lundi 28 décembre 2015

Cause des changements climatiques: biais scientifique des conclusions limitées à l'activité humaine

Un cas typique de non-science? Selon TheRebel.media (1), dès le début de la recherche récente (fin du 20e s.) sur les causes des possibles changements climatiques, les scientifiques avaient pour mission de se concentrer sur les causes anthropiques (activités humaines). La définition officielle émise par l'UNEP (PNUE), entité environnementale de l'ONU, orientait d'emblée en ce sens, lors du cadre posé à la Conférence de Rio de 1992.


(NDLR: Je ne traduis pas les acronymes des organismes mentionnés. Il seront remplacés par leur équivalent en français lorsque j'ai pu l'identifier)

NOTE: Par facteurs naturels on peut comprendre les vapeurs d'eau, l'activité volcanique, les radiations solaires variables dans le temps (activité solaire), l'effet accélérant du CO2 émis par le dégel des pergélisols (sols gelés normalement toute l'année), les possibles cycles naturels de la Terre ou pseudo-anomalies cycliques, etc.

(traduction)
La définition-cadre de l'IPCC incluse dans la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (UNFCCC), à l'Article 1 et officialisée en 1992 via le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) de la Conférence de Rio stipule:  
«On entend par «changements climatiques» des changements de climat qui sont attribués directement ou indirectement à une activité humaine altérant la composition de l'atmosphère mondiale et qui viennent s'ajouter à la variabilité naturelle du climat observée au cours de périodes comparables.» (2)
Extrait de la version en français de la Convention de l'UNEP (PNUE, Programme des Nations Unies pour l’Environnement) adoptée en 1992 et servant de cadre aux activités scientifiques et, de là, politiques (politiques récoltées par la suite, comme les cibles de Kyoto, ou les négociations et les engagements de la Conférence de Paris, #COP21):


Extrait en français de la Déclaration du PNUE de 1992 (Conférence de Rio). Sources: CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES, NATIONS UNIES, 1992

Tim  BALL, blogueur à THEREBEL (therebel.media), ajoute que la plupart des gens, incluant les médias et les politiciens, croient à tort que ces organismes et leurs conférences et comités étudient le changement climatique dans son ensemble, alors que la pratique du PNUE ne va pas dans le sens de corriger cette mésinterprétation dans la poursuite de ses activités (3). Il s'agit essentiellement de démontrer que l'activité humaine modifie les conditions naturelles. Les adaptations subséquentes de l'argumentaire en réaction aux doutes iraient donc, par choix, dans le sens de renforcer la théorie du réchauffement de cause humaine et non l'inverse.

Autre fait: une étude américaine médatisée en janvier 1989, concluait que le réchauffement climatique n'est pas une réalité aux États-Unis.

En 1989, une étude américaine des températures et précipitations sur des données de près d'un siècle conclut que le réchauffement climatique n'est pas une réalité aux États-Unis. Malgré cela, en 1992, au sommet de Rio, l'ONU faisait adopter une convention (Déclaration du PNUE) à l'effet que le changement climatique global est de cause humaine (à son article PREMIER). Le début possible d'une vaste tromperie pseudo-scientifique. Recherche et crédits de la nouvelle: https://twitter.com/stephen_taylor/status/683748749064159232


LIRE :
(Tim BALL, TheRebel.media, 26 déc. 2015)

______________

1.  Tim BALL. THEREBEL. "Scientific daylight robbery": How "climate change" pushers skew data to get results they want.

2.  Même source, avec emphase ajoutée. Texte original en anglais:
The definition given to the IPCC in the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) Article 1 and formalized in 1992 at the United Nations Environment Program (UNEP) Rio Conference says: 
"Climate change" means a change of climate which is attributed directly or indirectly to human activity that alters the composition of the global atmosphere and which is in addition to natural climate variability observed over comparable time periods.
3.  Même source, texte original en anglais : Most people, including media and politicians, believe they are studying climate change in total. The IPCC practice is not to correct people’s misconceptions when they suit their political objective.

Publier un commentaire