lundi 3 décembre 2012

Compteurs et conteurs d'Hydro-Québec

3 DÉCEMBRE 2012. Récemment, nous avons appris que les compteurs de la société d'État, Hydro-Québec, lesquelles émettent sur des fréquences potentiellement dangereuses sont moins à risque que notre four micro-ondes. Des opposants à cette thèse affirment que c'est la somme de toutes les ondes de tous les appareils qui nous bombardent en tout lieu à chaque jour et chaque heure qui créent le réel danger (incluant les cellulaires). Il n'y aurait pas de justification suffisante, pour qu'un compteur domestique émette des données des milliers de fois par jour comme c'est le cas. Ce n'est pas fou. Mais probablement que le plus grand risque spécifique aux émissions de lectures de votre compteur deux fois par minute, sont pour le porte-monnaie des familles en raison d'une future modulation de la facture avec un taux ($ le kilowatt-heure) en fonction de la consommation maximale atteinte à une certaine minute de la journée ou du mois. Et pour la vie privée.

Nouvelle génération de compteurs d'Hydro-Québec
(crédits photo: Hydro-Québec) 
Pensons-y. Nommez les raisons essentielles et incontournables, pour lesquelles une compagnie de services publics qui détient le monopole de l'énergie électrique (Hydro-Québec = Société d'État = monopole de l'électricité) aurait besoin de votre consommation aux 30 secondes près? 

À la réflexion, les choix sont limités:
  • Détecter les pannes de façon précise? Ça se faisait déjà. Que vous disiez que vous avez 15,000 abonnés privés de courant ou 14,902, qui s'en préoccupe à l'unité près. Quand les monteurs de lignes réparent, ils réparent pour une zone complète.
  • Réduire autour de 1000 postes (emplois) de lecteurs de compteurs dans tout le Québec? J'en doute. Il faudra des employés mieux payés que les lecteurs de compteurs pour utiliser les bases de données et en faire quelque chose. De plus, ces compteurs auront probablement des problèmes plus fréquents que les analogiques qui duraient 25 ans, et exigeront remplacement ou réparation plus fréquents. Les compteurs seront effectivement remplacés plus fréquemment (coûts des équipements et de la main d'oeuvre). En effet, leur espérance de vie est de 15 ans, contre 25 pour les anciens modèles analogiques. Cela signifie que quand les 375 millions de compteurs auront été remplacés, les premiers compteurs intelligents installés auront déjà à peine 10 ans d'espérance de vie  en prenant pour hypothèse une opération de remplacement sur 4 ou 5 ans déjà débutée. En pratique, il y aura moins de gens pour les lire, mais plus de gens pour interpréter les données et les réparer et remplacer lors de défectuosités (électriciens du privé?).
  • Connaître vos habitudes? Et plus! Si ce n'est peut-être pas l'intention de départ, c'est une application plus que probable. On sera en mesure d'estimer le nombre de personne à la maison à tout moment des heures d'activités, ou de savoir s'il y a une personne de plus qu'à l'habitude au foyer d'après votre consommation en temps réel. Ajoutez à cela toutes vos activités qui sont «monitorées» ou sont sous surveillance statistique (ou le seront, par exemple avec la disparition éventuelle de l'argent liquide, fusion tv-internet) et vous verrez que les activités et choix touchant votre vie privée diminuent continuellement (1).
  • Une éventuelle facturation modulée sur vos pointes de consommation au désavantage des familles? Mais plus probablement et plus près de nous, on pourra planifier un taux de facturation future, dans quelques années, avec un prix du kWh basé sur le "peak" (consommation maximale à un moment donné) comme cela se fait dans le commercial au Québec. C'est probable, car pourquoi sinon, un exercice national de remplacement de tous les compteurs électriques pour une nouvelle génération d'appareils «intelligents» qui a à peine une espérance de vie de 15 ans? Les premiers compteurs de cette nouvelle génération à être remplacés le seront environ dans 10 ou 12 ans. C'est donc la preuve d'un autre changement très proche, probablement dans une décennie.
Compteurs et conteurs d'histoires

Le temps des Fêtes approche et les conteurs d'histoires sont à la mode. À mon avis, des compteurs qui émettent des lectures à chaque 30 secondes, cela suggère que c'est pour la facturation que l'on voudra changer en ajustant, dans un avenir proche, le tarif à votre pointe de consommation maximale. Plus vous avez des "peaks" élevés, même si de très courte durée, plus vous payez chaque kwh. Cela se fait déjà chez les clients commerciaux. Mais penser que l'État pourrait élargir la formule au niveau domestique a de quoi agacer, surtout quand ce que nous appelions la classe moyenne est en train d'étouffer sous le cumulatif de l'inflation, des taxes, des impôts, de l'énergie ET les hausses cumulées qui dépassent toujours les hausses des salaires et diminuent donc, année après année, votre pouvoir d'achat (2).

Mais où est le problème, pour en revenir avec l'hypothèse d'une facture de consommation modulée sur la puissance maximale d'énergie utilisée durant une période de temps de référence?

Le problème, c'est que l'on pénalisera encore les familles avec enfants. On pénalisera aussi les moins bien nantis, souvent ceux qui on les maisons les moins efficaces énergétiquement. En effet, qui consomme le plus, par exemple à 6h30-7h le matin ou à 17h30-18h en soirée? Réponse la famille avec davantage d'enfants. Donc, on n'est pas près de sortir de la dénatalité et de l'effritement des programmes sociaux qui en découlera, en raison de l'inversion ou renversement de la pyramide des âges. Heureusement que nous payons des gens pour réfléchir à notre avenir collectif pendant que nous travaillons... Mais il faudrait plus que des compteurs et conteurs intelligents, il faudrait aussi des hauts-fonctionnaires et des élus intelligents. Joyeux décembre, camarades!

_______________
1.   Dans une démocratie autoritaire, ce serait très inquiétant, si l'on couple cela avec la disparition éventuelle de l'argent papier (tracer les achats et transactions de services). Ajoutez à cela le mépris de certains partis et groupes politiques envers le transport automobile individuel et l'on saura dans quel véhicule de transport en commun vous êtes et vers quelle destination vous faites des transferts.  Avec la presque disparition de l'argent liquide (billets et monnaie) déjà amorcée et la nationalisation des banques que caresse des partis de gauche comme Québec Solidaire, l'État pourrait savoir tout ce que vous achetez avec votre carte (e-livre, livre, film, magazine, cours privés, ...) , ainsi que le lieu et l'heure. Avec la mise en réseau informatique de la télé et du web on peut savoir, au privé, ce que vous écoutez en temps réel. Avec la surveillance web, les fournisseurs devant maintenant garder la liste des sites internet que vous visitez ET le cloud ou l'équivalent (entrepôt de stockage de vos fichiers en dehors de vos ordinateurs = tendance du stockage en ligne de vos fichiers), la zone privée de votre vie fond comme un glaçon en juillet. Il ne manquait que cela, la détection de présence humaine dans votre maison qui devient maintenant possible avec la Société d'État. Avec les compteurs d'Hydro Québec qui émettent des données quelques milliers de fois par jour, l'État pourrait maintenant savoir si vous êtes présents à la maison et même, estimer si des personnes se sont jointes à vous (consommation d'électricité comparée aux autres jour).


2.  Car il ne faut pas confondre l'apparence de richesse et de confort avec ce que nous possédons réellement. Beaucoup du confort de la classe moyenne avec un revenu familial de 50,000 ou 75,000 dollars par année, n'est que comme un rêve et dépend de taux d'intérêts peu élevés et de la main d'oeuvre bon marché dans d'autres pays (bientôt ici) pour nos produits.

Nous ne pouvons ignorer que ce n'est qu'en sacrifiant des emplois correctement rémunérés ici, et en faisant fabriquer nos biens ailleurs où les travailleurs sont sous-rémunérés (ou sinon l'économie très différente), que nous pouvons maintenir une illusion de richesse de notre classe moyenne. Et nous portons non seulement le poids de nos emprunts en tant qu'individus et familles, mais tout autant la dette de l'État qui nous refilera inévitablement la facture (tendances à la hausse des taxes et impôts).
Publier un commentaire