samedi 1 septembre 2012

Parti Québec Solidaire: le programme "retrouvé" et décodé pour les électeurs

DERRIÈRE LES SOURIRES: DOCTRINES D' EXTRÊME-GAUCHE ET RESTRICTIONS DES LIBERTÉS 
(dernière modification: 29 août 2016)

On a retrouvé le contenu du projet social du parti Québec Solidaire qui avait disparu de son site web. L'objectif de changement politique et économique radical du Québec par QS,  était-il devenu trop gênant et lourd à porter parce que mis au jour trop rapidement? 


Cet article est une analyse du document suivant produit par le parti Québec Solidaire en 2010 : 

Cahier de perspectives. Pour une société solidaire et écologique. Québec Solidaire, Comité de l'enjeu 2.  Adopté par la Commission politique de Québec Solidaire, le 31 octobre 2010, 30 pages.



Lu d'abord par des déjà initiés à la cause, le document d'intentions (1) commençait-il à être dévoilé à un trop large public qui risquait de faire marche arrière dans son appui au discours d'extrême-gauche? Les points à l'étude ne seront pas tous adoptés. Ils constituent une base de discussion. Par contre, n'oubliez jamais qu'ils ont tous été jugés recevables pour le parti qui fraye avec le communisme.


Françoise DAVID, co-chef de Québec Solidaire et candidate aux élections du Québec de 2012. Derrière le sourire chaleureux, il y a l'idéologie d'extrême-gauche. Crédits photo: le blog de Madame DAVID.

On a par la suite connu un bilan inquiétant du parti

  1. le printemps mouvementé et l'insatisfaction croissante des citoyens contre les radicaux fortement appuyés par M. Khadir qui a même encouragé la désobéissance civile tout en étant député élu, 
  2. les déclarations de la CLASSÉ (une coalition élargie de l'ASSÉ) en tête de la révolte sociale étudiante, idéologiquement très proche du parti QS (abolition du salariat, virage à gauche toutes incluant nationalisation massive des entreprises), 
  3. les frasques et déclarations étonnantes d'Amir Khadir, un député élu! 
    • comme ses  affimations complotistes sur les attentats du 11 septembre (les USA s'étant elles-mêmes attaquées pour provoquer la guerre 
    • OU sur la prétendue infiltration des groupes d'étudiants par des agents de l'État soit-disant impliqués dans les actes de vandalisme extrêmement grave paralysant le métro de Montréal («J'entends des choses...», «On me dit que des agents infiltrateurs...», etc.). Tout le contraire de ce qu'un député responsable aurait fait. Ceci était dans le contexte des gaz fumigènes dans la ventilation du métro de Montréal en vue de créer une panique et de paralyser le transport urbain; transport en commun pourtant tant priorisé par QS au point de vouloir éliminer l'automobile. Dans les faits des caméras de surveillance ont capté des étudiants en lien avec cette affaire. D'autres actes graves d'occupation, d'intimidation et de vandalisme auraient impliqué directement sa fille en tant que leader et non uniquement comme participante passive, Yalda (19 ans) arrêtée le 6 juin 2012 suite à une enquête policière. Ce sera aux tribunaux de déterminer son degré d'implication OU sa non-implication dans les actes graves, mais cela donne une bonne idée des "sources" du député au sujet de prétendus «agents infiltrateurs»
    • On se souviendra aussi d'une toile modifiée montrant le premier ministre du Québec, Jean Charest mort et Amir Khadir parmi les vainqueurs, oeuvre bien en vue lors d'une perquisition à la résidence des Khadir. L'adaptation de l'ancien tableau sur le thème de la révolution française, « La Liberté guidant le peuple », du peintre français Eugène Delacroix (1830), modifiée par un graphiste, montre le Premier ministre du Québec mort (le personnage en bas à gauche) et le député de Québec Solidaire parmi les vainqueurs révolutionnaires. Le député a largement appuyé les actes des étudiants lors de manifestations illégales comme le blocage d'un pont majeur et de routes sans préavis aux policiers, en directe violation des lois qui existaient déjà à ce moment.
    • Adaptation d'une oeuvre d'Eugène Delacroix (1830) montrant le Premier ministre du Québec Jean Charest mort (en bas à gauche) et Amir Khadir parmi les vainqueurs (2e à gauche en haut). Un exemplaire trouvé bien en vue à la résidence du député lors d'une perquisition de la police suivant une enquête sur sa fille Yalda.
    • Ou encore de cette manifestation à Québec où le soir du 5 juin, Le député Amir Khadir de Québec Solidaire, aurait fait ce qu'il faut pour se faire arrêter par la police, semble-t-il en vue d'une tribune médiatique pour comparer son action politique à celles de Martin Luther King ou de Gandhi.
    • ET quand le plus grand utilisateur du mot «dialoguer» invitait à lancer des chaussures contre les ambassades américaines, alors qu'elles représentent une porte au dialogue avec les gouvernements hôtes et à la protection des ressortissants en séjour en pays étrangers.
Le blogue Québec Presse résume le programme disparu adopté depuis octobre 2010. Dans les faits, c'est un document de travail adopté officiellement par le parti en vue d'en délibérer, mais tous ces sujets sont potentiellement adoptables, selon le jugement de l'exécutif. C'est effectivement une plate-forme de propositions :
«Abolition du PIB (Produit intérieur brut), confiscation d’une partie des héritages, taxation lourde des produits de beauté, interdiction de la voiture dans un délai de dix ans, abolition des centres commerciaux… Voici, en quelques points, à quoi ressemble le programme de Québec Solidaire. Enfin, voici à quoi ressemblait le programme de Québec Solidaire, car les amis de Amir Khadir l’on  [sic] fait disparaître, purement et simplement, de leur site internet. Le « Cahier de perspectives, Pour une société solidaire et écologique », adopté par la commission politique de Québec Solidaire le 31 octobre 2010 (si l’on en croit la brochure), se voulait être la plateforme de propositions du parti d’extrême-gauche» (Québec Presse, 22 juin 2011).
Député Amir Khadir, de QS
Crédits photo: Gouv. du Québec
2012

Bref, c'est un condensé d'un programme marxiste ou communiste de contrôle et de restriction des libertés de transaction (=activités et valeurs, propriété, héritages, etc.)


Cela peut sembler attirant à prime abord et pour une certaine clientèle à une vitesse (utilisation large du concept de programmes sociaux, de nationalisation, de coopératives, etc.). Mais lorsque l'État est partout, l'envers est qu'il (ou des fonctionnaires corrompus) peut restreindre les libertés jusque dans la sphère privée et la vie économique (liberté) au point de pratiquer le contrôle ou l'accès à la vie économique. 



Des propositions «à l'étude» selon Québec Solidaire ; OUI mais QUELLES PROPOSITIONS!


Le parti QS s'est défendu des points les plus radicaux, en disant que ce ne sont que des propositions à débattre; un document de travail. Mais ces orientations radicales sont des avenues sérieusement envisagées comme réalisables: 

  • la mise en place d'un «processus de reconversion des entreprises privées en coopératives» (proposition à l'étude no 1.1.1 A iii, 2010)
  • Baliser de façon stricte, les limites «de la propriété, de l'entreprise et de l'investissement privés (proposition à l'étude no 1.1.1 A ii, 2010).
  • «La croissance économique excessive et/ou non-souhaitable devrait être limitée: [...] b. par la décroissance» (proposition à l'étude no 1.1.1 C i. b., 2010).
  • «Nationaliser les banques[souligné dans l'original] : Pour éliminer complètement l’influence du pouvoir financier privé, une nationalisation complète du système bancaire et des institutions financières est proposée»  (proposition à l'étude no 1.1.2 A iii, 2010).
  • «Augmenter le nombre de paliers d’imposition des particuliers. Concrètement, il est proposé, de passer du système actuel à 3 paliers à un système plus progressif composé de 10 paliers» (proposition à l'étude no 1.2.2 A i, 2010). Le piège pouvant se cacher derrière ce qui semble une approche équitable est la dilution de l'effort personnel. La modulation à l'excès peut cacher le désir de ramener tous les individus au même revenu net, via un prélèvement croissant. Il ne sert donc à rien en tel cas à un individu de gagner 100,000 dollars car il paiera plus chers les services essentiels que lui fournirait l'État; services essentiels presque, sinon tous étatisés.
  • Limiter la transmission d’avoirs financiers par voie d’héritage (proposition à l'étude no 1.2.2 A iii, 2010)

LA nationalisation des ressources et des télécommunications (= DANGER de totalitarisme) avec contrôle espéré non seulement des communications,mais aussi de l'INTERNET; ALLO!? le comprenez vous? 


Si ce n'est pas pour la censure, alors pourquoi? Voici la formulation du projet à l'étude (2):


« Proposition 1.2.1 A
Il est proposé de nationaliser les secteurs suivants :
  • i.    Ressources naturelles (forêts et mines).
  • ii.    Énergies vertes
  • iii.   Hydrocarbures (gaz et pétrole). 
  • iv.   Transport collectif (transport urbain, interurbain, etc.).
  • v.  Grandes industries de transformation (aluminerie, pâtes et papiers, secteur manufacturier, etc.).
  • vi.  Entreprises de télécommunication (Internet, téléphone, etc.).
  • vii. Industrie du recyclage » 


Par exemple, qui aura accès dans un tel système (communiste, marxiste-léniniste)
  • aux salaires et à la formation supérieurs ou aux bons emplois?
  • au pouvoir de décisions en entreprise?
  • à la vie politique publique et active?

Ou quelles seront avec le temps, les contraintes et effets possibles comme

  • la restriction de la mobilité des individus et entreprises (et capitaux)? Cela est arrivé dans tous les régimes semblables pour empêcher la fuite de l'élite intellectuelle et des capitaux (les gens fuient la perte des libertés individuelles.
  • voir même la restriction (ou la persécution) socioéconomique, par exemple, la restriction ou l'interdit de l'accès à certaines professions, en fonction des idées ou allégeances ou des valeurs ou des croyances (3)?  Cela est arrivé dans tous les régimes semblables.
  • le retrait de la fédération canadienne et le changement possible de la constitution du Québec résultante par un parti au pouvoir, pour favoriser le maintien au pouvoir du nouveau système (une dictature "de transition" qui perdurera)?  Cela est arrivé dans tous les régimes semblables.
  • lorsque les syndicats dirigeront les entreprises (intention de QS et de la CLASSÉ), qui protégera les travailleurs qui n'y ont pas d'amis personnels ou qui n'auront pas d'argent pour corrompre un fonctionnaire du parti?
  • l'impact de l'obligation du transport en commun pour tous dans un horizon de 10 ans après une élection de QS, non seulement sur la vie pratique (familles avec enfants, impact sur le maintien du réseau de rues; des sentiers?) mais en plus sur le contrôle des déplacements, par exemple via la traçabilité ou la surveillance de la mobilité des individus à partir de leur utilisation des cartes de transport),
  • l'impact de la nationalisation des banques (proposition à l'étude no 1.1.2 A iii, 2010) sur les libertés individuelles et le gel extrêmement facile des avoirs lorsque des citoyens, entreprises ou ONG oseraient critiquer certaines politiques du régime d'un parti en place ou auraient simplement des entrées d'argent particulières (ex. taxation de la vente d'un bien de grande valeur comme des bijoux, une automobile, un terrain, etc.- après la très probable disparition de l'argent papier en lien avec une banque contrôlée par l'État
  • etc.
C'est en effet ce genre de chose qui s'est passé (et se passe encore) dans l'histoire des formes communistes, du marxisme ou du marxisme-léninisme.  Mais maintenant, avec la technologie rendant possible la disparition de l'argent papier et l'utilisation de cartes à puce ou autres pour les transports en commun qui deviendraient la norme (intention de QS avec le prétexte de l'environnement), il deviendrait facilement plus aisé que jamais de suivre à la trace les déplacements d'un individu qui deviendrait "ennemi de l'État". C'est vraiment l'ombre d'un Big Brother socialiste (ou marxiste-léniniste) qui semble émerger. Tout cela, dans un doucereux langage de programmes sociaux, d'équité, de nationalisation, de logements sociaux, etc., avec musique de relaxation.


Sur la nouvelle façon d'aborder l'Histoire par l'école de pensée de Montréal, selon l'historien Éric Bédard



Mais nos étudiants n'étudient plus l'histoire selon la perspective qui permettrait de tirer des leçons du passé. La nouvelle approche permet de faire table rase du passé; bon et mauvais ensemble. L'histoire telle qu'elle est maintenant abordée et enseignée au Québec avec l'école de pensée (approche) de Montréal, selon l'historien Éric Bédard (4), verse davantage dans l'approche de la culture (fort accent anti-libéraliste) et sur le concept (le futur; la destination où l'on veut amener l'autre), plutôt que sur le passé (le constat). L'Histoire s'applique dès lors à "démontrer" une doctrine politico-sociale en avant, plutôt qu'à constater et améliorer depuis le passé. Ainsi, le marxisme-léninisme, n'a plus à défendre ses échecs et ses crimes et point n'est besoin de le nommer. On peut en faire la promotion médiatique, sans même dire qu'il s'agit de cette doctrine politique.

Avec la chute du Mur de Berlin et l'éclatement de l'Union Soviétique, personne de sensé n'osait pourtant plus défendre le communisme vers la fin des années 1980 et le début de la décennie 1990 et même jusqu'à récemment. Mais avec une nouvelle génération d'enseignants du post-secondaire (système des cégeps et universités au Québec) et selon la nouvelle approche de l'école de pensée de Montréal, le marxisme est présenté comme une option aussi valable, sinon meilleure, que les autres, sans même avoir le nommer obligatoirement. Il suffit d'en décrire les idéaux pourtant jamais atteints dans les tentatives des décennies de pratique là où la doctrine économique a été appliquée dans le monde.

Et point n'est besoin de le nommer communisme ou marxisme-léninisme (on le voit dans la crise étudiante du printemps), il suffit d'en énumérer les idéaux... qui ont échoué, soit dit en passant. Pour prendre une illustration, c'est comme si vous êtes un ennemi de l'automobile et qu'en échange, je vous proposais un véhicule sécuritaire, vous procurant une autonomie de déplacement, roulant en silence et confortable, mais sans jamais mentionner le mot automobile ou la pollution par émission de GES. C'est ce que fait l'approche avec la doctrine qui évite les références aux échecs sociaux bien connus et documentés de ces philosophies économiques et idéologiques (censure politique et médiatique, disparition de la classe moyenne, restriction de la mobilité des individus, système à deux ou trois vitesses selon le lien avec le parti ou selon la capacité de corrompre un fonctionnaire pour passer devant les autres, meurtres et emprisonnements politiques massifs à coups de millions d'individus, etc.). Il y avait tout un monde entre les promesses et les faits. C'est un processus intellectuel malhonnête, que de comparer le pire du capitalisme (ça existe évidemment) avec le meilleur de ces doctrines ou intentions (concepts). 

J'ai récupéré et archivé le document d'orientation politique de QS.
Pour consultation des scénarios à l'étude par Québec Solidaire, version du 31 octobre 2010 :  
1.  Comité de l'enjeu 2 . Cahier de perspectives: Pour une société solidaire et écologique. Québec Solidaire, Adopté par la Commission politique de Québec Solidaire, le 31 octobre 2010, 30 pages.

2.  Même référence, p. 7.

3.  Nous connaissons de plus en plus, depuis les désordres sociaux du printemps de 2012 au Québec, les allégeances socialistes, voire communistes de plusieurs enseignants de philosophie ou des sciences humaines au Québec. Une étudiante raconte que des enseignants de philosophie de cégeps de chez nous, demandent aux étudiants qui sont ceux qui sont chrétiens. Ceux qui se sont identifiés publiquement comme tels dans certains cégeps ou certaines classes (avec certains enseignants), ont ensuite coulé leur cours de philo, un essentiel pour l'obtention du DEC. C'est un exemple de sélection opéré dans ces régimes dont nous parlons, en fonction des allégeances ou des convictions individuelles. Le programme primaire et secondaire d'ÉCR peut remplir, au Québec, à peu près le mandat de "rééducation" qui dans certains pays est pratiqué dans des "camps" (camps de travail, camps de "rééducation", prisons, goulags). En Allemagne sous le IIIe Reich, l'État  retirait l'autorité parentale et rééduquait les enfants et adolescents par le canal des Jeunesses hitlériennes.

4. Éric BÉDARD. Recours aux Sources. Essais sur notre rapport au passé. Éditions Boréal, 2011. 278 p.
Particulièrement le chapitre L'Héritage impossible, et les pages 51, 59, 61, 62.

Aucun commentaire: