samedi 21 janvier 2017

Marche des femmes: les célébrités féministes exploitées par Hollywood (Démocrate) dénoncent Trump...

Quand les actrices et chanteuses célèbres exploitées par Hollywood (Démocrate), ou auto-sacrifiées pour obtenir le $uccès (?) dénonçaient Trump (Républicain) à la marche des femmes de Washington D.C. (#WomensMarchOnWashington)


«Respectez-nous !» ne commence-t-il pas par se respecter soi-même?


Le respect par le regard masculin commence-t-il par le respect de soi et de son jardin privé face à la vie publique? Les stars féministes du cinéma, de la chanson ou du divertissement réclament le respect de leur corps. Mais lorsque cela fait leur affaire, elles offrent leur corps au marché, pour (à compétences comparables) faire monter les enchère$ et dépasser la concurrence comme actrices, chanteuses pop, etc. Elles ne réalisent pas l'impact de ceci sur leur image projetée et sur les pressions que vivent les femmes et particulièrement les adolescentes, dans leur image et leur vie quotidienne. Peut-on encore parler d'exploitation par le masculin uniquement, quand on joue ce jeu de l'offre sur ce marché? Peut-on s'y livrer et en refuser les règles (perception, image projetée, femme instrumentalisée)? 

Scarlett Johansson est parmi les célébrités qui reprochent à Trump son manque de respect des femmes... Un grand nombre de femmes connues dans le cinéma et la chanson ont tout comme elle, dû se laisser déshabiller par Hollywood ou l'industrie du divertissement (très majoritairement Démocrate) pour se démarquer du nombre et pour une ascension accélérée.  


Extrait (traduction proposée) : «Scarlett Johansson se joindra à Katy Perry et à Evan Rachel Wood pour la marche des femmes à Washington....» 




Les féministes anti-Trump n'ont pas pensé un instant dénoncer l'industrie du divertissement qui exploite les jeunes femmes. Pour ne pas dire industrie du «dévêtissement».


Madonna Don't Preach !


Madonna a joué un rôle de motivatrice dans le genre de l'image de la prostitué sacrée qui vend la femme pour sa prospérité personnelle. Tout cela est évidemment déguisé en féminisme, alors qu'on est plus proche du marché aux esclaves dans lequel, les plus offrantes trouvent preneur dans l'industrie du divertissement ou du spectacle, souvent par la contrainte de la chirurgie.    



Madonna, y a-t-il une femme qui ait davantage manqué de respects aux femmes dans une tournée et contribué davantage qu'elle, dès les années '90, à exposer les femmes à être sexuellement exploitées ou considérées comme des objets?





Aucun commentaire: