samedi 7 mars 2015

L'Université de la Californie à Irvine oppose son veto au vote anti-drapeau américain

Mars 2015 - L'Exécutif étudiant de l' University of California de Irvine a opposé son veto à un précédent vote du conseil de l'association étudiante qui avait banni l'exposition du drapeau américain des lieux communs de l'université.


LIRE AUSSI :

Des menaces à la sécurité à l' University of California, Irvine, obligent le report répété d'une assemblée



Les drapeaux sont chargés de sens et représentent bien plus que les élus et politiques d'un pays.

Leçons à tirer

  • Nos élus du Québec devraient s'inspirer de la fermeté de cette décision prise par l'Exécutif étudiant. Ils ont nommé un chat, un chat. Ils ont visé l'idéologie politique inappropriée sans pour autant verser dans la discrimination fondée sur un groupe. Ils avaient 6 jours pour réagir et l'ont fait.
  • Les étudiants des démocraties doivent maintenant regarder de très près les intérêts politiques de ceux qu'ils élisent au sein des conseils étudiants pour les représenter. Dans le contexte d'instabilité mondiale actuelle, plus que jamais, ils ne doivent plus bouder les scrutins, laissant ainsi des poignées d'étudiants idéologiquement apparentés entre eux, décider pour la majorité. Il leur faudra être moins individualistes, car la société de demain dépend des décisions d'aujourd'hui.
  • Même chose dans tous les aspects sociopolitiques d'une nation (les conseils du droit des femmes, conseils de droits civiques, etc.) car ceux-ci peuvent être noyautés autour d'idéologies qu'on n'aurait préalablement pas pu soupçonner comme mutations en cours, ou manque d'éthique, de certains individus engagés dans nos traditions démocratiques.


Le Student Center de l' University of California, campus de Irvine, abrite divers services aux étudiants, dont les bureaux de l'ASUCI. Crédits photo : www.uci.edu/campusmap/

Rappel des faits: une pièce politique de nature idéologique s'est jouée à l' University of California (UCI), Campus de Irvine, en ce début du mois de mars 2015


Le 3 mars 2015, le Conseil de l'association étudiante de l'University of California, l' Associated Students of University of California, Irvine (ASUCI) avait déposé une résolution en vue du retrait du drapeau national américain des lieux communs de l'institution, à commencer par le hall des bureaux administratifs des étudiants (non endossé cependant automatiquement par l'Exécutif). Si la décision visait le hall d'accueil d'un édifice en particulier, il est clair qu'une fois ceci concédé sans opposition ferme, la demande aurait été étendue aux autres sites publics du Campus d' Irvine. Le 5 mars, la résolution R50-70 a tout de même été entérinée avec une poignée de votants, comme c'est souvent le cas dans les délibérations d'étudiants chez nous aussi.

Veto de l'Exécutif de l'ASUCI


Sauf que l'Exécutif de l'ASUCI représentant les étudiants de l'université à qui revenait le pouvoir de bloquer la décision, a voté à l'unanimité le veto contre le bill initialement adopté sur la base de la résolution R50-70.  Cette solution anti-drapeaux était jugée inappropriée à la situation d'un malaise vécu par quelques étudiants à la vue du drapeau américain et la décision en accord avec la majorité des 30,000 étudiants du campus. Si l'Exécutif ne s'était pas opposé, la décision aurait été confirmée par défaut.

L'ASUCI a émis un communiqué expliquant aussi qu'elle et la grande majorité des étudiants étaient contre la résolution R50-70, et ce depuis son dépôt. Le président de l'Exécutif du gouvernement étudiant avait d'ailleurs fait état de son désaccord personnel, mais devait suivre la voie démocratique pour bloquer la décision du conseil.


Une menace bien réelle


Les États démocratiques doivent de toute urgence tirer une leçon de cette idylle entre de jeunes idéologues ayant potentiellement des attributs antiaméricains, résidant ou étudiants sur ce territoire, comme il y a en actuellement partout dans les démocraties occidentales. Et que penser de millions d'immigrants illégaux qui doivent être régularisés sans enquête approfondie, selon la politique du président Obama?

Par exemple, dans le cas décrit, n'eût été la précaution législative prévoyant le droit de veto de l'Exécutif des étudiants de l'université, la situation aurait pu être extrêmement sensible et mettre en danger la sécurité de certains étudiants pouvant être perçus, à tort ou à raison, comme antiaméricains.

Se préparer aux mutations politiques au sein des démocraties occidentales et aux tentatives d'attenter à l'unité nationale


Nous pouvons déduire que de la même manière, en dehors du milieu étudiant, les États démocratiques doivent se blinder ou vacciner contre de telles tentatives d'exploser les unités nationales. En ce sens, ce n'est fort probablement pas le temps de faire disparaître le sénat canadien, lequel justement dans notre système, agit pour l'un de ses rôles, comme soupape de sécurité contre des lois votées par les élus qui tenteraient de miner la constitution.


Communiqué (traduction libre) émis par l'ASUCI, dans le contexte du veto contre le R50-70

[ ]  : Contenu entre [ ] ajouté pour le contexte
«La déclaration qui suit est émise par l'Administration de l'UCI [University of California, Irvine] 
«Plus tôt cette semaine, six étudiants membres du premier cycle de l' UCI’s student-government Legislative Council ont voté un bill qui bannit l'affichage d'un drapeau de quelque nation que ce soit dans la zone commune du loby des bureaux administratifs étudiants. 
«Cette décision inappropriée n'était ni endossée ni supportée d'aucune façon par le leadership du campus, ni par l' University of California, ou par l'ensemble corps étudiant. Les points de vue d'une poignée d'étudiants votant la résolution ne représentent pas l'opinion des près de 30,000 étudiants sur ce campus, et n'ont aucun impact sur les politiques et pratiques de l'université.  
«Le drapeau américain est toujours hissé fièrement à travers notre campus et continuera de l'être. 
«Le président du corpus des étudiants, Reza Zomorrodian, a publiquement pris position contre la législation. Le Cabinet exécutif du gouvernement étudiant se rencontrera aujourd'hui [7 mars 2015] pour débattre d'un veto. Une motion en vue du veto [...] est sur la table. Un nouveau vote est nécessaire pour un veto. Nous encourageons le gouvernement étudiant à [apposer son] veto à cette législation [réglementation] et à abandonner tout effort additionnel visant à poursuivre en cette direction. 
«Nous réaffirmons les valeurs intellectuelles et du libre et rigoureux échange des idées en tant que solides fondements des institutions d'enseignement supérieur. Mais nous sommes constamment rappelés à la réalité, que ces valeurs que nous chérissons sont en partie garanties par les sacrifices consentis et les luttes menées pour assurer la liberté et la démocratie que le drapeau symbolise. L' UCI ne prend jamais rien pour acquis.»   (1)

L'énoncé du veto, en anglais, peut être vu ICI  ou en note de bas de page (2).

Bref, vous aurez compris que nos gouvernements, du Québec, comme du reste du Canada, devraient s'inspirer de cette fermeté et de cette clairvoyance politique.



______________
1.  Déclaration de l'Administration de L'UCI avant la tenue du vote proposant le veto

«The statement below is from the UCI Administration
«Earlier this week, six undergraduate members of the UCI’s student-government Legislative Council passed a bill that bans hanging a flag from any nation in the common lobby area of the student government offices.
«This misguided decision was not endorsed or supported in any way by the campus leadership, the University of California, or the broader student body. The views of a handful of students passing a resolution do not represent the opinions of the nearly 30,000 students on this campus, and have no influence on the policies and practices of the university.
«The American flag is still proudly flying throughout our campus and will continue to do so.
«Student-body president Reza Zomorrodian has publicly opposed the legislation. The Executive Cabinet of the student government will meet today to discuss a veto. A motion to veto and a second are on the table. One more vote is needed for a veto. We encourage the student government to veto this legislation and abandon any further efforts to pursue it.
«We hold the value of intellectual inquiry and the free and rigorous exchange of ideas as bedrock values of institutions of higher education. And yet, we are constantly reminded that those values we cherish are in part, guaranteed by the sacrifices made and the struggles waged to secure the freedom and democracy that the flag symbolizes. UCI never takes that for granted. »


2.  Executive Cabinet Veto of R50-70
«We the Executive Cabinet of the Associated Students of the University of California, Irvine convened on March 7th, 2015 to officially veto ASUCI Legislative Council legislation R50-70, “Flags and decoration adjustment for inclusivity”. We engage in this action to veto under the constitutional authority granted to us under Article V, Section B, Sub-Section 2 of the ASUCI Constitution stating:
« “Vetoing, as seen fit, any measures adopted by the Legislative Council, provided such an action be exercised only once per measure, and within six (6) days from the date of the measure being passed, after which time, the measure shall become legislation with or without the Executive Cabinet’s approval.” 
«We fundamentally disagree with the actions taken by ASUCI Legislative Council and their passage of R50-70 as counter to the ideals that allow us to operate as an autonomous student government organization with the freedoms of speech and expression associated with it. It is these very symbols that represent our constitutional rights that have allowed for our representative creation and our ability to openly debate all ranges of issues and pay tribute to how those liberties were attained. 
«As students in an academic institution we encourage all students on campus to participate in open debate about a wide array of issues and to actively engage in academic curiosity, which lies at the backbone of a preeminent academic research institution. It is this freedom to be able to navigate and explore topics on a wide range of issues that we see at risk if we begin to engage in a particular form of regulation of free speech and its expression through symbols in any space associated with our organization. 
«We as well want to reaffirm our commitment to diversity as a campus in all aspects and ideals associated with it. The concept of inclusion and diversity is a core pillar in the mission of University of California system and we wish to continue to work to have these important discussions of what our campus is doing to make this a priority. 
Signed:
ASUCI Executive Cabinet » 

Aucun commentaire: