dimanche 7 avril 2013

Suicide de Nelly Arcan: Quand la "persona" n'est pas la personne

L'écrivaine francophone Nelly Arcan (Isabelle Fortier de son vrai nom) a choisi de s'enlever la vie à l'âge de 35 ans, alors qu'elle venait de terminer son dernier roman.

EN REPRISE, d'un billet initialement publié sur mon ancien blog, le 26 septembre 2009. Les variantes par rapport au texte original sont notées entre crochets [texte ajouté], et texte coupé = [...] .

LIRE AUSSI: 

Nelly Arcan revient hanter Guy A. Lepage

http://yapasdpresse.blogspot.ca/2011/09/nelly-arcan-vient-hanter-guy-lepage.html

Personnellement je ne lis pratiquement plus de romans. Bien que je ne la connaissais pas à cause de cela, c'est toujours attristant d'apprendre qu'une personne s'est suicidée. Une autre jeune personne n'en pouvait plus de vivre, malgré son succès en tant qu'auteure; succès du moins selon la mesure en usage actuellement dans notre culture.

Les personnes d'arts et de lettres sont-elles plus sensibles? Les suicides ont rarement une cause simple et unique. Ils touchent tous les groupes d'âge et toutes les classes sociales. L'éditeur et mentor de Nelly Arcan aux éditions du Seuil, l'écrivain Bertrand Vantage, interviewé par le journal Le Soleil, soulignait la fragilité de l'auteure dans l'édition de samedi le 26 septembre 2009. Il décrit comme suit, celle qu'il a accompagnée dans sa démarche d'écriture:
«Nelly Arcan, c'était l'angoisse incarnée!»( 1 )

Il ajoute :
«C'était aussi une femme [...] différente de ce qu'on voyait d'elle dans ses apparitions à la télé. Elle s'interrogeait perpétuellement sur le sens de la vie, sur l'évolution de nos sociétés industrielles et sur la place de l'individu dans nos sociétés» (même source).
J'ajouterais personnellement deux ou trois remarques à celles de Bertrand Vantage:

  1. Les industries érotiques et le matérialisme de nos sociétés ne sont pas toujours ce qui nous vient à la pensée au premier abord. Avec la femme réintroduite malgré elle dans le rôle principal d'objet de satisfaction sexuelle, les maux de la pornographie et [de] la prostitution [...] font aussi partie d'une industrie, festive pour les uns, ceux qui en profitent, mais industrie de mort, d'extinction intérieure lente pour les autres qui en sont victimes. Les jeunes hommes en devenir veulent ce que l'industrie [du glamour et de la porno] leur présente comme une réalité. Est-ce un hasard si le premier livre à succès, ou regard d'auteur publié par Nelly Arcan s'intitulait du titre cru [et accrocheur de] Putain ? Un certain voyeurisme [associé au corps de la romancière et ex-prostituée] a-t-il contribué à ce succès ? Le bonheur construit sur la performance et l'esthétique ne peut durer qu'un temps. La vie nous rattrape tous avec ses rêves et attentes déçues, qu'elle nous jette en pleine face. Malheur à celui qui est seul [avec ses problèmes] au milieu de la foule en foire [désintéressée par les sujets trop sérieux].
  2. Sur la place de l'individu dans nos sociétés je préciserais que l'individu n'a jamais eu tant de place dans notre culture qu'actuellement et depuis la décennie 1960. C'est peut-être une autre partie du problème. Beaucoup d'individus [...] avec leurs droits, mais seuls quand même au milieu de la foule et des bruits artificiels et virtuels. Étudiant de cégep, vers l'âge de 18 ans, [...] je trouvais tellement que les conversations n'avaient pas de profondeur. Je cherchais, sans connaître l'objet de ma quête. Serait-ce en partie, que dans nos sociétés postmodernes, il y a beaucoup de "cul" mais pas beaucoup d'amour vrai ? Nous vivons dans la CULture occidentale. J'ai parfois dans ma jeunesse, blessé égoïstement de jeunes femmes en quête d'amour vrai. Je ne pouvais pas donner ce que je ne connaissais pas en fait.
  3. Enfin, je voudrais dire qu'il y a l'allégorie de la persona dans l'histoire de Nelly ... ou plus exactement d'Isabelle. Ainsi, Nelly Arcan, c'est l'image présentée par la télé. C'est celle que les jeunes voudraient prendre pour modèle d'accomplissement de soi; dans son cas belle d'apparence et publiée avec succès. Mais la persona est toujours décalée de la réalité. Isabelle Fortier, c'est la vraie personne, qui recherche un amour vrai OU en quête de quelque chose pour donner du sens à sa vie.  [Au contraire de l'image projetée, elle est consciente de ses imperfections. Elle n'a pas toujours envie de sourire. Elle peut haïr ce qui l'a rendue prospère et dont elle ne peut se débarrasser]. C'est la statue de marbre aux pieds d'argile, que son mentor décrit être «différente de ce qu'on voyait d'elle dans ses apparitions à la télé».
Malheureusement, les jeunes en quête de modèles voient la persona, le personnage fictif et veulent être comme lui ou elle. Les arts médiatisés produisent les Nelly par centaines, aux larges sourires, aux vêtements éclatants et colorés et aux forces apparentes qui cachent une souffrance OU même une solitude ou un vide, ignorés des fans ou du public (2). Nelly, dans cette allégorie élargie aux autres personnes, c'est peut-être aussi un jeune entouré de plusieurs "amis" et qui est inondé d'informations sur son cellulaire (téléphone portable), sa page Facebook (page internet de socialisation), etc. [... mais sans lien significatif satisfaisant ...]. 

_______________

1.  BUSSIÈRES, Ian. Décès de Nelly Arcand. «Le suicide a toujours été son obsession». journal Le Soleil. 26 septembre 2009. p. 2-3

2.  Dans mon article original publié sur mon ancien blog, certains lecteurs on pensé que je disais qu'il y avait davantage de suicidés chez les artistes que chez les autres groupes. Ce n'est pas ce que je dis. Je reprends un terme connu lorsqu'on parle de la complexité de la personnalité et des émotions (ex. en psychologie). C'est que le milieu public (ex. télévision, cinéma, spectacle) produit davantage de cas du type persona, l'illusion décalée de la personne réelle, que malheureusement un plus grand nombre prennent comme modèles sans être conscients de ce décalage.  La persona est beaucoup plus décalée chez ceux qui ont une vie très publique, comme au cinéma, à la télévision, dans le domaine du spectacle, etc. Les gens ne s'imaginent pas de la même façon Rihanna en chanteuse pop (un modèle pour des milliers d'individus,  et la même Rihanna qui travaillerait comme gérante dans un Target. Même observation pour un Brad Pitt en acteur et le même Brad Pitt qui serait un informaticien travaillant dans les coulisses d'un film d'animation 3D.
Publier un commentaire