mardi 11 décembre 2012

Adrien Pouliot tentera-t-il le saut en politique provinciale?

11 DEC. 2012. Interviewé sur les ondes de Radio X le 10 décembre 2012 par Dominic Maurais (1), l'homme d'affaires Adrien Pouliot connu dans le domaine des télécommunications et des médias a avoué réfléchir à la possibilité de faire le saut en politique au Québec. Tout dépendra des appuis reçus.

En décembre 2011, j'écrivais que l'homme d'affaires québécois Adrien Pouliot pourrait bien se retrouver en tête d'un  nouveau parti politique ralliant une partie de l'ADQ qui était sur le point de consulter ses membres pour une fusion avec le nouveau parti CAQ. J'étais visiblement trop en avance sur ses projets; lisant trop entre les lignes.

Mais, pas plus tard que lundi le 10 décembre 2012 à Radio X, Adrien Pouliot a été interviewé par Maurais sur l'actualité politique québécoise. Il était introduit comme animateur pour quelques émissions d'actualité à la station en période d'approche de Noël. En fin d'entrevue, Maurais lui a carrément posé la question sur un éventuel saut en politique. Ce dernier a candidement avoué que la chefferie du Parti Conservateur du Québec (2) pourrait le tenter bien que ce soit un petit parti entièrement à construire (né en 2012 et n'ayant pas performé le 4 septembre 2012). Les conditions pour son saut dans une course à la chefferie lors du congrès de mars 2013, selon sa lecture des faits, seraient évidemment un appui fort et de l'aide. L'homme se dit ouvert mais n'y parviendra pas seul.

Ce qui le fait hésiter? La construction d'une véritable alternative de droite économique ne sera pas évidente avec un nouveau plafonnement de financement à 100$ par donateur. Par contre, le parti n'est pas endetté et est modelable avec une chefferie disponible. Et M. Pouliot comme chef, serait indépendant de fortune. Côté vie de famille, il n'a plus de jeunes enfants à la maison et a pris soin de valider sa réflexion avec son épouse dans l'éventualité d'une course à la chefferie. Résultat : il n'a pas d'empêchement familial. 

L'homme d'affaires

M. Adrien Pouliot tentera-t-il un saut e politique au Québec en 2013?
Le candidat n'est pas un étudiant de cégep. En matière d'économie du moins, il devrait savoir valider un important budget.

En 2011, un peu trop sur le tard dans l'histoire de l’Action démocratique du Québec, M. Pouliott devenait la recrue vedette du printemps 2011 de l'ADQ à titre de vice-président de sa commission politique (ADQ dissoute dès 2012 par fusion avec la CAQ, choix qui l'a déçu à ce moment).

En quelque sorte tombé dans la marmite des communications quand il était petit (entreprise familiale CFCF) M. Pouliot est entre autres connu pour
  • avoir pratiqué le droit corporatif dans un cabinet réputé
  • avoir été président et chef de la station de TV CFCF-12 de Montréal (ce qui lui donnerait des appuis dans l'Ouest de Montréal) en plus d'être dès la première heure à la base du lancement de TQS (vendue en 1997 et devenue V) ce qui lui donnerait logiquement aussi des appuis francophones sur l'Île de Montréal.
  • Il a connu aussi des passages marqués à la direction d'autres entreprises et comités qui ont prospéré sous ses mandats, ce qui lui donne une crédibilité dans le monde des affaires.
  • M. Pouliot a participé en 1999 au lancement de l'Institut économique de Montréal (IEDM), organisme non partisan oeuvrant dans le domaine de l'éducation et de la recherche économique, dont il a occupé la présidence durant 8 ans.
En tout cas, il semble logique qu'un nouveau parti de centre-droit économique ait davantage de chances de se construire et d'attirer des membres et nouveaux candidats avec un chef comme M. Pouliot. Avis aux intéressés, électeurs orphelins de parti et autres, il attend vos appuis et votre investissement en temps, selon ce qu'il a dit sur les ondes de Radio X, le 10 décembre 2012. 
_______________
1.  Adrien Pouliot fait une chronique avec Maurais Live le 10 décembre 2012.
http://quebec.radiox.com/extrait/adrien_pouliot_daniel_breton_est_un_melon/ La chronique débute vers 2min06s et la question sur les intentions politiques vers 12min

2.  En janvier 2012, renaissait un parti conservateur au Québec, comme il y en a dans la plupart des états occidentaux, le  Parti Conservateur du Québec. La nouvelle organisation politique a attendu la clôture de la consultation par écrit de l'ADQ auprès de tous ses membres,  par respect pour ceux-ci, avant de créer officiellement le parti. Les membres de l'ADQ étaient connus pour plusieurs d'entre eux, comme étant du même côté de l'échiquier politique (même clientèle) que le nouveau parti.

Suite à l'élection du 4 septembre où le parti qui alignait 27 candidats n'a pas performé (7e place), son chef par intérim, M. Luc Harvey, ancien député fédéral de la circonscription Louis-Hébert (2006-2008) annonçait son départ dans les jours suivants. Le Parti Conservateur du Québec s'est donné un nouveau chef par intérim, en la personne de M. Albert Martin (21 sept. 2012). Il y aura choix d'un chef lors du congrès du parti en mars 2013, aux dires de M. Adrien Pouliot qui évalue la possibilité de se lancer dans la course.
Publier un commentaire