ÉCR - Éthique et culture religieuse

Le contesté programme d'Éthique 
et culture religieuse (ECR) au Québec


Je vous propose ici des liens cliquables vers des dossiers, articles ou essais, publiés sur YapasdPresse dans le cadre de l'imposition du programme d'Éthique et culture religieuse à tous les élèves du Québec (âge d'environ 6 à 17 ans).


NOTES : 
1) L'ÉCR est présenté par ses concepteurs comme un programme avec des ramifications dans d'autres cours (ex. histoire, géographie, sciences, français). 
2) D'autres articles contiennent de courtes références au programme d'ÉCR. Il peut donc être utile de chercher par mot-clé (ex. taper ECR) dans la dans le champ «Rechercher» situé dans l'entête de ce blogue (case  "Rechercher").


Ce qui distingue mes textes d'autres interprétations est de NE PAS voir l'actuel cours Éthique et culture religieuse comme un produit du multiculturalisme fédéral canadien contrairement à l'interprétation dominante chez les sceptiques du cours au Québec. Mon interprétation était différente dès avant l'implantation de l'ECR, car j'avais déjà lu, dans le cadre d'un cours de théologie, un ouvrage allemand sur la phénoménologie de la religion publié en 1930 et traduit en français en 1970 (1), pour les universitaires francophones. Je connaissais donc les présupposés et conclusions de l'approche (2), puisque c'était l'approche principale du cours que devait implanter le Gouvernement du Québec, selon le rapport Proulx et ses études. En fait, une première version du cours était déjà testé dans certaines classes du secondaire, dès 1977, en plein nationalisme du Parti indépendantiste du Québec (Parti Québécois). Il ne pouvait donc s'agir d'une promotion du multiculturalisme canadien. Via l'approche principale qu'est la phénoménologie des religions, le cours mènerait selon moi, à des conclusions agnostiques (ne pas rejeter complètement, ne pas s'engager) de par la démarche propre à l'étude phénoménologique du religieux. Puisque le multiculturalisme est une lecture soft qui ne pouvait mener à de grands soulèvements, les concepteurs ont laissé la population croire à cette interprétation largement véhiculée dans les médias québécois. L'aspect critique que l'on veut introduire était déjà prévu dans le prototype, puis dans les études et recommandations qui ont résulté de la décennie 1990, mais la forte contestation ou le fort scepticisme des parents, sous les années du parti Québécois et sous le Parti Libéral du Québec (2007-2008) ont poussé à la prudence et à ralentir le rythme. Mais déjà avec la démarche que l'on pouvait déjà, à la lecture approfondie, qualifier d'agnostique (conclusion logique attendue à la fin de la cohorte qui a traversé toutes les années), on peut comprendre que le programme n'était pas neutre et donc, anticonstitutionnel du point de vue des libertés de religion. Mais ce n'est pas la ligne de défense qu'ont choisi de suivre les avocats représentants des parents et écoles qui ont contesté le programme devant les tribunaux. J'avais prédit qu'ils perdraient avec l'angle choisi («multiculturalisme») et c'est ce que nous avons vu et voyons. 


ECR au Québec : Prévoir que le programme ira plus loin contre la foi chrétienne




Éthique et culture religieuse : la philosophie devant la Cour suprême

Les philosophies, idéologies sociales et croyances ou convictions religieuses ne sont pas bien jugées par les tribunaux. Pourquoi? Parce que c'est extrêmement complexe et fluide, une idéologie sociale OU une spiritualité et une croyance.  >>>LIRE l'article>


Cours Éthique et culture religieuse (ECR) et Charte québécoise des droits et libertés de la personne

Ce que nous vivons au Québec est tout le contraire de la séparation de la religion et de l'État. C'est l'ingérence autoritaire de l'État dans les sphères religieuses, spirituelles, philosophiques, morales (les valeurs) et autres de même nature... >>>LIRE l'article>

Cours d'Éthique et culture religieuse (ECR) : une vision du monde imposée par l'État

Que vient faire la légende du roi Arthur dans un manuel scolaire du programme d'Éthique et culture religieuse du Québec? Que font de tels récits héroïques fictifs dans le cours d'ECR étalé sur plusieurs années du curriculum scolaire? Il faut comprendre les origines de l'approche et sa finalité.  >>>LIRE l'article>

Certains dessous et motivations du cours d'ECR

OU: L'étrange obsession de l'État québécois et de son programme imposé par la force :  Éthique et culture religieuse (ÉCR) 
(Pour ne pas dire "les sales dessous de l'ÉCR"). Pour les parents du Québec qui croient que le virage de la dernière décennie en matière d'enseignement d'éthique et de culture religieuse ne concerne ni leurs enfants, ni les enfants de leurs enfants, il faut savoir que l'État québécois a désormais tous les outils légaux en main pour décréter ce qui est bien et mal pour vos enfants, ce qui PEUT ou DOIT leur être transmis comme valeurs spirituelles et éthiques, et ce avec ou SANS le consentement des parents. Ce n'est plus la séparation de la religion et de l'État, c'est l'État qui structure la religion ou la spiritualité et l'éthique.  >>>LIRE l'article>

Il était une FOI : ou la fausse neutralité de l'ECR

Dans le discours officiel produit par les consultants et hauts fonctionnaires du Gouvernement du Québec, on présente le cours d'ECR (Éthique et culture religieuse) comme un cours neutre et inoffensif (comme s'il avait été créé par Winnie l'Ourson et Tigrou) destiné à favoriser le "vivre-ensemble", par la compréhension de la religion ou encore de la vision du monde selon l'autre. Si cela ressemble à la tolérance comme on l'entend habituellement, pourtant en pratique, les choses vont beaucoup plus loin que d'éduquer à la tolérance...  >>>LIRE l'article>

Cours d'ECR au Québec : l'idéologie derrière le cours d'Éthique et culture religieuse

Le cours d'Éthique et culture religieuse - ECR (ou ÉCR) n'est pas orienté pour la conservation du multiculturalisme. Il est né de l'approche phénoménologique de l'étude des religions. En voici les implications pratiques et les fondements. >>>LIRE l'article>

Éthique et culture religieuse - quelques curiosités

L'approche du programme d'ECR dans son volet de l'étude du phénomène "religieux" est inévitablement basée sur une vision philosophique du monde et de la spiritualité. Il s'appuie en plus sur une compréhension très fragmentée des religions. Cela explique certaines prises de position du programme (vision philosophique) et incompréhensions ou erreurs dans son interprétation historique du christianisme, etc.  >>>LIRE l'article>

Le consensus antichrétien dans les institutions publiques du Québec

En complément du sujet et parce que relié à certains niveaux, je vous propose ce texte qui expose le pourquoi du mépris toléré et même promu (valorisé), contre le christianisme au Québec.  >>>LIRE l'article>


Victoire juridique des parents espagnols contre l'EpC, un autre ÉCR OLÉ, OLÉ.

Je reprends et commente un communiqué de la CLÉ, expliquant que l'Espagne devra retirer un cours imposé d'Éducation à la citoyenneté (EpC) de nature semblable à notre ÉCR qui donne accès à de multiples abus. Le cas cité faisait partie de ces programmes-virus ou vers académiques qui tentent d' «influer sur les valeurs des étudiants et de façonner leur conscience et leur pensée à l'insu de leurs parents». De tels cours donnent lieu à de multiples abus intentionnels intégrés (relativisme, imposition des valeurs morales et spirituelles de l'État, agnosticisme, déni de la culture d'accueil d'un peuple, imposer les valeurs, ...) ou abus par opportunisme (ex. enseignants qui profitent des portes closes pour communiquer des valeurs spirituelles spécifiques ou mettre plus d'emphase sur leur vision du monde, politique, spirituelle, etc.).  >>>LIRE l'article>


Pensées de Pauline MAROIS à TLMEP et ma lecture alternative de la descente du PQ

21 avril 2015


_______________
1.    VAN DER LEEUW, Gerardus. La religion dans son essence et ses manifestations : Phénoménologie de la religion, Traduit par Jacques Marty. Paris, Payot, 1970. (1933 pour la version originale, Phänomenologie der Religion).

2.     Par exemple la foi intérieure n'existe que si l'équilibre est rompu chez la personne ou un groupe de personnes (donc les protestants). Toutes les religions sont le produit de la psychologie et de la culture. Souvenons-nous que c'est dans le nationalisme allemand que s'est développée cette doctrine sociale pour l'étude des phénomènes religieux et NON PAS dans le multiculturalisme. Seule la comparaison entre eux de multiples concepts religieux selon la méthode phénoménologique a pu mener les observateurs à la conclusion qu'il s'agissait d'un multiculturalisme.

Aucun commentaire: