samedi 31 août 2013

Que la charte de la laïcité sorte de sa burqa

Le projet de la charte sous la burqa doit se dévoiler. Tout le monde en parle, mais personne ne sait quelle en est la teneur. Le PQ est encore au concept, mais on lance des ballons pour tester l'opinion publique. Cela peut être un petit jeu risqué. 

CARICATURE : Charte à l'intérieur. Source : YaPasdPRESSE.blogspot.ca, 31 août 2013.

Qu'est-ce que l' «espace public»? D'abord la fonction publique gouvernementale. Une semaine plus tard on englobe les municipalités. Ensuite? Il y a une énorme différence entre la fonction publique (ballon initial d'il y a deux semaines) et futur, l'espace public (projet athée et agnostique), qui peut toucher jusqu'aux centres commerciaux, organismes subventionnés, la rue, les parcs, la location d'un local dans une institution communautaire, un stade pour un rassemblement sur la foi...

Qu'est-ce que la laïcité? Séparation de l'Église et de l'État? On l'a. Ou est-ce l'empêchement politique en devenir (potentiels députés et maires) pour les personnes influentes de conviction chrétienne, même sans aucun signe ostensible? Et selon la même logique des totalitarismes émergents, empêchement d'accéder à certaines professions pour ceux qui ont une foi avouée (juge, avocat, policier, agent de l'État, enseignement public, etc.)?

Qu'est-ce que la charte? D'abord une charte de la laïcité, puis tiens!... Mutation au cours des derniers jours: une charte «des valeurs» (Bernard DRAINVILLE). C'est tout autre chose et beaucoup plus restrictifs en matière de droits et liberté d'expression dans la paix. Cela peut aller jusqu'à la transmission de la foi entre les générations.

Pourquoi une charte de plus? Du point de vue des médias et de plusieurs groupes sociaux, en bonne partie, disent-ils, pour garantir l'égalité homme-femme (ou femme-homme?). Pourtant cette égalité existe déjà dans les chartes canadiennes et québécoises des droits. La réponse est donc ailleurs.

Alors quoi? L'actuel exercice constitue une approche de test pour mesurer l'opinion publique et savoir jusqu'où le PQ peut aller dans un premier jet. Mais à trop étirer l'exercice, cela devient malsain.

Qu'est-ce que la religion? Pour l'équité, il faudrait ajouter «idéologie» (politique, de parti) et «philosophie» et «spiritualités». Autrement, c'est purement et simplement contre les monothéismes. L'État s'établit alors effectivement le gestionnaire des «valeurs».

Une charte pourrait avoir quelque chose de bon pour établir des balises et conserver l'équilibre interne d'une société, pour éviter son morcellement et assurer un accès égal à tous, aux services publics. Mais si l'exercice est dévié par le lobby de l'athéisme ou par la gauche antichrétienne du MLQ, de Québec Solidaire, de la Franc-maçonnerie (loges, société initiatique politisée et pratiquant le prosélytisme) et des groupes semblables, alors, cela n'a plus rien à voir avec le «Québec libre». C'est le début d'un temps nouveau... Mais de quelle nouveauté s'agit-il? Nous le savons.

Que le projet de la charte sorte de sa burqa! Qu'on voit si elle est mariable.
Publier un commentaire