dimanche 21 mai 2017

Qui a assassiné S e t h R I C H, informateur présumé de Wikileaks?

S e t h    R I C H  était un jeune cadre de 27  ans, employé du DNC, Comité national du parti Démocrate en 2016. Julian Assange qui ne donne jamais ses sources même décédées pour protéger leurs contacts et familles, n'a pas démenti en entrevue, que Rich était une source (un informateur, un sonneur d'alerte) de Wikileaks, en août 2016, après le meurtre (video Youtube). G u c c i f e r  2.0, un pirate informatique, a affirmé que sa source Démocrate avait pour prénom Seth. Monsieur Rich a été assassiné d'une balle dans le bas du dos dans une rue d'un quartier aisé de Washington.

(dernières modifications: 25 mai 2017, 27 mai 2017, 15 juillet 2017, 26 juillet 2017, 3 août 2017)



NOTE importante sur les fact checkers (valideurs)

Quand un «fact checker» (valideur) dit qu'il n'y a pas d'évidence sur une affirmation, par exemple que G u c c i f e r   2 . 0 soit un vrai pirate qui ait effectivement eu accès aux données d'un serveur du DNC, vous devez être intelligent. C'est comme si au Québec, un valideur avait dit qu'il n'y avait pas d'évidence que la petite Cédrika Provencher ait été enlevée par un maniaque, avant la découverte du corps. Il y a quand même le fait que l'enfant est disparue. Qu'est-ce qui est le plus inquiétant pour l'avenir de l'information? Le plus inquiétant serait-il que quelques médias osent mener leurs propres recherches et investiguer des pistes en parallèle et arrivent à des possibilités différentes ou que tous les médias véhiculent la même information en copier-coller? Sans Fox News aux États-Unis, il n'y aurait qu'un seul grand média fusionné, que cela ne ferait aucune différence.

De même, en ce qui concerne le meurtre du jeune cadre du DNC, probable source de Wikileaks (et possiblement d'un pirate informatique) pour les courriels rendus publics avant la nomination de la tête du parti Démocrate, un journaliste professionnel non partisan et prudent reconnaîtrait en analysant froidement les principaux faits exposés ci-dessous (sans même compter les interprétations), qu'il y a beaucoup de coïncidences (liens) avec la politique du plus haut niveau et les fuites d'informations nuisibles aux Démocrates. Et quand les médias du Québec vous affirment que le mobile du meurtre de l'employé du DNC est un vol qui a mal tourné, avant que l'enquête policière ait fermé le dossier, les médias-perroquets québécois devraient se poser des questions. Tant que le ou les meurtriers n'ont pas été identifiés, l'affaire n'est pas classée. Aux États-Unis la confiance dans les grands médias est en chute. Veulent-ils la même chose dans le Québec francophone? (voir NOTES 1 et 2)


Nouveaux développements IMPORTANTS du 1er août 2017


Tweet de Wikileaks du 1er août 2017 contenant l'audio dévoilée de 27 minutes de conversation du détective privé Rod Wheeler que le frère de la victime a empêché d'accéder aux téléphones cellulaires et à l'ordinateur.



Ci dessous : capture écran image du même tweet de Wikileaks (voir ci-haut) du 1er août 2017 contenant un audio de 27 minutes de conversation du détective privé Rod Wheeler sur l'affaire sensurée par plusieurs grands réseaux U.S.  C'est pour démontrer qu'il a effectivement existé avec son lien Youtube, au cas où le tweet serait effacé de Twitter. 

Capture écran image du tweet de Wikileaks du 1er août 2017, l'original contenant l'audio de 27 minutes de conversation du détective privé Rod Wheeler sur l'affaire sensurée par plusieurs grands réseaux U.S. et dont on accuse Fox News d'avoir été complice dans une nouvelle fabriquée.

Voici




Je vous suggère fortement de lire les simples faits dans le présent article et ensuite d'écouter l'audio précédent.

L'affaire depuis le commencement










Robbin Young's DM'S mass deleted from march 2009 to may 16 2017 after months of strong interest about S e t h   R i c h murder 


Le mobile de l'assassinat de  S e t   R I C H


Au départ, la police a soupçonné que le jeune cadre du DNC (Democratic National Committee) a pu être tué pour motif de vol. Il y avait eu des vols dans le secteur où il a été retrouvé encore conscient. C'est donc une hypothèse de départ, mais pas la conclusion, car l'enquête est toujours en cours en mai 2017. Et détail non négligeable, il a été tiré dans le bas du dos...


  • Réagissant instinctivement à cette thèse du vol, le père de Seth l'a trouvé étrange, car rien n'a été pris sur lui (porte-feuilles, cartes de crédit, cellulaire, montre, et le reste). Reportage avec transcription, 3News Now, 11 et 12 juillet 2016. Que le père ou les proches ne veuillent plus parler de l'affaire plus tard ne change rien aux faits. Un meurtre, peu importe le motif, ne constitue jamais une affaire privée.
  • Un enquêteur privé et ex-enquêteur de police embauché par la famille a confirmé que Seth Rich avait communiqué avec Wikileaks avant d'être assassiné. Supposons  qu'il s'agisse là d'un canular, ce serait affirmer que Wikileaks fabule sur le jeune homme en tant que sonneur d'alerte du DNC (VOIR ce tweet est du 15 mai 2017, OU 16 mai 2017 fuseau hor. UTC):

  • NOTE : J'ai personnellement reproché sévèrement à Wikileaks et je leur reproche encore, de couler des informations sur les éléments moins nobles de nos démocraties, mais pas sur les dictatures et sur les ennemis réels ou potentiels de l'Occident (histoire récente; ex. Russie). Mais je n'ai pas dit que l'information de Wikileaks était obligatoirement fausse. J'ai cependant écrit que certains fichiers peuvent être des versions préliminaires ou périmées contenant des erreurs, des ébauches, des travaux abandonnés et incomplets ou non validés. Mais si Wikileaks laisse planer sans le démentir, que Seth Rich était une source au DNC, pourquoi en douterai-je? En tout cas, l'a fortement suggéré Julian Assange dans cette interview les jours suivant le meurtre: Youtube ici  Quand il lui a été demandé si Seth était une source, il a répondu que ce meurtre inquiète beaucoup «nos sources» (our sources) qui prennent des risques. Mais l'organisme ne dévoile jamais ses sources, même décédées, question de protéger leurs proches ou contacts.
  • Mais en dévoilant des informations qui depuis 2016 ont souvent nui aux Démocrates, Wikileaks est en disgrâce pour la gauche majoritaire dans les médias. La thèse de plusieurs médias veut que Julian Assange et Wikileaks soient des «complotistes» sans motifs valables en suggérant cela, dans l'affaire du meurtre du jeune cadre des Démocrates. Mais songez à ceci: On était suffisamment inquiet du côté de Wikileaks, au point que cet organisme offrait 20,000$ pour des infos vérifiables sur la cause du meurtre, en août 2016, quelques jours après les faits. Quand les révélations de Wikileaks et Julian ont servi la gauche, l'organisme était encensé sur toutes les chaînes. Maintenant que les révélations ont servi le clan adverse des Démocrates, le média alternatif est devenu un ennemi à bannir.
  • Et un pirate informatique que certains disent faux, mais tout de même suivi à un  moment par plus de 200,000 adhérents, identifié comme G u c c i f e r  2.0, a affirmé que Seth était le prénom de sa source Démocrate.
  • Une affaire de prétendu échange d'informations sensibles entre Trump et les diplomates russes (autre distraction sans document) a émoustillé les médias mainstream qui ont ainsi ignoré les prétentions des liens possibles avec des emails transmis à Wikileaks, dans l'affaire du meurtre de S e t h   R I C H. L'échange d'information avec les Russes n'était pourtant pas le premier, ni exclusif au Gouvernement Républicain, comme en témoigne cet extrait de fin de premier mandat d'Obama, lorsque les deux participants croyaient que tous les micros de la presse étaient fermés: https://youtu.be/MNxEDomUlXw. Les médias s'excitent bien pour ce qu'ils veulent.
  • Des opposants à cette démarche de questionnement sur les motifs du meurtre de S e t h   R I C H ont pour autre argument que le père et les proches de la victime de MEURTRE, ne voudraient pas entretenir la thèse du complot et en souffriraient. Mais comme DANS TOUTE AFFAIRE CRIMINELLE, ce qui compte désormais, c'est ce qui s'est réellement passé et une enquête sous haute surveillance vu le risque de perte de confiance dans le système judiciaire et de police, de Washington. Ce n'est pas un suicide dans une résidence privée, mais un meurtre dans une rue! 

Étant connue comme un meurtre, la mort du jeune cadre du D N C en pleine présidentielle 2016 en plus, est devenue une affaire d'intérêt public, que la famille et les proches ou les relationnistes, spécialistes des communications, le veuillent ou non.

Une chronologie de l'affaire de la fuite des emails (Clinton et Démocrates) et du meurtre de Seth RICH, une source de Wikileaks (lien dans le tweet)



LIRE AUSSI:

Autre mort inhabituelle dans les sillons de la machine Clinton

https://yapasdpresse.blogspot.ca/2017/07/Autre-mort-inhabituelle-dans-les-sillons-de-la-machine-Clinton.html

_______________

1.     Les médias du Québec qui n'ont pas parlé sauf dans un entrefilet de cette affaire et qui maintenant la défont en accusant Fox News malgré les faits en nombre inquiétant, sont un peu étranges.

Pourquoi déconstruire un non-fait; une nouvelle dont ils n'ont pas parlé et dont presque tous les Québécois n'ont aucune idée ? Réponse: le vrai but est de pousser l'agenda anti-Trump et de tenter de plomber un média plus à droite qui dérange la gauche et extrêmement apprécié chez les travailleurs américains. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que les grands médias ont attiré en les surpayant 2 vedettes de la station de droite avant de les désapprouver: Greta Van Susteren (à MSNBC), Megan Kelly (qui ne semble pas à sa place à NBC News) et d'en accuser un troisième de fabuler sur les implications de Démocrates dans le meurtre. Sean Hannity (qui a choisi de sauver son pupitre à Fox News) a tout de même cessé de parler de l'affaire, y allant d'une déclaration à la voix tremblante, à la demande de son employeur face à une menace de boycott par des commanditaires à la fin de juin 2017. On a en plus voulu lui faire mordre la poussière en sortant une possible affaire de harcèlement, mais il a répondu en menaçant d'embaucher un de ces «finest lawyers». Si l'affaire est morte dans l’œuf, l'impression générale est que quelque chose a été négocié en coulisses et que les événements (pressions en tir croisé exercées à un instant précis) étaient coordonnés. Fox News a mal paru en le laissant tomber, lui demandant de cesser de parler de l'affaire. Ces trois vedettes ont été sous haute pression en mai ou juin 2017, selon le cas. Les paranoïaques pourraient croire qu'il y a un pouvoir parallèle («deep state»?) aux États-Unis...

  • C'est en tout cas au moins l'évidence d'une guerre politico-médiatique aux États-Unis, pour qui sait lire les événements plutôt que de se faire le perroquet des nouvelles de CNN, du New York Times et autres. 
  • La nouvelle distraction du jour au début d'août 2017, afin que vous regardiez ailleurs, est que Fox News aurait monté l'affaire du meurtre politique (en réalité une investigation différente de la gauche démocrate), alors que là où il faut regarder c'est vers les faits partagés en détail dans une conversation audio d'un enquêteur privé qui a été bloqué dans son investigation, mais mise au jour par Wikileaks. 
  • Pourquoi reprendre, au Québec, l'argumentaire des médias U.S. pro-démocrates sans souligner qu'un document audio important vient d'être mis au jour par Wikileaks, concernant un détective privé? Réponse: La partisanerie idéologique (gauche et même tendant vers l'extrême-gauche) imprègne toute la lecture et diffusion québécoise de ce qui se passe aux États-Unis non seulement depuis 2016, mais bien avant.  
2.     Et si la majorité des valideurs U.S. sont de la gauche et Démocrates, il est évident qu'il n'ont pas intérêt à creuser une série d'enquêtes en cours touchant le parti Démocrate dont on ne parle pas ici, sachant qu'une éventuelle confirmation ferait plonger les Démocrates pour 2 ou 3 élections présidentielles. C'est comme au temps de l'assassinat de JFK en 1963. Les officiels n'osaient pas se mouiller et remettre en question la version la plus rassurante (déni de complot) préférée par la commission Warren qui a erré sur quelques points selon une analyse du House Select Committee on Assassinations. Par exemple, une investigation de la démarche a nuancé des faits. La Commission Warren a laissé de côté des nuances qui l'empêchaient ensuite de voir certaines évidences. Les raccourcis erronés de la Commission Warren soutenant mordicus le zéro complot ont d'ailleurs été notées par un comité sénatorial établissant un probable second tireur dans JFK Assassination Records / House Select Committee on Assassinations Report, page 97 . Voilà. 


JFK Assassination Records / House Select Committee on Assassinations Report, page 97 https://www.archives.gov/research/jfk/select-committee-report/part-1c.html
Publier un commentaire