samedi 28 novembre 2015

Mes souvenirs de la Commission Charbonneau sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction

La Commission Charbonneau OU Commission sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction, sous sa vraie dénomination, a terminé ses douze travaux. 

(mise à jour : 2015-11-31)

Les Québécois l'ont demandée, ils l'ont eue mais le résultat tant attendu, consiste en un volumineux rapport sans poursuites immédiates.

Heureusement, il ne faut pas oublier l'UPAC (Unité permanente anti-corruption) qui existe toujours


Jusqu'à présent, l' UPAC semble faire son travail dans les villes du Québec. Mais comment dénoncer des pratiques louches à ces entités, quand on ne parvient pas à se souvenir du nom attribué par des fonctionnaires à celles-ci? Si un entrepreneur intimidé ou victime de mauvaises pratiques dénonce à un agent de police de la SQ ou de sa ville, au téléphone, qui peut lui garantir que sa plainte ne finira pas sur le mauvais bureau, avec son nom et ses coordonnées?

Deux comparutions devant la Commission Charbonneau particulièrement médiatisées m'avaient inspiré deux caricatures (Fig. 1 et 2)


Bernard GAUTHIER alias «Rambo» (voir fig. 1)


L'insaisissable témoin a dit en Commission et sur le plateau de TLMEP qu'il ne faisait que «parler fort» selon la culture virile du milieu de la construction. Il est devenu un genre de héros régional pour les uns, et une honte pour les autres. La FTQ a même dû préciser récemment que M. Gauthier ne parlait pas en son nom lors de certaines sorties publiques. Son témoignage en chandail à rayures lui donnant une allure d'écolier, devant la Commission avait semblé avoir séduit la juge Charbonneau. L'imagerie populaire n'en a retenu que la soupe chaude qu'il fallait aller chercher à plusieurs kilomètres d'un chantier pour approvisionner les travailleurs; une dépense constituant une goutte d'eau dans un océan d'argent public.  La banalisation de son témoignage dans la mémoire populaire est-elle le fruit du mauvais travail des journalistes ou de la Commission?


Fig. 1.  Bernard GAUTHIER alias «Rambo»


Bernard GAUTHIER alias «Rambo», un représentant syndical de la FTQ-Construction. Considéré comme "gros bras" syndical de la région de la Côte-Nord, au Québec. Soupçonné d'intimidation, il s'est fait connaître dans le contexte de l'important chantier de la Rivière Romaine. 

Marché public de la construction (Industrie de la Construction) en lien avec la mafia?



Les contrats ne sont pas tous nets à Montréal, selon ce que suggérait la Commission, ce qui serait particulièrement vrai pour les trottoirs (allées piétonnes bétonnées, fig. 2) et les égouts. Un témoignage surréaliste, celui d'un témoin Montréalais en lien avec la construction, homme d'origine italienne, lequel prétendait ne pas savoir ce qu'est la mafia. Il n'en était que moins crédible. C'est fou comment dans nos sociétés les règles peuvent entraver le travail de la justice contre ceux qui ne les suivent pas. De la sorte, la corruption progresse lentement mais sûrement, jusqu'à un mandat extraordinaire d'une commission. Selon les résultats mitigés de la Commission Charbonneau, il ne semble pas que celle-ci soit de cette trempe. La corruption me rappelle certains bars sans clients qui sont toujours ouverts (blanchiment d'argent?) alors que d'autres restaurants ou bars doivent fermer pour des raisons économiques, avec pourtant plus de clientèle.


Fig. 2.  «La mafia? Jé sé pas! (...) Cé des bonnes personnes?!»


Marché public de la construction au Québec et intimidation avérée par des preuves? Pas toujours de preuve «béton» en construction


En parallèle à la Commission Charbonneau, autre caricature dans le contexte de l'intimidation dans la région de la Côte-Nord (fig. 3), au Québec, pour le marché de la construction publique (financée par l'argent des contribuables). Une autre entité publique, la Commission des relations du travail attestait de pratiques d'intimidation courantes, avec disait l'organisme, preuves à l'appui sur la Côte-Nord au Québec, notamment dans l'important chantier de la Rivière Romaine. C'est dans le contexte de ce chantier que s'est révélé à l'ensemble du Québec, le personnage coloré de Bernard GAUTHIER alias «Rambo». 


Devant un tribunal pour une cause particulière, il faut plus qu'un témoignage anecdotique. Il faut des dates, des témoins, et ainsi de suite. Même des témoignages enregistrés ou filmés par une victime sans le consentement de l'intimidateur peuvent être rejetés par un tribunal. Donc on a des condamnations qui vont en tribunal d'appel et les choses peuvent traîner sur 10 ans. Peut-on espérer que se lève un Eliott Ness du Québec?


Fig. 3.    Local 791  (Côte-Nord)

Intimidation présumée sur la Côte Nord au Québec, notamment dans l'important chantier hydro-énergétique de la Rivière Romaine

Difficile d'obtenir des témoignages en raison d'une forme «d’omertà» 


L'étrange blessure de Ken Pereira


On pourrait encore parler de Ken Pereira, ex-cadre affilié à la FTQ-Construction qui s'était auto-«tabassé» en chutant dans son escalier le matin du 8 octobre 2013, faute d'avoir bien noué ses lacets... Timing plutôt étrange pour un initié syndicaliste qui se mettait à table devant le trio de commissaires, pour dénoncer certaines pratiques administratives de hauts-gradés de son syndicat. La vie a de ces hasards, parfois. Il a fait un passage remarqué à TLMEP deux semaines plus tard en novembre 2013.


EN RAPPEL - Quelques clés de compréhension du marché public de la construction (Industrie de la Construction) au Québec 


Quelques uns des articles du présent blogue qui ont précédé la Commission Charbonneau


(9 novembre 2011)
Le mandat limité de la Commission est modifié par le décret du 9 novembre 2011

(24 octobre 2011)
Les limites du rapport de la Commission selon le décret 1029-2011 du 19 octobre 2011; un rapport sans dents.

(20 septembre 2011)
Sous prétexte de solidarité de parti, le silence  du PLQ

(16 septembre 2011)

Exemple d'autre texte relié

(5 juillet 2013)
L'instruction ne change pas la nature humaine. Un parallèle avec le film La Firme (1993).

Aucun commentaire: