samedi 13 février 2016

Retour sur une caricature des élections de 2015: monarchie et dynastie au Canada

Traces de monarchie et naissance d'une dynastie en Canada ? 



J'aime énormément cette esquisse du caricaturiste et artiste André-Philippe CÔTÉ dans le contexte des élections canadiennes de 2015. Lors de l'élection de l'automne 2015, plusieurs Canadiens étaient transportés de joie. On venait de se «débarrasser» (disaient-ils) des Conservateurs de Stephen HARPER décrit caricaturalement comme un admirateur de la monarchie britannique. Mais un héritage de l'ancienne monarchie remplacée par quoi au fait; par, finalement, une... dynastie politique naissante: transmission génétique de pères en fils (et en filles). Cela ne pouvait être mieux décrit que par une caricature suivant l'élection fédérale canadienne de l'automne 2015.

Crédits image: André-Philippe Côté, esquisse de caricature, 3 nov. 2015. Traces de monarchie et naissance d'une dynastie en Canada (Harper sortant vs dynastie Trudeau).


Un candidat qui fait partie d'une marque (TRUDEAU), se distingue d'un produit sans nom; les vaincus de la course à la chefferie du PLC (incluant un ancien astronaute canadien!).

Caricature que l'on pourrait titrer: Traces de monarchie et naissance d'une dynastie en Canada


On y voit un déménageur sortir du bureau du Premier Ministre (PM) vaincu (HARPER) un portrait de la reine d'Angleterre, Elisabeth II (désir de récurage des restes symboliques de la dynastie britannique), pendant qu'un autre déménageur le rencontrant, y apporte un portrait de TRUDEAU père (dynastie -génétique- de TRUDEAU émergente). Les comptes Twitter, Facebook ou autres pro-Trudeau, essayaient de montrer la ressemblance physique entre le père et son fils, suggérant que la génétique sera réactivée en lui par une élection au poste de PM. J'ai vu plus d'une fois le montage photo montrant la moitié du haut du visage du père et du fils et... l'extase.

Ma petite analyse d'une caricature politique lorsque le Premier ministre sortant Stephen HARPER est vaincu par Justin TRUDEAU


Nous assistons en effet à une possible naissance d'une nouvelle dynastie politique au Canada. En effet, sans Pierre-Eliott TRUDEAU comme ancien Premier Ministre très marquant dans l'Histoire du Canada, il n'y aurait pas eu de Justin élu comme PM quelques décennies plus tard. Voilà le sens que j'aime «ivoire» (y voir; naissance parmi une élite). Justin, un PM de tendance socialiste qui prend le pouvoir, protégé par les amis de son père décédé; un certain élitisme démocratique. Le parallèle avec une monarchie, où un jeune héritier du trône conseillé par l'entourage de son défunt père est présenté du balcon (électoral) pour l'approbation populaire est plus qu'intéressant. Le nouveau roi Lion est présenté à la jungle populaire. Monarchie et dynastie sont basées sur la naissance.

L'exemple américain de la dynastie politique
  • Sans John F. KENNEDY et Robert KENNEDY, il n'y aura probablement pas de Ted. Mais sans la machine avant eux, la dynastie de l'élite qui prépare les choses de loin, il n'y a ni John F., ni Robert (Bob).
  • Sans George BUSH père, il n'y a probablement pas George W. ni de candidat Jeb.
  • Sans Bill CLINTON, pas non plus de Hillary CLINTON (ici la famille par alliance). 
Au Canada, la haute naissance ou la famille (le clan) joue un rôle NON négligeable, même en démocratie. Au Québec, pensons à l'origine de Pierre PÉLADEAU junior (Pierre Karl P. souvent désigné PKP), actuel chef du Parti Québécois en 2016 et aspirant Premier ministre du Québec. Nouvel arrivé en politique directe, né d'un père riche et célèbre politisé qui s'est construit son empire médiatique en commençant comme camelot, Pierre Karl PÉLADEAU est parti avec une longueur d'avance dans la course à la chefferie du PQ, sur les produits politiques sans nom (sans «marque de commerce»).

Plus directement (dynastie politique), nous avons eu Daniel JOHNSON père, de qui sont sortis Daniel junior et Pierre-Marc. Les trois ont été premiers ministres du Québec.

Cela ne signifie aucunement que les «héritiers» soient des incompétents ou inaptes. Ils ont souvent eu accès à une éducation supérieure, au transfert des connaissances et expériences acquis souvent dans la souffrance, aux réseaux de contacts et supporteurs construits au fil des années. Ils ont donc un support stratégique et des conseillers.

Un candidat qui fait partie d'une marque, se distingue d'un produit sans nom en partant logiquement avec une avance sur plusieurs candidats et avec une équipe de support dont ne bénéficient pas nécessairement les autres. Mais avec cette poussée supplémentaire, il doit aussi se prouver. On le voit avec Jeb BUSH, fils de George et frère de George W. deux ex-présidents du parti Républicain (Le Nouvel Observateur, 13 février 2016).

Quel sens donner à tout ceci en démocratie, quand celle-ci ressemble à une monarchie élue?


Cela indiquerait-il un désir de continuité plus ou moins conscient; désir de faire confiance à une marque ou une franchise connue, même si le produit n'est pas le même que l'original. TRUDEAU est encore un TRUDEAU, mais il n'est pas le même véhicule. Reste à voir pour la destination ou l'échouage, selon le cas, du pays...
Publier un commentaire