < Lettre aux «idiots utiles» > (Journal de Montréal, 15 juillet 2015), s'adresse à plusieurs membres de la communauté journalistique. 
Ceci dit, je respecte en général, grandement votre travail, pour les sujets généraux. 


FIN DE LA RÉACTION

ARTICLE SUGGÉRÉ

Marc Lépine (né Mohamed Gamil Gharbi) et Polytechnique: quelles influences? (7 décembre 2014)
Marc Lépine était-il simplement le tireur présumé déséquilibré et antiféministe du drame de l'École polytechnique, ou un précurseur d'une jeunesse radicalisée?
http://yapasdpresse.blogspot.ca/2014/12/mohamed-gamil-gharbi-marc-lepine-et.html
Publier un commentaire