lundi 9 avril 2012

Les yeux du pouvoir - par Joseph FACAL

Je reprends ici un extrait d'un billet du chroniqueur Joseph Facal, datant du 4 avril.

Josehp FACAL:
«Il m’arrive, comme à tous les chroniqueurs, de recevoir des réactions de lecteurs qui sont si lumineuses, si pénétrantes de lucidité, qu’on s’en veut de ne pas y avoir pensé soi-même. Monsieur X me fait remarquer qu’après «le massacre d’enfants devant une école juive de Toulouse, on n’a entendu aucune déclaration violente, aucun appel à la vengeance de la communauté juive de France ni d’ailleurs dans le monde. Seulement de la retenue, de la tristesse et de la dignité.» Il se demande ensuite : «et si cela avait été des enfants musulmans, assassinés par un désaxé (ou, pire encore, par un illuminé nazifiant) devant une école coranique ?». La réponse est évidente si on a deux sous de bonne foi. Monsieur X la donne lui-même : «La France se serait embrasée. Elle aurait été mise à feu et à sang par les jeunes de banlieue». Les «jeunes de banlieue», souligne-t-il, c’est le doux euphémisme utilisé dans les médias pour désigner les casseurs des quartiers chauds majoritairement maghrébins. Monsieur X rappelle en effet qu’il y a quelques années, toujours en France, deux jeunes maghrébins étaient morts accidentellement, électrocutés dans un poste de transformation, alors qu’ils cherchaient à fuir la police. Résultat : des jours et des jours d’émeutes et de pillages... (1)
LIRE la suite sur le blogue de monsieur Facal : Les yeux du pouvoir

_______________
Joseph FACAL. Les yeux du pouvoir. Journal de Montréal, 4 avril 2012.

Aucun commentaire: