samedi 10 janvier 2015

Charlie Hebdo : sagesse populaire et démocratie

Pendant que le monde retenait son souffle dans l'attente du dénouement de la crise parisienne débutée avec la fusillade du journal satirique Charlie Hebdo...


Alors que les belligérants (2 premiers suspects ayant frappé Charlie Hebdo) étaient activement recherchés, j'ai entendu sur le plateau d'un média diffusé entre autres via TV, cette affirmation qui m'a laissé perplexe. Et je sais que plusieurs de nous avons cette compréhension de l'organisation politique démocratique.

Démocratie confondue avec vertu morale


Sur un réseau français diffusant 24 heures sur 24, une analyste faisait un constat à peu près en ces mots, après que les terroristes soient de plus en plus encerclés par les forces de l'ordre:
La priorité, disait à peu près en ces termes l'analyste, est d'arrêter ces individus vivants dans la mesure du possible, premièrement parce que nous sommes dans une démocratie et que dans une démocratie, chaque personne a droit d'être jugée équitablement. 
L'affirmation doit obligatoirement être sous-tendue par la condition préalable qu'une démocratie serait forcément juste et équitable. Mais, reculons dans la première moitié du précédent siècle. En Allemagne, était élu démocratiquement le Parti nazi. Mais, l'Allemagne suivait-elle les principes de la justice? Hitler et le Parti nazi ont aboli la démocratie et établi le IIIe Reich (troisième empire), et contexte aidant, avec l'appui populaire. Les opposants du nazisme ont vu leurs médias et journaux fermés. Des gens de l'élite étaient mis aux arrêts. L'idéologie, donc les valeurs communes au parti et à la majorité des électeurs, avait préséance sur le reste du bon et du juste.  Ou plutôt, on a changé la définition de ces mots. Cela était relié à un contexte économique et social, mais il n'en est que plus évident que les valeurs peuvent aller vers le meilleur ou vers le pire. De même, les pays démocratiques se disant neutres qui hébergeaient les comptes banquaires des grands criminels de guerre étaient-ils justes et bons?


Nous voyons que la démocratie, le système politique en lui-même, n'est pas une vertu en soi (ex. incarnation de la justice, de la bonté et de l'équité). Ce sont les valeurs qui font que le système devient bon ou meilleur et le demeure. Le juste précède la justice et l'équité, car celles-ci émanent de valeurs bonnes. Ce sont les valeurs qui, au départ ou lors des changements sociaux, font que la vertu est appliquée dans un pays. Un pays démocratique pourrait bien connaître un siècle de souffrances liées à des valeurs mauvaises. Une monarchie pourrait connaître un siècle de justice avec des souverains justes. Dans les 2 cas (démocratie vs monarchie) les lois et la constitution peuvent être changées pour devenir meilleures ou pour devenir pire, selon les valeurs des leaders et du peuple (démocratie) ou des leaders seuls (ex. monarchie).

Si vous me répondez que la démocratie totale est le seul système politique valable dans le monde, alors je vous renvoie à l'argument précité, sur l'Allemagne nazie de la Deuxième Guerre mondiale, laquelle avait élu le Parti nazi à près de 44% des suffrages (1933), tout cela démocratiquement. La montée de Hitler s'est poursuivi et a par la suite démontré qu'on les suivait dans le mal aussi. Bref, la démocratie est un système politique et non une vertu. Elle peut être juste ou injuste selon les lois et la constitution qui y sont réellement appliquées. Même des règles écrites bonnes et justes, peuvent être volontairement réinterprétés selon la pensée dominante, les leaders et l'élite en place et le peuple. Il suffit de redéfinir le sens des mots. Ce qui était autrefois juste et vrai ne l'est plus. Le bien prend la place du mal.

Le droit (lois, constitutions) n'est pas une constante


Ce que cette analyste du réseau sous-entendait probablement avec sa déclaration sur la démocratie, c'est que la France est une société de droit, et que dans une société de droit, chacun a droit d'être entendu et jugé de façon juste et impartiale. Mais encore là, tout ce qui a été dit plus haut sur la démocratie n'étant pas une valeur, peut aussi être dit du droit. Les lois et constitutions peuvent toujours être changées en fonction des valeurs du temps. C'est pourquoi l'Allemagne a pu être ce qu'elle a été jusqu'en 1945. Si les valeurs sont justes et bonnes, les lois et constitutions le deviendront. Mais l'inverse est aussi vrai. Même le peuple, n'a pas toujours raison. Sinon, cela supposerait qu'il est toujours juste et impartial.

Hitler prononçant un discours devant une foule des Jeunesses hitlériennes; jeunes entraînés comme des paramilitaires et pour lesquels l'autorité de l'État, remplaçait l'autorité parentale.

Publier un commentaire