lundi 31 décembre 2012

Ma revue Québec et ailleurs 2012: sélection de sujets à froid

Retour sur quelques évènements de 2012 au Québec (et ailleurs).

La «rue» et les étudiants au pouvoir

Ils ont presque sauvé Jean CHAREST et le PLQ. Comment risquer de donner un gouvernement majoritaire au PQ qui a appuyé sans réserve le mouvement de la rue? Alors que 7 Québécois sur 10 étaient pour la hausse des frais (rattrapage d'un gel des frais) de scolarité post-secondaires au printemps, le pouvoir de l'image de la rue a pris le pouvoir, pendant que les travailleurs de la classe moyenne travaillaient pour payer leurs impôts pour assumer le poids écrasant du modèle québécois. On a assisté à notre grand étonnement au détournement de la démocratie quand Anonymous a servi une minorité de privilégiés qui ont accès aux études subventionnées et qui factureront leurs services à 100 ou 150 dollars l'heure à la classe moyenne (qui n'aura souvent pas les moyens de se les payer si non assurés) lorsqu'elle sera sur le marché du travail dans quelques années.

On aura au moins reconnu que le pouvoir des groupes extrémistes (communistes, marxistes-léninistes, anarchistes, anarcho-syndicalistes,...), ce n'est plus de la fiction en 2012. L'année a révélé que les minorités idéologiques qui ont le plus de temps disponibles pour militer ne sont plus des groupuscules négligeables. Ils ont leur intelligentsia dans les cégeps et universités, de façon plus marquée dans les sciences humaines. Ils devient d'autant plus inquiétant de savoir qu'il faut réussir des cours de philo idéologiquement orientés pour obtenir son DEC au cégep (pour le droit de travail pour techniciens et technologues) pendant que le reste de l'Amérique apprend son histoire, l'entrepreneuriat et le calcul.

Les débordements de la rue 2012 ont aussi révélé que l'ASSÉ, qui a temporairement créé la CLASSÉ pour coaliser les étudiants est en fait un organisme de lobbying déguisé en syndicat. Mais l'association est-elle enregistrée comme tel? Non. On a appris que l'organisme n'est pas un regroupement de syndiqués, bien qu'enregistré comme tel sur une mauvaise déclaration lors de sa création. Toujours pas corrigé.

Commission Charbonneau

La Commission a semblé ne pas démarrer pour un temps, mais la commissaire et son équipe ont utilisé la méthode allant «du général au particulier»:
  • Début avec la compilation (enregistrement) des dénonciations et aveux
  • Étude du phénomène de la corruption en lien avec le marché public de la construction là où elle est mieux connue dans ses interactions avec la mafia. On y a appris aussi (ou on s'est rappelé) qu'il y a dans ces pays, des liens avec le syndicalisme. Il n'y a que ce thème qui n'a pas été abordé devant la Commission en 2012. Des surprises à ce niveau pour 2013, peut-être?
  • Convocation de témoins
  • Encadrement législatif serré: les faux témoignages devant les commissaires seront passibles d'emprisonnement
L'exercice a déjà, incroyable, coûté leur poste à 2 maires seniors (Gérald TREMBLAY à Montréal et Gilles VAILLANCOURT à Laval) poussés vers la sortie par la pression des contribuables. Encore un peu et la métropole du Québec était placée sous tutelle par le Ministère des Affaires municipales. Mais le mythe du "modèle québécois" en aurait trop souffert... On a plutôt opté pour des élections d'urgence ce qui n'aurait pas été possible en l'absence de candidats équipés pour les exigences de la fonction de maire de la plus importante ville au Québec. Mais au fait, qui est le nouveau maire de Laval? Alexandre DUPLESSIS, nommé par les conseillers en place le 23 novembre, à moins d'un an des élections. Considéré comme le dauphin de son prédécesseurs, monsieur Duplessis est dans la mire de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), notamment pour une affaire de vente de terrain de la Ville à la faveur de Placements Rizzuto (Rizzuto, nom souvent mentionné dans le milieu de la corruption). Le lot pourrait avoir fait l'objet de spéculation illégale. En décembre 2012, les bureaux du nouveau maire ont été visités par la police, peut-être pour une autre affaire. À suivre en 2013.

Grève et lockout au hockey de la LNH

Le hockey professionnel joue avec les poignées de sa tombe. Pas de hockey à la rentrée 2012 et le problème n'est toujours pas réglé en décembre. Les amateurs de hockey, surtout ceux hors-Québec, pourraient bien se tourner vers un autre sport fétiche. Comme pour les blocages touchant la venue d'une équipe à Québec, le problème semble relié à l'homme à la grosse bague. Et je ne parle pas de Rome. L'homme de la LNH a fait son temps et c'est peut-être lui qui est la clé du problème; you bet man?

La Scie rit Syrie

L'abattage des civils bat son plein. Mais ma première question se tourne vers le Québec. Avez-vous remarqué comment notre gauche si prompte à prendre position contre Israël demeure silencieuse malgré les 50,000 60,000 morts de la Syrie? Leur silence et celui de leur "Love Boat" parle plus que leurs paroles.

Mais il y en a aussi pour le monde arabe. La condamnation de soldats occidentaux (notamment du Royaume-Uni en 2012) par des cours martiales occidentales fait ressortir ceci: quand avez-vous vu un tribunal islamique (et je ne parle pas uniquement des radicaux) juger les crimes de guerre et meurtres de civils occidentaux, africains ou autres, commis par des islamistes?

Québec 2012: élection du PQ minoritaire

Le Québec était prêt pour l'élection d'une première femme première ministre en 2012. Seule Pauline MAROIS semblait ne pas y croire, même lors de le fusillade de BAIN (un dérangé) après la soirée électorale. Elle a cru la fusillade reliée au fait qu'elle est une femme.

Le miraculé politique de 2012: Jean CHAREST notre ex-PM sous le PLQ. On leur prévoyait une méchante raclée et une défaite par KO, mais les électeurs en ont décidé autrement. En fait, trois partis ont pratiquement terminé nez à nez quant aux pourcentage des votes obtenus (PQ, PLQ, CAQ). Ironie du sort, la révolte des étudiants en 2012, nettement appuyée par le PQ, a probablement empêché la portée au pouvoir d'un PQ majoritaire. Beaucoup n'ont pas aimé que la rue ait davantage de pouvoir que la majorité réelle. Le PQ a trouvé une nouvelle façon de diviser le Québec en 2 clans par son mauvais calcul politique.

Les 100 premiers jours du PQ ont par moment ressemblé à la LNI (Ligue nationale d'improvisation). La seule chose qui n'ait pas paru de Pauline MAROIS en 2012, c'est son expérience. À quoi doit-on attribuer son silence lorsque ses candidats vedettes défendaient l'indéfendable? Ma lecture: à croire que la PM n'est pas aussi en selle dans son parti qu'on nous le laisse croire. Victime d'une tentative de putsch en 2011, l'accalmie nécessaire pour les élections 2012 en l'absence de candidats plus solides, pourrait n'être qu'une trêve fragile négociée en coulisses.

Par contre, la «dame de béton» nommé ainsi parce qu'ayant résisté aux assauts contre son leadership en 2011 a veillé au grain pour passer en rafale après son élection de 2012, ses projets de lois économiques pour affermir la gauche. Mais j'y pense, c'est justement le genre d'approche de passage de lois en vitesse que certains québécois ont dénoncé encore en 2012, dans le cas de ce qu'ils décrivent comme la méthode Stephen HARPER en faveur des politiques de droite économique.

La tuerie de Newtown au États-Unis le 14 décembre 2012: un possible point de bascule dans la vente libre des armes de combat?

Deuxième amendement de la Constitution ou pas, il faudra que les États-Unis restreignent la vente des armes de combat. L'éradication d'une classe d'enfants dans une école du Connecticut a touché le peuple au cœur. Sans compter la fusillade dans une salle de cinéma la même année. Le droit constitutionnel de posséder une arme (enregistrée avec permis) ne garantit probablement pas le droit d'acheter des armes de guerre. Les Républicains et la NRA qui défendent le statut quo passent pour des irresponsables et insensés. Je doute que la constitution garantisse à des civils, la possession d'armes de guerre automatiques ou semi-automatiques qui n'existaient pas encore lors de l'adoption du second amendement. La cour suprême américaine pourrait probablement le confirmer. Il y a une différence entre une arme de poing dans un coffre-fort à combinaison et une collection d'armes d'assaut du genre de celles utilisées par des marines aguerris, sous un commandement et avec tout un code à respecter. Mais utilisées souvent par des civils qui se prennent pour Rambo, cela n'a plus de sens.

Par contre, qui parmi nous connaît au moins des bribes de l'histoire des États-Unis, sait que le pays qui a connu le pouvoir parallèle des décennies 1960-80 via les meurtre de John F. KENNEDY (1963), de son frère Robert (Bob) KENNEDY (1968) candidat favori à la course à la présidence, ou de la tentative de meurtre presque réussie du président Ronald W. REAGAN (1981), peut comprendre le contexte, à défaut de l'accepter. Les tueurs isolés sont souvent des pions d'entités plus importantes. Avec en plus le meurtre de Martin Luther KING, grand défenseur des droits civiques ou bien avant, l'assassinat d'une grande figure comme Abraham LINCOLN dès la très jeune histoire de la nation américaine, nul besoin d'être très parano pour croire à l'existence de pouvoirs parallèles non élus, dans la plus grande démocratie du mondel. La fin de la dynastie KENNEDY à elle seule en es la preuve. Par contre, les armes y sont trop accessibles et à tous. Une famille sans histoire n'a pas besoin d'un Colt .45.

Ceci dit, ne soyons pas trop vites à juger. Si un pouvoir avait assassiné René LÉVESQUE, puis Jacques PARIZEAU et avait envoyé Pauline MAROIS aux soins intensifs au Québec, on serait plus nuancés sur le droit de posséder une arme. Il ne faut pas oublier aussi que les États-Unis, c'est 10 fois la population du Canada. Il ne faut pas s'étonner du plus grand nombre d'évènements fâcheux.

Guy Turcotte: le chirurgien qui a tué ses deux bambins est resté sur la scène publique

L'homme qui a tué ses deux bambins sans défenses à l'arme blanche en les poignardant des dizaines de fois (pas plus humain qu'à l'arme à feu) a réussi à retrouver sa liberté. Le seul moyen de sortir de ce cauchemar collectif est de reprendre le procès devant juge (appel de la Couronne). Parce que pour les jurés, les contradictions entre les psys spécialistes de la Couronne et de la défense justifieront toujours la thèse du doute raisonnable sur le degré de conscience des tueurs au moment des meurtres. Si Turcotte n'a peut-être pas planifié les 2 meurtres, il les a au minimum assassinés sans préméditation. Et rien dans sa froide attitude ne garantit qu'il ne restera pas potentiellement très dangereux lorsqu'il se retrouvera encore dans des situations où il se sentira encore rejeté ou trompé.

LIRE AUSSI:  INDE et condition féminine - Viols collectifs

Réfléchir sur le temps qui fuit et coule entre nos doigts

Pour ceux qui ont lu jusqu'ici je partage cette "toune" (tune) des Cowboys Fringants, groupe québécois, LIVE lors de leur passage à l'Adisq en 2008.
Chanson : Les Étoiles filantes.
Publier un commentaire