lundi 8 octobre 2012

Chicane de famille à l'émission les Francs-Tireurs de Télé Québec

LE PROBLÈME: UNE MENTALITÉ DE GROS VILLAGE DANS UNE MÉTROPOLE

À Québec (ville), nous avons des radios de gauche et de droite. Cela s'appelle liberté d'expression. Il y a eu de la radio-poubelle, comme au temps de la diffamation en ondes contre Sophie Chiasson, propos qui ont levé le cœur de tout le Québec et grandement nui à la radio de catégorie parlée, offrant des opinions alternatives à celle d'une certaine élite intellectuelle plus à gauche. Après la victoire en poursuite de Madame Chiasson et le départ de certains animateurs comme Jeff Fillion, ces radios de Québec sont devenues davantage des radios de droite ou de centre-droit économique, avec par moment un langage plus vulgaire, de niveau 4e ou 5e secondaire de français, il est vrai (notre réalité du fait français "à protéger"). MAIS, à preuve du changement de ton des dernières années, Nathalie Collard de la Presse titrait le 10 septembre 2012: Radio X: le minou dégriffé (1)

Patrick LAGACÉ et Richard MARTINEAU
Je trouve normal que Richard Martineau ait voulu contre-balancer la job de bras contre Radio X, une radio nouvelle venue à Montréal, dans le créneau des radios parlées.

La source de cette affaire de petite «chicane» ou querelle «de famille» autour du niveau d'analyse d’un panel d'invités de l'émission TV les Francs-Tireurs (F-T), c’est une mentalité “gros Village”, dans une métropole comme Montréal. On n'y  comprend pas que de vrais Québécois à part entière, puissent être
  • pour plus de responsabilisation des individus, 
  • pour moins d’interventionnisme de l’État et une simplification de la fiscalité des individus et entreprises,
  • et pour plus de liberté de choix et donc moins d'ingérence de l'État avec notre argent gagné en travaillant.
Aussi, on tente de censurer ou stigmatiser avec le sceau «radio-poubelle», toute radio qui va dans cette direction.

Martineau réagissait aux affirmations d'un panel d'invités triés par Patrick Lagacé aux F-T; bref, le choix approprié pour s'assurer des conclusions attendues. Le vieux routier de la chronique d'opinion a simplement réagi en disant plus ou moins que le niveau des commentaires était peu élevé et cliché, ne tenant pas compte de l'ensemble du contenu de radios comme Radio X.  Point! Aucun scandale en vue. Ce n'est pas uniquement parce que Martineau fait une courte chronique hebdomadaire à Radio X avec Maurais qu'il a décidé de commenter comme un adulte qui s'assume. Le fait est que des affirmations publiques impliquaient une réponse publique. Pour sa part, en refusant à l'inverserse de commenter en dehors de la "famille" (équipe) des affirmations faites publiquement, M. Lagacé perd des points (affirmations publiques, réponse en privé). Il joue le jeu corporatiste, lui dont le métier est de faire parler les autres. Désormais on pourra lui donner la même réponse. Il pouvait dire quelques mots sans diffamer qui que ce soit, d'autant que
  1. les affirmations sur la «radio-poubelle» étaient dans une émission d'affaires publiques
  2. la nouvelle du mémo interne de Martineau en réponse aux reproches lui étant adressés pour son commentaire public allait filtrer dans les médias via une "taupe"; il en avait été informé par ceux qui allaient divulguer l'information relative au conflit entre les deux animateurs partenaires.
De son côté, si Martineau ne manque jamais d'arguments, il se montre, pour qui lit au moins occasionnellement ses chroniques, favorable à l’expression d’idées différentes de la sienne, pourvu que cette liberté aille dans les 2 sens et soit respectueuse. Ce que les blogueurs du Gros Village global “blogal” ne comprennent jamais d'ailleurs, chaque fois que le chroniqueur essaie d’expliquer que l’on peut débattre avec des arguments et non avec des clichés vides. Des arguments vides comme «PÔVRE Richard!»; on a vu encore cette partie du «trou noir» gauchiste, ce weekend en réponse à son billet Lettre à un jeune chroniqueur (2). Par moment on croirait que Martineau y décrit la méthode de son collègue Patrick Lagacé (suis le courant et tu n'auras jamais de problème).

L’expression «radio-poubelle» est l’un de ces clichés par excellence, par lequel on tente toujours à Montréal, d’empêcher tout débat critique sur la pertinence de la gauche mur à mur au Québec.

La réaction de l’île-métropole et de son clan journalistique dont Radio-Canada Radio-cadenas qui truque les bulletins de nouvelles par le choix de l'angle (ex. paqueter les tribunes avec un nombre majoritaire des invités de même opinion OU en confondant la nouvelle et l'éditorial OU abordant la nouvelle sous l'angle des adversaires, etc.), OU avec Télé Québec et d'autres, à la venue d’une radio d’opinion plus à droite, c’est comme le marchand de légumes qui voit arriver un compétiteur qui ne fait pas partie de sa famille dans un marché régional (autre que les fermes des frères et beaux-frères). Ça prendra quelques années à la gauche idéologique tricotée serrée, pour accepter la réalité que l’on puisse être moins socialiste que présentement à Montréal, où les gens plus à droite n’osent pas parler, même chez les artistes.

Montréal la plus mature du Québec, que dire, du monde entier? C’est en passant, la ville du Québec où l’on est incapable de faire un virage à droite sur feu rouge de façon sécuritaire, d'où l'interdiction locale. Il faudrait peut-être y remédier.

LIRE AUSSI:
Patrick Lagacé règlera le cas de son "ami" Richard Martineau "en famille"
par Gilles des Roberts,  5 oct. 2012
http://lesnews.ca/business/26608-patrick-lagace-reglera-le-cas-de-son-ami-richard-martineau-en-famille/#comment-7209
lien consulté le 8 octobre 2012.

_______________
1.  Nathalie Collard, Radio X le minou dégriffé, La Presse, Montréal, 10 septembre 2012.
Lien consulté le 8 octobre 2012.

2.  Un clin d'oeil à Lettres à un jeune politicien par l'ex-Premier ministre Lucien Bouchard, vlb Éditeur, 2012

Aucun commentaire: