mardi 22 décembre 2015

Pourcentage des posts en langue arabe exprimant un sentiment favorable à l'État islamique (19 pays)

The Guardian a étudié le contenu en langues arabes des réseaux sociaux, au troisième trimestre de 2014, pour connaître leur soutien à l'État islamique dans 19 pays.

(dernière modification: 28 décembre 2015)
On apprenait (et les médias et politiciens qui le voulaient) dans un article de novembre 2014 que plus de 15,3 pourcent (%) des posts émis dans une langue arabe depuis le Canada étaient en faveur des actions de l'État islamique (EI), soit près de 1 sur 6, soit environ la moitié de l'appui depuis la Belgique.

Le journal The Guardian avait analysé l'orientation, positive ou négative par rapport à l'EI, de plus de 2 millions de posts dans une langue arabe, sur les réseaux sociaux dans le monde, durant le troisième trimestre de 2014. L'infographie publiée dans un article du 28 novembre 2014 révélait qu'une part significative des messages des réseaux sociaux postés en arabe étaient favorables à l'entité radicale qu'est l'État islamique, comme le montre l'infographie du Guardian ci-dessous.

Crédits : The Guardian, 28 nov. 2014; données pour le troisième trimestre de 2014


Podium du soutien des réseaux sociaux arabes à l' EI


Les trois pays (couleur orangé) d'origine des messages étudiés où le contenu est favorable (soutien) par rapport à l'EI sur le podium du soutien moral à l'État islamique étaient (le pourcentage indique un contenu des messages dans une langue arabe émis en provenance de ces pays et soutenant moralement l'EI ):

1) Or : Qatar (47,6 %), (voir note 1)
2) Argent : Pakistan (35,1 %)
3) Bronze : Belgique (31 %), (voir note 2)

La Belgique (31 %) est suivie de:
4)  L'Indonésie (25,8%)
5)  La Libye (24%)
6)  le Royaume-Uni (UK),  (23,8 %); soit l'Angleterre et l'Écosse avec près de 1 post sur 4.

Autres surprises en Occident, avec une mention «honorable» de messages en faveur de l'EI

(...)
États-Unis (USA), (21,4%), (voir note 3)
(...)
Le Canada surprend aussi (15,3%).

L'Étude avait peu retenu l'attention des médias en novembre 2014. Mais avec les attentas de Paris en 2015, cela (notamment la filière terroriste de la Belgique) donne un nouvel éclairage aux données compilées.

Et quand nos politiciens occidentaux nous disaient pour nous rassurer que les radicaux sont déjà parmi nous (nationalités française, canadienne, etc.), ils avaient probablement raison... En plus, certains attendent probablement des amis.

_______________

1.  Qatar, pays sous un régime dictatorial où Ahmed, le garçon à la «montre» âgé de 14 ans (montre aux allures suspectes d'une minuterie dans une mallette), jeune étudiant de Dallas, et qui avait fait la une aux États-Unis à la mi-septembre 2015, est invité avec sa famille quelques semaines après avoir rencontré le président Obama en sept. 2015 à la Maison Blanche. Source: TheRebel.Media, 22 sept. 2015. On apprend dans ce reportage, que le jeune Ahmed n'est pas issu d'une famille sans histoire et que son père a même présenté sa candidature politique en Arabie Saoudite. Son père est aussi celui qui avait fait monter en épingle l'affaire de l'exemplaire du Coran brûlé par un pasteur étrange. Évidemment, le monde politiquement correct n'a vu que du feu et a pensé que le jeune Ahmed était un petit génie victime de racisme. Il a été démontré qu'il avait simplement retiré le mécanisme d'une horloge électronique de sa structure extérieure et fixé le mécanisme dans une mallette verrouillée par un câble. La sonnerie s'était déclenchée durant un cours. Tout pour susciter le doute en matière de sécurité. Le fil de la pile de secours était même encore fixé aux circuits. La police qui avait interviewé le garçon suite à un signalement de la direction de l'école, le décrivait, selon les informations obtenues par le journaliste Esra Levant, comme un jeune passif-agressif qui ne voulait pas répondre aux questions. Son professeur de la classe de génie, lui avait dit de ne pas sortir l'objet de la classe, ce qu'il a quand même fait jusqu'à ce que l'alarme se déclenche dans un autre cours. Dans les faits, l'école avait donc fait exactement ce qu'il fallait devant une mallette avec une minuterie et verrouillée par un câble, simplement par mesure préventive. Elle aurait fait la même chose si un blanc natif américain avait amené un tel mécanisme dans la classe. Mais l'affaire interne montée en épingle par les médias et par la famille qui semblait chercher de la visibilité, avait fait que ses intervenants (enseignant et direction) avaient été décrits comme racistes par plusieurs personnalités et médias. Il faut savoir que la sœur d'Ahmed avait aussi été temporairement auparavant suspendue de la même école, suite à une rumeur de menace à la sécurité. 

2. La Belgique: probablement la surprise de l'étude, mais expliquant le rôle important des terroristes basés en Belgique lors des attentats de Paris en novembre 2015.

3.  États-Unis (USA): 21,4% du contenu  étudié, posté sur les réseaux sociaux, en langue arabes, en soutien moral à l' #EI, soit davantage que dans des pays arabophones situés plus près des zones de guerre, comme la Syrie, l'Iraq, l'Iran, l'Arabie Saoudite.
Publier un commentaire