jeudi 23 août 2012

JournaldeQuebec.com - fil de discussion 22 août 2012 : Legault à plus de 58% contre Marois

13 jours avant le scrutin: dernier débat des chefs Face à face Marois vs Legault, 22 août 2012: François Legault gagnant à plus de 58% contre 42% pour Pauline Marois


Journal de Québec en ligne : les participants au fil de discussion en direct sur le Duel Marois  contre Legault ont donné le chef de la CAQ, M. François Legault, gagnant à plus de 58% contre 42% Mme Pauline Marois, chef du PQ. 

Évidemment, cela vaut ce que ça vaut. C'est une idée à un instant précis, ou encore une photo tirée d'un film. Dans le débat de la veille, les participants au fil de discussion avaient aussi donné Legault gagnant à env. 60% contre 40% pour le PM sortant, M. Jean Charest. La tendance semble se maintenir pour ce qui est de la perception plutôt positive de M. Legault.

Il reste maintenant 13 jours jusqu'au véritable «sondage» qui nivellera les prétentions; le vote du 4 septembre 2012. Durant une course électorale, 13 jours c'est une vie.  

Treize jours, c'est ce qu'il a fallu au clan des Kennedy aux États-Unis en 1962, pour éviter un troisième conflit mondial au 20e siècle (après ceux de 1914-1918 et 1939-1945). Plus près de notre réalité, chose rare, trois partis du Québec peuvent encore espérer être potentiellement l'élu du peuple, quoique le PLQ semble avoir du plomb dans l'aile dans les conversations et les  discussions en ligne.

Les Québécois doivent décider. Veulent-ils prolonger la méthode Libérale? Veulent-ils élire Pauline Marois pour qu'elle termine ce qu'elle a entrepris lorsque son parti était au pouvoir, comme elle l'a dit dans un précédent débat. Ou les Québécois veulent-ils essayer une autre méthode et donner la chance à l'équipe de la CAQ de François Legault? Tout est dans la réponse à ces 3 questions. 

Mais attention au vote dit «stratégique» et à la ruse de QS qui l'encourage, car plus le vote sera divisé, plus notre mode de scrutin démocratique sera décrié (nouvelle étape de la contestation permanente). Si le vote est tellement divisé qu'un gouvernement est élu avec moins de 40% des votes exprimés, on réclamera à grands cris un mode à plusieurs tours, comme celui qui a permis dans un passé récent à Stephane Dion et à Michael Ignatieff de devenir l'un après l'autre, chefs du PLC, au désarroi des votants, après coup. Ou un système complexe comme celui qui a fait élire George W. Bush deux fois, au grand dam de la gauche du Québec. On verra aussi la naissance de dizaines de nouveaux petits partis,
créés pour espérer arracher, par un bon Powerpoint ou Youtube, des votes et l'argent associé à chaque crochet ou X sur un bulletin, et ainsi espérer représenter un groupuscule dans les grands médias (1). Imaginez un véhicule à 10 volants et autant de pédales de frein et d'accélérateur... Quand les résultats ne seront pas conformes aux attentes de la gauche, on dira que les électeurs sont fous et que l'élection est toujours illégitime. Bref, un vote divisé pour satisfaire QS, créera une situation perdant-perdant.

On veut tous croire à du changement, mais tous ne veulent pas le même changement, évidemment. C'est déjà parfois difficile de s'entendre à deux dans un couple, imaginez à près de 8,3 millions de Québécois en 2012 ou à 10 partis représentés à l'Assemblée nationale dans un futur possible. C'est pourquoi nous élisons des représentants pour qu'ils gèrent les affaires de l'État sans consulter et argumenter à l'infini (source de conflits sans fin). Mais sortons voter en masse pour donner à cette élection toute sa légitimité démocratique. Votons selon nos convictions et non selon une pseudo-stratégie, sur laquelle nous n'avons aucun contrôle car on ne sait pas pour qui les autres voteront. En cas de votes trop morcelés, soyez assurés que la valeur de l'élection serait contestée par ceux qui votaient à un taux de participation à souvent aussi peu que 10 ou 15% dans leurs assemblées de cabanes à sucre (érable) du printemps (avec parfois même, leur reprise des votes à différentes heures et jours, jusqu'à obtention du bon auditoire pour des résultats désirés par leur exécutif).

_______________
1.   Grand média = usine de transformation de l'information
Publier un commentaire