mardi 16 février 2016

La mystérieuse avancée de la pédo chic et de l'autre

16 fév. 2016 - Questions suscitées par un aspect de la vie révélée dans une biographie (1) de Claude Jutra et les probables actes pédophiles du cinéaste québécois qui a laissé son nom à une reconnaissance cinématographique, les trophées Jutra

(dernière modification: 17 février 2016, 7h36)

Nouvelles révélations du 17 février 2016 dans la Presse: un garçon dont les parents étaient proches de Jutra a été agressé sexuellement à partir de l'âge du 6 ans et durant 10 années d'enfer qui ont détruit sa vie (mon autre billet ici).


Mauvais et bons pédophiles?


  • Un pédophile moche, bedonnant au crâne dégarni utilise à ses fins un jeune garçon de 13 ans après l'avoir convaincu. Coupable ou non? «Coupable!», répond la société québécoise.
  • Et si c'est et entraîneur sportif? «Coupable!»
  • Et si c'est un membre du clergé? «Coupable!»
  • Mais si le pédophile est un cinéaste ou un artiste connu ou un ami du peuple? «C'est beaucoup plus complexe. Si c'est un artiste et s'il est gentil et de la gauche politique, particulièrement... Chacun a son côté d'ombre»


Que penser des pédos chics ? 


Un pédophile, c'est un pédophile. Point! Les arguments pour excuser les hommes soupçonnés d'actes pédophiles, comme Jutra, Polanski ou considérant les prétentions d'une ex-fille adoptive de Woody Allen, ne font que renforcer la perception (ou est-ce la réalité ?) de double justice de la part des médias et de l'opinion; une justice pour les artistes réputés ou les gens riches et célèbres et une pour les autres; les prêtres, les pédos «no name», les pédos bedonnants, dégarnis et laids ou les riches pédos capitalistes (répréhensibles, car pas de la gauche).

Claude Jutra, cinéaste québécois surtout connu pour son oeuvre dans les décennies 1960 et 1970

Pour Jutra, tout le monde dans l'entourage savait, dit-on. Mais là, on risque de tenter de légitimer, voire normaliser l'acte sexuel entre un «adulte consentant» et sa victime.

Le DANGER de la double-justice en faveur des artistes ou des gens populaires ou célèbres


Les défenseurs bien intentionnés des cas d'agresseurs aimés pour leurs réalisations, populaires ou célèbres, envoient un message contradictoire de double-justice, lors de la mise en examen de faits semblables. Est-ce là la mesure de l'équité? Chacun ne doit-il pas faire face à ses actes, sans égard à son statut social et à son succès professionnel actuel ou passé ? La qualité de l'oeuvre de l'un ou de l'autre, n'a rien à voir avec ses actes dans ces affaires de mœurs.

La décision de la Pologne, en 2015, de ne pas extrader Polanski en réponse à la requête de la justice américaine a fait avancer encore un peu plus l'influence du lobby pédo-chic. Innocent ou coupable, ce dernier devrait comparaître. Le cas de Jutra pourrait élargir la voie, au Québec et dans le reste du Canada (le Code criminel est de juridiction canadienne), vers une démission; cesser de protéger nos jeunes. Je le dis depuis longtemps, un jour on nous forcera à accepter que la pédophilie est une maladie et on décriminalisera. D'autres prônent plus encore; plutôt de dire que l'acte est une orientation sexuelle; ceci visant habilement à protéger les agresseurs via les chartes des droits.

Évidemment un sophisme, car même pour le genre classique hétéro, l'orientation sexuelle ne justifie pas la séduction ou l'exploitation d'un enfant.

L'argument de l'apparence d'âge plus mature


L'argument de l'apparence d'âge ne règle pas le problème; par exemple, la fille de 13 ans qui a l'air de 18 ou 20 ans. Le crime de la pédophilie n'est pas un crime en raison de l'apparence, mais de la maturité, en lien directe avec le développement de l'enfant et de son droit à la protection. Par exemple, la séduction d'une fille adulte qui a l'air d'une fille de 14 ans ne constituerait pas un acte pédophile.

L'argument de la douceur et du consentement de la victime


La séduction, même en douceur, d'un enfant n'en fait pas moins une agression. C'est un vol de la liberté, en se servant du plus vulnérable à des fins égoïstes déguisées en échange entre égaux.

Affaire connue dans le milieu. Fermait-on les yeux pour de l'avancement artistique et professionnel dans les milieux cinématographiques?


On dirait que oui. Cela revient souvent: c'était connu dans le milieu qu'il aimait les adolescents.

Le bien connu Michel RIVARD a lui-même composé cette chanson à la mémoire de Claude JUTRA.
À partir de 1:26 dans la vidéo; lien ici : L'oubli (départ à 1 min. 26 s), nous pouvons entendre quelques vers en lien avec l'attirance de Jutra pour les garçons qui sont en fait des adolescents ou des jeunes de parfois moins de 14 ans selon l'auteur de la biographie; ce à quoi fait référence l'article de La PRESSE (samedi 23 fév. 2016).


Intégrale de la vidéo 
Michel Rivard - L'oubli 
(1992)





Extrait des paroles de la chanson L'oubli, composée par Michel Rivard, à la mémoire de Claude Jutra. Source : MichelRivard.ca


«il avait aimé une femme
mais c’était il y a très longtemps
plutôt que d’y laisser son âme
il avait viré comm’ le vent
 
maintenant
des garçons de passage
lui dérobaient des bouts d’sa vie
il dessinait leurs doux visages
eux repartaient sans dire merci»

(Michel Rivard, extrait de la chanson L'oubli,
écrite à la mémoire de Claude Jutra)


LIRE AUSSI:


Claude Jutra: un garçon de 6 ans plongé dans l'enfer de la pédophilie

17 février 2016


Polanski est-il pédophile? La justice incohérente

31 décembre 2009, modifié le 16 février 2016

La fille de Woody Allen : « J'avais 7 ans. Je voulais que ça s'arrête » -- Enfant de la Société -- Sott.net

17 octobre 2013

3 mars 2015

Guide sexuel [scolaire] et relations à 9 ans : non aux zozos du zizi gouverne-Mentaux

18 août 2011

Ben LEVIN, pédophile, aurait conseillé le Ministère de l'Éducation de l'Ontario jusqu'à son arrestation

4 mars 2015

Éducation sexuelle: protéger les enfants contre les théoriciens

28 février 2015


____________
1. Yves LEVER. Claude Jutra. Éditions Boréal. 2016. Sortie: 16 fév. 2016.
Publier un commentaire