samedi 7 avril 2012

La chrétienté persécutée dans le monde islamique (et ailleurs)

7 AVRIL 2012. NOS JOURNALISTES ET CHRONIQUEURS, PRESQUE TOUS GAUCHISTES, S'EN FOUTENT

Jacques Brassard, la veille du Vendredi Saint (commémoration de la crucifixion du Christ dans plusieurs confessions de la chrétienté) rappelle que dans la presque totalité des pays islamiques, les membres de la chrétienté sont persécutés. Pourquoi alors nos journalistes et chroniqueurs n'en parlent-ils jamais? Parce qu'en plus d'haïr eux-mêmes l'odeur du christianisme, ils n'ont pas compris que dans un pays totalitaire ou une démocratie autoritaire antichrétienne, qu'il s'agisse d'un totalitarisme ou d'un autoritarisme religieux ou athée ou "séculier" ou d'un autoritarisme "laïc", la liberté du choix religieux et son expression, sont les premières libertés retirées à la population. Par la suite, la privation des autres droits d'opinions et d'expression s'étend au reste de la société (ex. censure de la presse).
(Dernières mises à jour: dimanche 8 avril 2012, 8:21  |  mardi 12 juin 2012)

VOIR AUSSI : Index Mondial de Persécution
https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/


Jeune  fille, victime de la persécution en Inde,
autre pays de paix en 2008. La BBC en parlé,
mais pas notre SRC. Tuer du chrétien a la
cote, si on en juge les médias du Québec. 
Prov. d'Orissa, 2008, avant le grand cyclone
de 2009.
Récemment, la chaîne égyptienne Faraeen TV dans l’émission « Egypt Today » a publié une vidéo de l'égorgement d'un jeune musulman, après qu'il se soit converti au christianisme. Ce dernier s'est laissé exécuter. Le présentateur a posé la question en langue arabe: «Est-ce cela l'islam?». Voici une photo de l'exécution, tirée de la vidéo en question.
Descriptif par Raymond Ibrahim, trouvé sur L'Observatoire de la Christianophobie (publié 4 juin 2012, lien consulté le 13 juin 2012):  «S’exprimant en arabe, un locuteur ou “narrateur”, qui n’apparaît pas à l’écran, psalmodie plusieurs prières et supplications musulmanes, la plupart condamnant le christianisme qui, à cause de la Trinité, est qualifiée de foi polythéiste : “Qu’Allah soit vengé de l’apostat polythéiste”, “Allah, fais triompher ta religion, rends-la victorieuse des polythéistes”, “Allah, défais les infidèles par la main des musulmans” ; “Il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et Mahomet est son messager”. Alors, aux cris de “Allahu Akbar !” – ce qui veut dire “Dieu est grand” – l’homme qui tient le couteau sur la gorge de l’apostat commence à la lui trancher, tandis que la victime semble calmement susurrer une prière. Il faut presque deux minutes de découpage au couteau pour détacher la tête du chrétien de son tronc, tête qui est alors élevée au milieu des cris et des slogans de victoire ».

Plusieurs blogues on repris la nouvelle (1).

Mais revenons-en à Jacques Brassard:
         «La liberté religieuse n’existe pas dans le monde musulman. Partout, les chrétiens subissent leur lot quotidien de brimades, d’exactions, de destruction de lieux de culte, d’atrocités. L’islam y est religion d’État et malheur à celui qui ose se convertir au christianisme : c’est la mort assurée. 
        «Comment peut-on, au sein de la gauche bien-pensante et des cénacles intello-médiatiques, s’entêter à présenter l’islam comme une « religion de paix et d’amour », alors qu’elle cautionne et soutient la mise en œuvre d’une véritable entreprise de purification religieuse. Qui se mue parfois en quasi-génocide comme au Sud-Soudan. Ou que l’on maquille en conflit interethnique, comme dans le nord du Nigeria (ce qui évite aux médias occidentaux de dire que les assassins sont des musulmans et les victimes des chrétiens)» (2).

Chasseurs de chrétiens au Nigeria
Évidemment, toutes ces tribulations ne surviennent pas partout en tout temps, au même degré. La charia (droit religieux) a plusieurs visages (extrêmement rigide comme en Arabie Saoudite à moins rigide comme au Maroc). Parfois c'est l'une des persécutions énumérées. Parfois le tout est cyclique, au rythme des élections (politique) ou des alternances de décennies de pause et de reprise de la lutte. Souvent, l'activité et l'intensité contre les non-croyants ou adeptes d'autres religions dépendent de la capacité de frappe versus celle de se défendre pour les populations cibles. La persécution par des musulmans contre les chrétiens dans les états musulmans est un fait. Ceci s'applique aussi en Afrique, lorsque l'épuration antichrétienne électorale est confondue avec des conflits inter-ethniques. Ces actes sont souvent effectivement confondus avec des conflits ethniques, ce qui n'est pas tout à fait faux, puisque les ethnies (clans, tribus) tendent à prendre la religion de leurs chefs. Mais nos médias ne le présentent pas ainsi. Tandis que dans les États ou régions islamiques dans l'État, l'athéisme et l'adhésion volontaire et libre à une autre religion comme le christianisme peuvent varier du rejet par la famille, jusqu'à l'emprisonnement ou l'exécution. Si un musulman se convertit au christianisme et que son témoignage est publié dans un livre, l'éditeur peut être visé, lui aussi, des menaces de morts, et cela même en Europe (3). Je connais une famille de missionnaires franco-protestants qui ont oeuvré en Côte d'Ivoire, dont la mère de famille et sa fille se faisaient cracher dessus au marché public. À différentes visites, par différentes personnes.

Brassard tente de brasser la cage, mais il n'empêche pas le sommeil des uns:
          «Mais quand les chrétiens se font massacrer partout en terre musulmane, [...] la diplomatie occidentale se fait doucereuse, discrète, aveugle. Elle tombe en panne. Et les brigades gauchistes, si promptes à sortir dans la rue quand il s’agit de vouer Israël aux gémonies, prennent des vacances. D’ailleurs, elles n’ont pas de pancartes pour protester contre cette vaste opération d’épuration religieuse qui, par la terreur et la violence, a cours dans le monde musulman» (4).
Autre jeune victime de la persécution 
antichrétienne en Inde, autre pays de
"religion de paix". Contexte, Prov. d'Orissa,
Inde 2008.
La BBC a parlé des persécutions en Inde,
mais pas notre SRC. Tuer du chrétien a la
cote si on en juge le silence des médias du
Québec.
On ne peut nier un certain manque de professionnalisme de plusieurs journalistes et recherchistes de nos médias, sans oublier la SRC (le pendant québécois francophone de CBC), laquelle avec des fonds publics, n'est pas plus neutre qu'un média privé d'entrée de gamme.

Et comme pour donner raison à M. Brassard, voici qu'en Tunisie, deux internautes ont écopé de 7 ans et demi de prison pour des caricatures de Mahomet sur leur compte Facebook (5). Si c'est dans la loi et la justice d'un État, ce n'est donc pas le fait d'une petite "minorité" d'extrémistes.  Média, tu dors.

Côte d'Ivoire

Lors des dernières élections en Côte d'Ivoire, suite à l'élection du président Alassane Ouattara en 2010 (investiture en 2011), des hommes armés entraient dans les maisons de nuit et tuaient des leaders chrétiens et même leurs familles. Ceci en parallèle aux autres exécutions ou destitution plus "laïques" de personnes n'ayant pas supporté le nouveau président d'allégeance islamique (ex. un chef de police qui  a vu son poste repris par un autre; ex. des villages dont plusieurs dizaines de civils sont tués et brûlés).

Mais une situation particulière décrit ce qui semble un phénomène répétitif lors des élections ou instabilités en Afrique. Les pasteurs et responsables d'églises (ex. pasteurs et anciens dans les milieux protestants) étaient particulièrement ciblés en Côte d'Ivoire aussi. Selon les rapports officiels pour la Côte d'Ivoire suite à l'élection de Ouattara, il s'agissait de milices armées indépendantes pro-Ouattara qui ne suivaient pas la politique du nouveau président. Mais quand on analyse le comportement de ces groupes armés, comme dans plusieurs autres pays d'Afrique où l'Islam est présent, il y a tout lieu de croire que des milices locales ou régionales islamistes profitent de l'instabilité des élections pour éliminer des leaders chrétiens, dont ils ont auparavant compilé noms et adresses en attendant une instabilité favorable. Cette technique de compilation était aussi utilisée dans le communisme. Un  correspondant pasteur de la Côte d'Ivoire avec qui j'avais eu des contacts en temps de paix en avril 2010 via le web, m'a écrit en avril et mai 2011 et expliqué comment il avait échappé à des hommes armés qui entraient dans les maisons à la faveur de la nuit pour abattre des familles. Il y a échappé avec sa famille, en pleine nuit. Puis, quelques jours plus tard, en plein jour lorsqu'il cherchait à quitter le pays pour se réfugier. Lui n'avait pas la vue d'ensemble et se fiait aux rapports des médias et d'Amnistie internationale. Mais ce que j'en vois, avec recul et en comparant le scénario avec d'autres pays, est exactement ce qui se passe ailleurs en Afrique.

Il semble de plus en plus évident que des branches plus radicales de l'islam profitent de l'instabilité politique lors des transitions présidentielles pour à la fois éliminer des leaders chrétiens et étendre leur hégémonie en tuant quelques dizaines de personnes par jour. Ainsi, ils suscitent moins l'attention de la communauté internationale, mais le carnage au bout d'une année est le même. Les conflits électoraux créent une couverture idéale. Résultat : des milliers de victimes et des  déplacés en grands nombre se retrouvent avec rien. Si l'on vous dit que c'est à cause de la résistance du président sortant, Laurent Gbagbo, n'oubliez jamais ce qui suit. L'élection légitime de ce dernier en 2000 a provoqué une réelle opposition politico-militaire. Son gouvernement a fait l'objet d'une tentative de putsch en septembre 2002, alors que le président faisait un séjour présidentiel officiel en Italie. Les choses ne sont pas si simples que ce que les médias voudraient bien nous faire avaler, à moins qu'ils ne soient aveuglés par manque de compétences en affaires politiques et sociales étrangères, ou à moins que leur lecture politique soit idéologiquement orientée (ex. l'antichristianisme non avoué ferait leur affaire).

Proposons aux musulmans une nouvelle église effective en terre islamique pour chaque nouvelle mosquée en occident

Un citoyen ayant vu les mosquées se développer à un rythme accéléré en Europe et en Amérique du Nord, a suggéré cette idée au retour d'un voyage:  «une mosquée pour une église». Alors que les églises de la chrétienté sont bannies, soit par le refus de construire, soit par la fermeture ou la destruction là où l'islam (la religion de paix et la charia) est dominant, le voyageur proposait cette solution. Vous voulez ouvrir une mosquée en pays occidental? Alors permettez en échange la construction et utilisation effective d'un lieu de culte chrétien (église) en terre islamique. Vous ne voulez pas, alors on arrête l'autorisation de mosquées et lieux de prière en occident. Mais vous ne verrez pas cela de sitôt. Là, le nombre des lieux de cultes autres diminue, tandis qu'en Occident le nombre des mosquées est en croissance.


AUTRES TEXTES : 
Le cinéaste Allen Bell, bien connu aux États-Unis, mis au ban de l'élite gauchiste au début de 2012, pour avoir osé questionner l'islamhttp://yapasdpresse.blogspot.ca/2012/05/cineaste-de-la-gauche-americaine.html

Facebook : 7 ans de prison pour deux internautes de Mahdia en Tunisie (en 2012, après la "libération" de la Tunisie...)
http://yapasdpresse.blogspot.ca/2012/04/facebook-7-ans-de-prison-pour-deux.html

LIRE le billet complet de Jacques Brassard: Les oubliés
http://www.journaldemontreal.com/2012/04/05/les-oublies

_______________
1.  Plusieurs blogues ont traité la nouvelle en juin 2012. Le pays de l'éxécution a été contesté par certains internautes qui ont critiqué le lecteur de nouvelle égyptien. Mais cela fait partie de la guerre de mots.



http://www.fdesouche.com/304651-tranche-de-vie-en-tunisie


  • L'Observatoire de la christianophobie : 

L’horreur ! Un jeune musulman tunisien converti au christianisme égorgé rituellement et décapité par des islamistes…
http://www.christianophobie.fr/breves/lhorreur-un-jeune-musulman-tunisien-converti-au-christianisme-egorge-rituellement-et-decapite-par-des-islamistes


  • Observatoire de l'islamisation :

http://www.islamisation.fr/



http://ripostelaique.com/legorgement-de-lapostat-tunisien-un-acte-politique-une-video-particulierement-instructive.html
Explique entre autres, pourquoi ce n'est pas un cas isolé dans le monde. L'apostasie de l'islam est punie de mort dans le Coran.


2.  Jacques BRASSARD. Les oubliés. Journal de Québec, vendredi 6 avril 2012. p. 20.
Version électronique du Journal de Montréal pour le 5 avril : http://www.journaldemontreal.com/2012/04/05/les-oublies

3.   Je connais personnellement une éditrice en française, qui a édité un livre de plusieurs témoignages chrétiens dont un seul témoignage de conversion d'un musulman à la foi en Christ. Des menaces de morts sont venues de musulmans installés en occident. L'Éditrice avec qui j'étais déjà en contact m'a écrit un courriel pour du soutien.

4.  Jacques BRASSARD. Les oubliés. 5 avril 2012.

5.  AFP, Tunis. TUNISIE | CARICATURES DE MAHOMET. 7 ans de prison pour deux internautes. Journal de Québec, vendredi 6 avril 2012, p. 34.
Publier un commentaire