mardi 2 avril 2013

FTQ-Construction: syndicalisme et intimidation au Québec

Après examen de la preuve qui lui était présentée, la Commission des relations du travail (CRT) a jugé qu'il existe véritablement une approche d'intimidation syndicale sur les chantiers de construction importants de la Côte-Nord au Québec.

«Pour la commissaire Kim Legault, il est clair que la concurrence syndicale a donné lieu ici à des abus qui contreviennent au pluralisme syndical reconnu par la loi R-20» (1).

La CRT conclut aussi que le représentant syndical régional, Bernard «Rambo» Gauthier serait au coeur du problème, s'appuyant sur la «preuve accablante» soumise à la Commission, selon les termes du rapport de la CRT. La FTQ-Construction n'a réussi qu'à tenter de discréditer les témoins OU prétendre à ne pas être liée par les actions de ses syndicats affiliés et leurs représentants.

Mon commentaire

Les syndicats n'ont pas le monopole de la vertu en matière de droits des travailleurs. C'est que voyez-vous, au Québec, c'est un droit de choisir son allégeance syndicales pour les travailleurs de la Construction. Au fil des décennies, les syndicats se sont éloignés de leur mission première: représenter les travailleurs. 
  • En faisant des pressions illégales et empêchant les travailleurs qui changent leur allégeance syndicale de travailler sur les grands chantiers, les syndicats qui ont cette pratique briment ainsi un droit du travail reconnu dans l'industrie de la Construction. Le droit de prélever des cotisations à la source est assujetti à des obligations.
  • En faisant la loi sur les chantiers d'importance (ou tolérant que leurs représentants le fasse), ils se représentent eux-mêmes en envoyant le message aux travailleurs qui oseraient penser opter pour un autre syndicat. Autrement dit, ils protègent la structure administrative syndicale et leurs cadres.
  • Ceci est sans compter une autre de leur dérive:  leur allégeance politique (ex. prise de position souverainiste = retour de l'ascenseur au PQ), alors que les travailleurs sont de tous horizons politiques et que ce sont eux qui cotisent selon la formule Rand (prélèvement à la source sur salaire des fédéralistes aussi). Le parti Québécois, leur allié naturel, a retardé l'application de la loi 33 adopté par le gouvernement précédent et qui doit éliminer le placement syndical ayant conduit aux dérives actuelles. Mais la Commission de la Construction du Québec (CCQ) qui doit prendre le relais en septembre en référence de travailleurs, a-t-elle montré pattes blanches, ou est-elle plutôt consanguine avec les branches syndicales qui ont des pratiques inacceptables en démocratie?
_______________
1.  Kathleen LÉVESQUE. COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL «La FTQ-Construction a usé d'intimidation». Journal Le Soleil, 2 avril 2013, p.7
     Voir l'article sur La Presse.ca: La FTQ-Construction règne sur la Côte-Nord
Publier un commentaire