lundi 14 décembre 2015

Lobbies et lubies de la voiture 100% électrique imposée: engagement étonnant du Québec à la COP21

Une cible du Québec étonne, déballée en pleine conférence de Paris (COP21) 2015: 100,000 véhicules avec zéro émission de GES en 2020! C'est pour dans 5 ans (2016-2020) et on part de rien (pratiquement).


(dernières modifications : 17 déc. 2015, 27 déc. 2015)

Une question me venait à l'esprit à répétition au cours de l'année 2015: Pourquoi les véhicules hybrides semblent-ils absents, ou presque, du discours de l'État québécois qui se mouille pour le tout électrique (impliquant des bornes de recharge), alors que notre réseau électrique est limite par grand froid hivernal?

Puis, j'ai lu un billet de Dominic MORAIS, chroniqueur au Journal de Montréal / Journal de Québec. Un lobby pour une part importante de production de véhicules dits «zéro GES» fait pression, dans le respect des lois actuelles, sur le Gouvernement du Québec et sur d'autres décideurs publics nord-américains, pour favoriser la reconnaissance exclusive comme conforme à faible émission de GES des véhicules 100% électriques impliquant l'installation de bornes, mais aussi pour écarter les véhicules hybrides comme GM et Honda de la solution environnementalement «friendly».

Tesla S, Crédits photo : teslamotors.com/fr_CA/

Hybride - Chevrolet Volt 2016, Crédits photo : www.gm.ca


Hybride - Honda Civic CVT 2015 (Canada), Crédits photo www.honda.ca


Le PM du Québec, Philippe Couillard a cité presque mot à mot, la déclaration de mission du lobby de ce que le chroniqueur appelle la «la main de Tesla»:
«L’objectif de 100 000 voitures électriques en 2020 (dans cinq ans!) [...] est totalement loufoque, considérant qu’actuellement, il n’y en a même pas 8000 spécimens sur nos routes. 
[...] 
«Quelles sont ces forces qui tirent les ficelles en coulisses?
«Il y a bien sûr les groupes environnementaux, mais également un constructeur automobile en vogue, Tesla.  
[...]
«Et le mandat ne peut être plus clair: «Faire adopter une loi ou un règlement zéro émission de gaz à effet de serre pour imposer aux fabricants de voitures un pourcentage de production, de distribution et de vente de voitures n’émettant aucune émission de gaz à effet de serre [...].» 
«[...] exactement ce que Couillard a annoncé en France cette semaine!  
[...]
«Tesla est aussi engagé dans un lobby féroce en Californie, nous apprenait le Los Angeles Times le mois dernier [nov. 2015]: une bataille contre Honda et GM, entre autres, afin d’écarter les voitures hybrides [...]. 
«Selon le reporter Jerry Hirsch, Tesla fait alliance avec les groupes environnementaux.» (1)

C'est la guerre industrielle dans le domaine de l'automobile, les amis! Et avec enrôlement idéologique volontaire des groupes de pression environnementalistes. Je crois de plus en plus que les environnementalistes sont instrumentalisés dans divers dossiers, malgré leur bonne volonté. Ils semblent suivre ici aussi, une approche simpliste à des problèmes complexes qui demandent des transitions et doivent respecter les capacités de payer des citoyens. Un jour, malheureusement, tout cela se retournera contre eux et du coup, contre le bon environnementalisme. Car au risque de me répéter:

Pourtant, si l'on retarde un possible réchauffement de 100 ans, mais qu'à cette fin, des millions de personnes meurent dans ce siècle des conséquences directes et indirectes de la pauvreté provoquée par la cessation des activités humaines industrielles ou de l'exploitation des ressources avec pour résultat le manque de travail, les surtaxes, etc., où est le gain? Au contraire, il faut conserver une économie en bonne santé dans les pays. Il sera plus facile de se relocaliser après une inondation, avec un emploi!


LIRE AUSSI:
(13 mars 2012)  Des données provenant de demandes de reçus de charité aux États-Unis démontreraient que certains groupes environnementaux canadiens feraient du dénigrement d'entreprises canadiennes («démarketing»), financé par des intérêts commerciaux étrangers

_______________

Dominic MAURAIS. La main de Tesla. Journal de Montréal en ligne, 12 déc. 2015 (page consultée le 13 déc. 2015)
Publier un commentaire