mercredi 8 janvier 2014

Coalition Poids fait une boulette dans l'affaire McDonald's et deux joueurs du CH

8 janvier 2014. Deux joueurs de hockey de la LNH, Daniel BRIÈRE et Brendan GALLAGHER prêtent leur nom à un sandwich de la chaîne de restauration rapide, McDonald's. Cela suffit à lancer le débat rapporté notamment dans La Presse. Ils devraient, dit-on, éviter l'association à la malbouffe, car les jeunes veulent imiter leurs modèles. La Coalition Poids est-elle en train de nous dire que les joueurs de la LNH ne devront plus emmener leurs enfants publiquement dans un McDo? 

Logo hockey CH avec rotation (happy face)
et galette de boeuf  McDonald's, 2013, Montage par
YapasdePRESSE. Un clin d'oeil au Joyeux festin
(Happy meal)
D'abord, je ne connais maintenant que quelques noms de joueurs dans le hockey, je m'en confesse. Mais voilà qu'on parle de manger un burger associé au hockey, et un organisme tente de soulever le débat public. La Coalition Poids est-elle en train de nous dire:
  • que les joueurs de la LNH ne devront plus emmener leurs enfants dans un McDo?
  • que le CH sera désormais associé à Cholestérol «hard»?
  • que les entreprises semblables, dont McDo est le type démonisé par excellence, ne devraient plus vendre de cartes de hockey et associer leur bannière à des sportifs?
  • que, par exemple, McDo et le reste de la restauration rapide ne devraient plus supporter les athlètes olympiques canadiens?
  • que la viande hachée c'est mal et que la voie nouvelle est le tofu consommé après la salutation au soleil des petits yogis en devenir?
  • que les équipes de jeunes hockeyeurs qui voyagent pour se rendre à un tournoi de hockey dans une autre ville, devront désormais débarquer de l'autocar à 25 avec leurs accompagnateurs, pour manger en chuchotant, des carottes croisées préparées par un grand chef dans un resto végétarien; avec une serviette sur les genoux?
  • que les joueurs du CH ne devront plus jamais aller dans un bar, car les jeunes d'âge mineur se mettront à sortir à 10 ans?
  • que l'ancien joueur Tim Horton, qui a fondé la chaîne du même nom, et leur ambassadeur du hockey de la LNH, Sydney CROSBY, devraient être lapidés de paroles, car ce qu'on trouve dans les restaurants de cette chaîne de restauration rapide, c'est souvent gras (sandwichs petit-déjeuners, beignes et desserts, calorique, ou rempli de nitrates (jambon et viandes fumées).
  • Tant qu'à faire, qu'ils devront avoir des petites maisons et des petites autos, vivre dans une petite république et voyager dans des avions qui battent des ailes comme des oiseaux ET s'associer aux noms de stations balnéaires cubaines...
C'est carrément de l'ingérence dans la vie des gens; une insulte à l'intelligence des citoyens. Ce qu'il faut en matière d'alimentation, c'est informer et éduquer. Pas interdire le «comfort food» hebdomadaire ou mensuel.

C'est quoi cette philosophie?

C'est généralement l'excès qui est mauvais en tout. Il n'y a pas de mal à manger de la nourriture rapide accompagnée d'une boisson gazeuse de format modéré ou d'un jus, et d'une pomme de terre frite, une fois par semaine. De plus, quels genres d'ingrédients retrouve-t-on dans un hamburger au boeuf? Du pain. Souvent une tranche de fromage, une tranche de tomate. Bien sûr, il y a la boulette (galette) de viande hachée. Parfois une ou deux tranches de cornichons. Un peu de sauce, des assaisonnements, etc. 

Pendant ce temps, un député chef de parti, qui aspire à diriger le Canada, promeut la légalisation de la marijuana (donc inévitablement aussi de son sous-produit le haschish et éventuellement de d'autres drogues d'entrée) lors de conférences dans des écoles secondaires et même primaires. Et il n'est pas dénoncé par les médias. Cela est vu par nos «zélites» comme du progressisme social. Mais manger un sandwich «Gallengher» ou un «Brière» chez McDo, ce sera vouer son corps au mal et au mauvais karma? Voulez-vous vraiment que vos adolescents quittent le foyer (fuguent) frustrés, pour se retrouver dans un gang de rue à Toronto ou Vancouver et 3 ans plus tard, à le manger dans une poubelle, leur burger? Ou à tendre la main pour quémander quelques dollars sur sur la rue pour aller en manger un? Ne soyons pas cornichons, SVP. Parce qu'avec des interdits aussi stupides...

Les mauvais américains et les gentils «contrôlants» subventionnés

En réalité, nous voyons ici que le succès de certaines entreprises nord-américaines déplait à une certaine tranche (ou boulette?) de la société; surtout quand ce succès est associé à des symboles américains, comme par exemple, McDonald's pour la restauration rapide, Walmart pour les magasins à rayons, etc. Lorsque l'association est faite entre une bannière qui prospère et un secteur d'activité honni par quelques militants (ex. nourriture rapide, profits d'entreprises), ces noms servent ensuite à représenter tout le secteur d'activité. C'est très pervers comme approche (désinformation), d'autant que c'est l'excès qui est mauvais, et non pas de manger un burger et des frites de temps en temps. Franchement, il y a moyen de faire la promotion d'une saine alimentation, sans démoniser la «rondelle» de viande de 2 joueurs du CH. La Coalition Poids a fait une boulette.
Publier un commentaire