dimanche 5 août 2018

Une secte d'esclavagisme sexuel démantelée à New York

L'actrice Sarah Edmondson, ancienne membre sous l'emprise durant 12 ans, de NXIVM (prononcé comme en latin Nexium), raconte avoir été marquée comme du bétail, avec 4 autres femmes, lors d'une étrange soirée d'initiation rituelle. L'actrice pensait adhérer à une association secrète de mentorat réservé aux femmes et recevoir un tatouage discret. Mais l'expérience s'est plutôt révélée être une douloureuse séance de marquage cautérisé (brûlure) à la région pelvienne. La cautérisation durait 30 minutes sans anesthésie locale. Comptant sur la promesse d'en tirer les avantages du développement professionnel et personnel, les nouvelles recrues avaient accepté de se rendre à cette soirée sans connaître le degré réel d'engagement attendu de leur part dans la société secrète pour femmes. Une fois sur place, on a bandé leurs yeux et une femme officiante les a invitées à se dévêtir et à former un demi-cercle... C'était le point d'entrée vers un cauchemar d'esclavagisme sexuel et une spirale de chantage (blackmailing).


L'actrice Sarah Edmondson, capture écran d'un reportage ABC, 2017

Comme chaque femme devait signer une entente de confidentialité et fournir des informations personnelles compromettantes (par exemple des photos d'elle nue) comme preuve d'engagement au secret, pour être acceptée dans le faux programme de mentorat (certains volets aussi présentés comme des thérapies), elles comprirent plus tard à quoi ces confessions devaient en réalité servir: à être manipulées par du chantage. Il faut comprendre que ces pratiques de manipulations étaient moins connues il y a 10 ou 15 ans. L'actrice se rendit aussi compte que ce qui devait être un caractère latin pouvait en fait se lire, selon l'angle:
AM ou KR. La cour prétend que que AM, c'est Allison Mack (d'abord victime puis présumée complice) et que KR serait le fondateur présumé du Nxivm (Nxium).

La marque associée au Nxivm (Nxium) représente probablement les initiales KR pour Keith Raniere, mais pourraient se lire AM pour Allison Mack, selon l'angle d'observation. Source :  capture écran depuis la vidéo https://youtu.be/pqNNwFe6gMM

Qui est KR?



Entrevue réalisée par ABC en 2017 (en anglais non traduit)

Une ancienne membre du Nxivm raconte avoir été marquée [comme du bétail] lorsqu' invitée à une communauté secrète pour femmes

(Former NXIVM member says she was branded when invited to secret sorority...)





Certaines personnes dont évidemment les avocats des accusés diront que c'est une asssociation volontaire, donc non criminelle. Parlant pour les femmes adultes et non les enfants, Catherine Oxenberg, mère d'une victime et ancienne actrice de la série Dynasty dénonce:

Some people have said this is a voluntary sorority. The women I have spoken to tell a far different story,” Oxenberg said. “Coercion is not voluntary. Extortion is not voluntary. Blackmail is not voluntary.” (Catherine Oxenberg) 
(«Certaines personnes ont dit que c'est une association volontaire de femmes. Les femmes à qui j'ai parlé ont une histoire de loin différente», a déclaré Oxendberg. «La coercition n'est pas volontaire. L'extorsion n'est pas volontaire. Le chantage n'est pas volontaire»). (Catherine Oxenberg).

Le chantage (blackmailing) est une manipulation typique de ce type de sociétés criminelles


On comprend mieux comment celles qui peuvent nous sembler des personnes trop naïves, s'enlisent  en réalité, dans un secret honteux. C'est en effet un moyen de manipulation dans ce genre de situation. On filme ou photographie les personnes dans une situation très compromettante, ce qui atteindra à leur réputation et à leur avenir professionnel, social ou familial, pour ensuite les faire chanter (expression anglophone: to be blackmailed) (1). L'adhésion pouvait exiger que par exemple, les femmes fournissent des photos d'elles-mêmes nues, ou des confessions particulières et ainsi de suite. Puis une gradation pouvait suivre avec de nouvelles informations compromettantes accumulées dans le temps.

Ce reportage d'ABC (2017) sur l'initiation de l'actrice Sarah Edmondson refait surface dans le contexte du procès d'une actrice, Allison Mack, connue pour avoir joué dans Smallville et accusée d'avoir recruté pour la secte pyramidale qui a fait aussi des victimes parmi des mineures. La question n'est pas de prouver qu'il y a eu crime, car c'est un fait avéré, mais de prouver quelles personnes étaient impliquées dans le recrutement et l'exploitation des victimes.


Allison Mack au sortir du tribunal à New York en avril 2018


Allison Mack faisant la promotion de Jness, un soit-disant groupe de femmes, en réalité un prolongement de la secte d'esclavage sexuel avérée NXIVM; ici elle faisait la promotion de Jness.

Accusée d'être complice et victime à la fois, Allison Mack risque 15 ans de prison et plus, voire la prison à perpétuité. Elle est accusée d'avoir utilisé sa position sociale et son influence, pour mettre en confiance et recruter pour Keith Raniere (les initiales KR) se faisant appeler Vanguard, un dirigeant présumé fondateur de la sororité ou société réservée aux femmes, que l'on accuse d'être engagée entre autres, dans le trafic sexuel forcé de mineures.


Keith Raniere (se prononce Raniéré), dit Vanguard est KR. Il est le fondateur présumé de la secte d'esclavagisme sexuelle structurée de manière pyramidale, pour que certaines personnes seulement connaissent son identité. Selon le Gouvernement américain, ce dernier aurait eu plus de 50 femmes sous son contrôle.


La secte d'esclavagisme sexuel, édifiée sur un modèle pyramidale, se déclinait de plusieurs manières:
  • Nxivm
  • ESP - Executive Success Programms
  • Jness
  • DOS
  • The Vow

Clare Bronfman, une fille du célèbre milliardaire Edgar Bronfman Sr, fait aussi partie des personnes interpellées qui auraient joué un rôle dans cette affaire touchant Nxivm (Nxium). Elle peut conserver sa liberté assignée à domicile dans l'attente du procès, en échange d'un dépôt de caution de 100 millions de dollars, comparativement a la plus «modeste» somme de 5 M $ pour Allison Mack.

Un président et d'autres personnes de haut niveau, seraient comptées parmi les clients de la secte sexuelle esclavagiste


Selon les confessions qui auraient été obtenues d'Allison Mack par la police, des membres de l'élite, incluant un président et des gens fortunés auraient compté parmi les clients de la secte sexuelle. Elle leur aurait elle-même vendu des enfants.

Les médias désemparés et silencieux sur le méga-scandale d'exploitation des femmes


Du côté des médias, garde-t-on un silence relatif sur les nouveaux développements (mises en accusation officielles), parce que cela semble trop gros? Mais c'est pourtant devant un tribunal en règle. Ou fait-on tourner au ralenti, car cela confirmerait les déclarations de Donald Trump et de la source QAnon (Q Anonymous) qui a prédit de telles enquêtes et arrestations; sur fond de corruption de haut niveau en divers domaines aux États-Unis (services secrets et FBI, Département de la Justice, médias, partis politiques, d'où la promesse «Drain the Swamp», ...) ? Il est étrange, en tout cas, que nos médias du Québec ne rapportent pas ces faits de notoriété publique, en train d'être révélés au grand jour, en accéléré en 2018, aux États-Unis. A-t-on encore au mois quelques journalistes d'enquête ici, qui ne font pas que passer les communiqués leur arrivant des grands réseaux et journaux américains, dont certaines personnes-clés font peut-être l'objet de chantage (blackmailed)?

OU nos médias craignent-ils d'éventuelles poursuites au civil pour atteinte à la réputation et préfèrent-ils ne pas toucher à ces dossiers? Alors qu'ils lancent des chaînes de restauration, véganes, par exemple. Car il semble que la nature même de tout média d'information sincère (même partisan) soit le désir d'informer et de protéger le public. Alors, que font-ils là? Qu'ils s'en tiennent simplement aux documents officiels de mise en accusation de la Cour criminelle qui parlent par eux-mêmes, pour Keith Raniere et Allison Mack et ces médias ne seront pas poursuivis.


Extrait de l'acte d'accusation par le District Est de New York  - Eastern District of New York (Brooklyn), 19 avril 2018 :



C'est donc une autre raison qui explique le silence média. Même aux États-Unis, il faut avouer que peu de grand médias parlent des derniers développements. Silence aussi du côté des associations féministes. Est-ce trop risqué pour sa vie et sa carrière ...? Ou serait-ce confirmé qu'il y a vraiment une "swamp" à drainer?

_____________

1.     Dans certains domaines d'activités en dehors de ce cas précis, par exemple en matière de pédophilie, le chantage (blackmailing) utilisera, par exemple, un professionnel de haut niveau dans une relation compromettante organisée avec une mineure, filmé ou photographié à son insu dans une chambre d'hôtel, et ensuite, les individus ainsi piégés (juge, avocat de la justice, procureur fédéral, politicien, législateur, gouverneur, etc.) formeront un voile sur les yeux, sous le chantage, protégeant diverses activités criminelles (ex. trafic de drogue, prostitution de mineures, ...). Les artistes connus victimes de chantage pourront aider aussi, en jouant un rôle de justicier dans les médias. Sinon, c'est la perte de la carrière et tout ce qui s'en suit. Cela explique beaucoup de cas de crimes qui ne se rendent pas jusqu'au procès. Si une personne accusée tombe en disgrâce, elle entraînera plusieurs autres individus dans sa chute.