dimanche 10 janvier 2016

Nombre d'agressions déclarées de Cologne du Nouvel An 2016, à la hausse

Agressions sexuelles et autres à Cologne (Allemagne). Chiffres revus et corrigés du dimanche 10 janvier 2016. On évalue désormais à plus de 200, le nombre de crimes à caractère sexuel signalés, seulement pour les fêtes du Nouvel An de la ville de Cologne (env. 40% de 516) !!! 


En effet, selon i24news avec AFP et un communiqué de la police de la ville de Cologne, les plaintes pour agression sexuelles (incluant attouchements et viols) constituaient env. 40% des 516 délits faisant l'objet de dépôt de plaintes connues le 10 janvier (donc environ 200 crimes présumés à caractère sexuel). Ceci ne tient pas compte des cas n'ayant pas fait l'objet d'une plainte formelle:

«Le chef de police congédié avait déclaré que les enquêtes se portaient sur des personnes "originaires en grande partie de pays d'Afrique du Nord" et "en grande partie des demandeurs d'asile et des personnes se trouvant en Allemagne illégalement". Cela n'a pas été répété par la police dans son communiqué de dimanche suite au congédiement du policier» (i24news, 10 janvier 2016)

Le chef de la police de Cologne a-t-il dit ce qu'il ne faut pas dire et qui constituerait une critique indirecte des politiques ? 


Taire le volet du contenu des signalements = acte conscient de déni par l'élite ou manque de compétences du chef de police ou les deux? 


La scène se répéterait-elle en divers pays et diverses villes?


Cela sent encore la couverture (cover-up), comme cela est arrivé en Angleterre, dans la ville de Rotherham durant des années où des réseaux pakistanais exploitaient des victimes mineures nées anglosaxones de race blanche. Peu de responsables (élus, travailleurs sociaux) osaient dénoncer le volet culturel des crimes présumés. On parlait d'Asiatiques, mais aucun n'était hindou, Sikh ou chinois de Hong Kong. Ou on préférait retenir que les filles mineures avaient été imprudentes (considérées responsables de leurs agressions). On laissait les communautés des agresseurs tenter de gérer le tout à l'interne, pour éviter la stigmatisation des Pakistanais. On voulait ainsi éviter les poursuites pour racisme et d'être sanctionné (ex. suspension). L'Europe vit-elle à grande échelle ce qui s'est passé à Rotherham (Angleterre); la couverture des crimes et de leurs motifs avec un volet hautement culturel (blanches mineures anglosaxones de souche culturelle christianisée agressées et même parfois enlevées et échangées avec d'autres villes).

D'autres villes d'Allemagne (Hambourg, 133 plaintes) et d'Europe ont aussi fait l'objet de plaintes à la police pour délits sexuels ou autres.


LIRE AUSSI:

Grande-Bretagne: les autorités ont couvert des crimes au nom de la rectitude politique

Aout 2014. Un scandale majeur est mis au jour. Il concerne des crimes contre des jeunes mineurs, couverts durant des années par les autorités de certaines villes (principalement Rotherham en Angleterre). Les plaintes pour crimes avec un volet ethnique étaient couverts par les élus et même classés sans enquête par la police, craignant des poursuites pour racisme. Le Canada, Québec inclus, n'en a pratiquement pas parlé, alors que comme on le voit via les multiples liens en fin d'article, plusieurs médias NON américains on diffusé la nouvelle de ce scandale majeur contre des jeunes filles surtout, exploitées sexuellement. Le nombre des victimes de Rotherham (Angleterre) ne prend pas en compte les agressions de jeunes adultes ou adultes.
Publier un commentaire