jeudi 26 mai 2016

ALERTE: le cannabis peut engendrer des mutations de l'ADN humain et causer des maladies génétiquement transmissibles graves selon une étude de 2016

Selon des chercheurs australiens, le cannabis peut altérer l'ADN des consommateurs de cette drogue (1). Ceci ferait donc du cannabis une substance, laquelle, si on se trouvait dans le langage du travail avec des produits dangereux, serait considérée comme une substance mutagène. Mais les produits comme le tabac sont exclus de ces normes.


(dernières modifications: 4 juin 2016, 21-22 juillet 2018)



Les chercheurs qui ont publié dans : Mutation Research. Fundamental and Molecular Mechanisms of Mutagenis font le lien entre le cannabis et des mutations observées pouvant provoquer des maladies graves ou demeurer dormantes, mais dans les deux cas, ces mutations sont héréditaires. En effet, tout aussi grave, ces mutations génétiques peuvent se transmettre au fœtus et aux futurs enfants par la mère ou via le sperme du père, ou même passer de cette nouvelle génération aux générations suivantes.



Pictogramme ajouté à l'article sur YaPasDePRESSE.com, le 21 juillet 2018.  Si le cannabis était couvert par les normes industrielles internationales sur les produits dangereux ou potentiellement dangereux, il devrait porter ce pictogramme pour un «produit mutagène» et être manipulé avec certaines précautions inscrites sur l'étiquette du produit.

Recherche publiée dans : Mutation Research. Fundamental and Molecular Mechanisms of Mutagenis (2016)


Dès 2016, le Dailymail.com (Health, 24 mai 2016) a partagé une nouvelle choc dans sa section Santé. Une équipe de chercheurs a mis au jour un autre effet jusque là inconnu et particulièrement pervers du cannabis, cette drogue dite «douce». Il faut souligner aussi que cette substance est de plus en plus banalisée, notamment dans la sphère politique. 


Exemple de page couverture type de Mutation Research. Fundamental and Molecular Mechanisms of Mutagenis.


Plant de marijuana, crédits image : Sûreté du Québec

La conclusion de cette phase de leur recherche constitue un choc en soit


Le Dr Stuart Reece et le Professeur Gary Hulse de l'University of Western Australia's School of Psychiatry tentaient de comprendre les causes de certaines maladies, dont des cancers et autres maladies sérieuses.

Le Dr Reece résume la découverte: 

«À travers notre recherche, nous avons découvert que des cancers et des maladies semblaient causées par des mutations des cellules résultant des propriétés du cannabis d'interagir chimiquement avec l'ADN d'une personne» (2)

Les mutations résultantes peuvent être «dormantes» (donc ignorées du porteur du gène altéré) et ainsi passer à leurs enfants; par exemple, depuis le sperme d'un père porteur, vers les enfants conçus avec une mère non porteuse de la mutation génétique (3). 

[La découverte est très préoccupante, lorsque l'on connaît les efforts (lobbies et politiques) actuels en vue de libéraliser la consommation de cette drogue (4).]


(NDLR 21 juillet 2018: Il ne serait donc pas surprenant, à mon sens, que certaines des maladies infantiles que nous appelons des maladies rares ou orphelines, aient un vecteur associé à la consommation régulière de substances dangereuses comme la cannabis ou d'autres drogues. Gilles B. YaPasDePRESSE.com)

Pour toute autre cause, on ferait une campagne de rappel du produit et informerait le public


Mais si c'est comme pour le reste, la nouvelle mettra des années à se rendre dans les médias du Québec, tout comme il a fallu des années pour que d'autres effets pervers du cannabis (risques de psychoses, effets irréversibles négatifs sur le développement du cerveau) se rendent jusque chez nous, et ce malgré ICI Radio-Canada, la meilleure information en occident (???)


(NOTE ajoutée le 21 juillet 2018) : 

Si le cannabis était un produit industriel couvert par la norme internationale


Si le cannabis était un produit utilisé en contexte de travail et couvert par la norme internationale en la matière, il devrait être étiqueté avec un avertissement de danger pour une utilisation avec précaution. Mais les produits du tabac, par exemple, sont exclus de ces normes. Mais s'ils étaient couverts, on devrait y voir ce pictogramme d'alerte pour un produit mutagène.


On le compterait selon les connaissances actuelles, au moins comme une substance de catégorie 1B ou 1A: «Les substances mutagènes de catégorie 1 B sont des substances à considérer comme induisant des mutations héréditaires dans les cellules germinales des êtres humains»; voire peut-être du 1A suite (substance avérée comme mutagène)



Pictogramme d'avertissement d'une substance mutagène

(FIN de la NOTE ajoutée le 21 juillet 2018) 

La recherche sur le cannabis pouvant modifier l'ADN et l'hérédité a été publiée dans le journal Mutation Research – Fundamental and Molecular Mechanisms of Mutagenesis

_______________
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

L'Autralie est le pays qui avait alerté sur les dommages permanents du cannabis sur le développement du cerveau chez les adolescents et jeunes adultes, de même que sur les risques de psychoses provoquées par cette drogue.

  
2.     Dr Reece : 'Through our research we found that cancers and illnesses were likely caused by cell mutations resulting from cannabis properties having a chemical interaction with a person's DNA.

3.    'The parents may not realise that they are carrying these mutations, which can lie dormant and may only affect generations down the track, which is the most alarming aspect.'

4.     Et comment ne pas penser aux dons de sperme. Les effets peuvent être aussi sérieux que d'affecter le développement normal des cellules et des organes ou le développement de cancers durant les premières années de vie d'un enfant. 

Aucun commentaire: