dimanche 29 juillet 2018

Marxisme et appropriation culturelle: Qui seraient les prochains accusés?

Que ferait la gauche du Plateau, face à une attaque contre le Festival international de jazz de Montréal? 

Nous savons qu'en juillet 2018, le performeur et producteur Robert Lepage, opérant depuis la ville de Québec au Canada, a été accusé de pratiquer l'appropriation culturelle avec sa pièce SLĀV, présentant des chants d'esclaves recueillis en 1930. La controverse a amené Robert Lepage, avec Betty Bonifassi, à annuler une partie des présentations. Dans cette foulée, il a annulé Kanata, une production inspirée des Amérindiens, suite au retrait d'un commanditaire (sponser) insécure.

Logiquement, l'illogique propagande
de l'extrême gauche marxiste culturelle devrait récidiver. Pour aller au bout de l'histoire et crever l'abcès, demandons à la gauche et aux artistes de prendre position. Que ferait la gauche bobo, face à une nouvelle attaque du marxisme culturel, contre le jazz qui est issu des communautés afro-américaines du sud des États-Unis? Et plus particulièrement, contre le Festival international de Jazz de Montréal? Car si des Blancs ne peuvent pas chanter des chants de Noirs opprimés, dans le marxisme dont le but est de diviser pour générer des votes, alors dans le jazz, on serait exactement dans la même thématique.

Louis Armstrong (gravure d'Adi Holzer). Source : Wikipedia, Jazz







Aucun commentaire: