samedi 20 février 2016

Affaire Claude Jutra: Lise Payette, pédophilie et tolérance (mes commentaires bloqués)

Sur l'opinion de Lise Ravary; La déchéance de Lise Payette (19 février 2016). Commentaire censuré deux fois plutôt qu'une par les modérateurs du Journal de Québec, posté suite à une nouvelle déclaration douteuse de Madame Payette.


Lise Payette, Québécoise indépendantiste, féministe, ex-ministre senior du Parti Québécois

(dernière modification: 29 février 2016)


Mon premier commentaire, supprimé vers 13h55 samedi le 20 février 2016, allait avec un contenu à peu près à 90% comme le suivant. Voyons voir ci ce dernier sera également bloqué... Voilà, c'est fait, supprimé également vers 14h10:

«S.V.P., quelqu'un peut-il mettre le microphone de Madame Payette à OFF, pardon, Fermé. Je l'ai déjà admirée, jusqu'à un certain point, mais depuis quelque temps, elle multiplie les commentaires étranges. La gauche l'instrumentalise en la mettant en avant, accordant beaucoup d'espace médiatique, mais si ses commentaires n'annulent pas ses réalisations, ils la diminuent souvent. Particulièrement ces derniers. Ce faisant, ils l'encouragent à multiplier les nouvelles sorties, souvent aussi étranges. Ici, banaliser la pédophilie chic [pédo de type chic = pédo chic ] est inacceptable, même si l'agresseur est un ami» (1).
Pourtant, l'auteure de l'opinion elle-même, Lise Ravary, une professionnelle des communications a employé le terme de «déchéance», en parlant de Madame Payette. Le modérateur n'avait pas lu apparemement.

Jutra, le pédophile en avance sur son temps?


La bien connue Lise Payette, indépendantiste et féministe de la première heure,  a semblé banaliser les agressions de Claude Jutra, en le posant comme un visionnaire en matière de pratiques sexuelles. Donc, il pourrait avoir vu qu'un jour la pédophilie (consentante?) pourrait être socialement acceptée. Elle ne le dit pas textuellement, mais c'est la conclusion de type A+B=C.

Extrait du propos de Lise Payette, au sujet de son ami Claude Jutra, cité par Lise Ravary (emphase ajoutée = caractères gras):


«Claude Jutra m’a aidé à comprendre ce qu’il vivait. Quand je lui ai parlé de Raynald, il m’a dit qu’on allait probablement découvrir avec le temps que l’homosexualité était une sexualité “normale” pour une partie de la population et qu’il faudrait bien un jour le reconnaître.

La seule fois où il a parlé d’enfants, ça a été pour dire qu’il aurait souhaité être un père de famille pour donner à ses enfants ce qu’il avait reçu de ses parents. Il m’avait même annoncé que l’on connaîtrait un jour le phénomène des mères porteuses et des méthodes à inventer pour l’insémination de ces mères. C’était un cours de médecine fort intéressant.» (Lise Payette, citée par Lise Ravary, 19 février 2016)


Les «bons» pédophiles sont de gauche, créatifs et reconnus socialement


Donc, comprendre qu'un jour, les «bons» pédophiles auront l'acceptabilité sociale, laquelle sans nécessairement les approuver, les exempterait de l'examen par la justice. C'est ce que je comprends: un être brillant (et au Québec de la gauche indépendantiste, de surcroît), ne peut être poursuivi en justice, ce qui l'empêcherait de pratiquer son art pour un temps. Exactement le même phénomène que celui concernant des allégations visant d'autres cinéastes célèbres comme Roman Polanski, Woody Allen, ... Accusés à tort ou à raison, de tels hommes ne peuvent être mis en examen, car protégés par un système qu'ils font vivre.

Le journaliste et chroniqueur Michel Hébert nous rappelle un fait dans sa chronique du 29 février 2016:

«Dans sa chronique du 12 février, Lise Payette écrivait que les vieux salauds qui se tapent de jeunes fugueuses de 15, 16 ou 17 ans sont des pédophiles. Sept jours plus tard, elle donnait à son ami Claude une accolade posthume.» (2)

Le prétexte de l'excuse était qu'elle croyait les accusations fondées sur des ouï-dire; prétexte, car dans l'entourage du cinéaste, on savait qu'il aimait les garçons encore verts. Voilà ce qui confirme qu'il y a vraiment les bons et les mauvais pédophiles dans la pensée jet set francophile.


LIRE AUSSI: 


La mystérieuse avancée de la pédo chic et de l'autre

16 février 2016

Claude Jutra: un garçon de 6 ans plongé dans l'enfer de la pédophilie

17 février 2016

Polanski est-il pédophile? La justice incohérente

31 décembre 2009, modifié le 16 février 2016

La fille de Woody Allen : « J'avais 7 ans. Je voulais que ça s'arrête » -- Enfant de la Société -- Sott.net

17 octobre 2013

3 mars 2015

Guide sexuel [scolaire] et relations à 9 ans : non aux zozos du zizi gouverne-Mentaux

18 août 2011

Ben LEVIN, pédophile, aurait conseillé le Ministère de l'Éducation de l'Ontario jusqu'à son arrestation

4 mars 2015

Éducation sexuelle: protéger les enfants contre les théoriciens et groupes trop intéressés

28 février 2015

_______________
1.     Mon commentaire posté en lien avec l'opinion de Lise Ravary :
La déchéance de Lise Payette. Journal de Québec. 19 février 2016.
http://www.journaldequebec.com/2016/02/19/la-decheance-de-lise-payette
page consultée et commentée le 20 fév. 2016.

Bien sûr, elle ne l'a pas dit en ces termes (pédophilie de type chic de gauche = pédo chic acceptable), mais le propos revient au même. Les modérateurs peinent à voir les équivalences ou ils ont un agenda différent de l'intérêt général de la liberté d'expression. Je dis comme d'autres blogueurs, qu'avec le temps, Madame Payette en est venue à faire des déclarations étranges ou déconnectées et je l'assume. Le modérateur n'a pas à décider que ce que je dis n'est pas dans l'esprit de la pensée de Madame Payette. C'est mon opinion et non celle du journal! Me semble que c'est pas difficile à comprendre... Rien de pire en contenu pourtant, que dans le titre qui parle de la «déchéance», ni de pire que plusieurs autres réactions au même article, non bloqués ceux-là. Lise Ravary elle-même a utilisé le terme «déchéance». En gros, les gens disent que Madame Payette est de plus en plus souvent hors-contexte, dans ses affirmations d'un ancien féminisme dépassé, ou comme ici sur les actes immoraux lorsqu'ils sont posés par la gauche artistique québécoise. Après la suppression de mes deux commentaires, je poste ceci à 14h18:

«Ça carbure à la censure chez vous. Je n'écris rien de pire que plusieurs plus bas et vous me bloquez. Je vais poster sur mon blogue. Madame Payette dit des choses qui la diminuent, comme ici sa sortie sur la pédophilie tolérable, et la gauche qui la renforce à faire des sorties d'une demi page de journal par moment, lui nuit beaucoup plus qu'elle ne l'aide. Voilà! Censurez-moi si vous voulez, cela ne prouve que la petitesse des modérateurs, sur certaines plages horaires. Où est-ce une idéologie très à gauche qui ne tolère pas la différence?»

Et à 16h05 c'est encore là. Tout de même...


2.     Michel HÉBERT. Lise Payette, Ward et Jérémy. 29 février 2016. 
http://www.journaldequebec.com/2016/02/29/lise-payette-ward-et-jeremy (page consultée le 29 février 2016)

Aucun commentaire: